Aller au contenu principal

Erdogan obtient un nouveau vote, l'opposition crie à la "dictature"

Par H.L.B, Publié le 07/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Ce lundi les autorités électorales turques ont essuyé une défaite écrasante contre le président Recep Tayyip Erdogan, qui a ordonné une réédition de la course au poste de maire d'Istanbul remporté par l'opposition, renforçant ainsi la perspective de nouveaux troubles sociaux et de crise économique.

 

La décision du Haut Conseil électoral a été immédiatement condamnée par le parti d'opposition comme une capitulation devant M. Erdogan et un coup porté aux fondements démocratiques du pays, qui se sont rapprochés de l'autoritarisme au cours de ses 16 années au pouvoir.

 

Erdogan a emprisonné des journalistes, isolé des adversaires et procédé à des purges massives de la police, de l'armée et des tribunaux. Il a également renforcé les pouvoirs que lui confère la Constitution. Aujourd'hui, les critiques disent qu'il a réussi à renverser ce qui avait été une défaite humiliante pour son parti à Istanbul, la plus grande ville du pays, la capitale commerciale et la ville natale du président.

 

Bien qu'Erdogan ait obtenu un nouveau mandat de cinq ans à la présidence avec de nouveaux pouvoirs lors des élections de l'an dernier, il a été subitement déstabilisé par les résultats décevants de son parti lors du scrutin du 31 mars, qui s'est déroulé à une période où l'économie a commencé à s'effriter.

 

Le Parti de la justice et du développement de M. Erdogan, l'A.K.P., a également perdu le contrôle de la capitale, Ankara, ainsi que de plusieurs villes industrielles importantes du sud de la Turquie. Mais la défaite d'Istanbul, qui est toujours restée sa base politique et son fief privé, ainsi qu'une source de grande richesse et de prestige pour sa famille et son entourage, lui a été particulièrement amère.

 

Le Parti populaire républicain de l'opposition avait condamné les exigences d'une nouvelle élection à Istanbul comme une tentative d'Erdogan et de son parti de faire taire la volonté des électeurs qui ont offert une victoire serrée, mais âprement disputée au candidat de l'opposition, Ekrem Imamoglu.


  • Partagez

Airbus supprime 15.000 emplois pour faire face aux répercussions du Covid-19

Le plus grand constructeur aéronautique du monde, Airbus, a annoncé mardi dans un communiqué de presse qu’il supprimera 15000 emplois, soit environ 10% de ses effectifs dans le monde. Cette décision a...

Ford ambitionne d’atteindre la neutralité carbone à l’échelle mondiale d’ici 2050

Dans son 21e rapport sur le développement durable, Ford Motor Company a annoncé son ambition de réaliser la neutralité carbone à l’échelle mondiale à l’horizon 2050. Le constructeur automobile américa...

L’Union européenne rouvre ses frontières à 15 pays, dont le Maroc

Ce mardi 30 juin, les 27 États membres de l’Union européenne (UE) ont validé la réouverture de leurs frontières à une quinzaine de pays. Cette décision devait être annoncée samedi soir, mais certains ...

Les dirigeants du G5 Sahel, de la France et de l’Espagne se réunissent à Nouakchott

Ce mardi 30 juin, les pays du Sahel et la France se réunissent à Nouakchott dans le cadre d’un sommet du G5 Sahel. Le président français Emmanuel Macron, son homologue espagnol Pedro Sánchez, et les c...

Le Boeing 737 MAX effectue son premier vol de certification

Ce lundi 29 juin, le Boeing 737 MAX a effectué depuis Seattle le premier d’une série de vols d’essai. L’avion, qui a décollé à 9 h 55 de Boeing Field près de Seattle, berceau du constructeur, a volé p...

L’OMS convoque la 1re conférence mondiale sur l’infodémiologie

Ce lundi 29 juin, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a tenu une conférence mondiale sur «l’infodémiologie». Cette rencontre vise à engager le public dans des discussions «inspirantes» avec des ...