Aller au contenu principal

Erdogan obtient un nouveau vote, l'opposition crie à la "dictature"

Par H.L.B, Publié le 07/05/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Ce lundi les autorités électorales turques ont essuyé une défaite écrasante contre le président Recep Tayyip Erdogan, qui a ordonné une réédition de la course au poste de maire d'Istanbul remporté par l'opposition, renforçant ainsi la perspective de nouveaux troubles sociaux et de crise économique.

 

La décision du Haut Conseil électoral a été immédiatement condamnée par le parti d'opposition comme une capitulation devant M. Erdogan et un coup porté aux fondements démocratiques du pays, qui se sont rapprochés de l'autoritarisme au cours de ses 16 années au pouvoir.

 

Erdogan a emprisonné des journalistes, isolé des adversaires et procédé à des purges massives de la police, de l'armée et des tribunaux. Il a également renforcé les pouvoirs que lui confère la Constitution. Aujourd'hui, les critiques disent qu'il a réussi à renverser ce qui avait été une défaite humiliante pour son parti à Istanbul, la plus grande ville du pays, la capitale commerciale et la ville natale du président.

 

Bien qu'Erdogan ait obtenu un nouveau mandat de cinq ans à la présidence avec de nouveaux pouvoirs lors des élections de l'an dernier, il a été subitement déstabilisé par les résultats décevants de son parti lors du scrutin du 31 mars, qui s'est déroulé à une période où l'économie a commencé à s'effriter.

 

Le Parti de la justice et du développement de M. Erdogan, l'A.K.P., a également perdu le contrôle de la capitale, Ankara, ainsi que de plusieurs villes industrielles importantes du sud de la Turquie. Mais la défaite d'Istanbul, qui est toujours restée sa base politique et son fief privé, ainsi qu'une source de grande richesse et de prestige pour sa famille et son entourage, lui a été particulièrement amère.

 

Le Parti populaire républicain de l'opposition avait condamné les exigences d'une nouvelle élection à Istanbul comme une tentative d'Erdogan et de son parti de faire taire la volonté des électeurs qui ont offert une victoire serrée, mais âprement disputée au candidat de l'opposition, Ekrem Imamoglu.


  • Partagez

Coronavirus : les États-Unis, nouvel épicentre de l’épidémie

Selon les dernières statistiques de Worldometers, les États-Unis sont devenus, ce jeudi 26 mars, le pays qui compte le plus de cas d’infection au Coronavirus dans le monde. En effet, le pays a enregis...

Coronavirus : la Chine ferme provisoirement ses frontières

La Chine, qui n’a pas enregistré de nouveaux cas depuis deux jours, a fait état, ce vendredi 27 mars, de 55 nouveaux cas de Covid-19, dont 54 «importés» de l’étranger. Afin d’éviter que le virus ne ré...

Coronavirus : un tiers des cas sont des porteurs silencieux

Fin 2019, des cas groupés de pneumonies, dont certains mortels, étaient survenus en Chine. En janvier 2020, ce virus avait été identifié. Il s’agit d’un nouveau Coronavirus, baptisé le Covid-19. Ce de...

Israël : l’alliance inattendue entre Gantz et Netanyahou

Après plus d’un an de crise politique et trois scrutins législatifs, le Premier ministre israélien sortant, Benjamin Netanyahou, et son rival, Benny Gantz, ont finalement conclu un accord. Dans un ret...

Coronavirus : retrait des troupes françaises d’Irak

La France prépare le rapatriement de ses troupes participant à l’opération Chammal, des missions de formation visant à lutter contre Daech. L’État-major français a annoncé, ce mercredi 25 mars, ce ret...

Covid-19 : le plan humanitaire de l'ONU pour soutenir les pays à risque

L’Organisation des Nations Unies a lancé, le mercredi 25 mars, un appel pour collecter en urgence 2...