Aller au contenu principal

Le COVID-19 menace l'économie mondiale

1 367 morts et plus de 60 000 cas de contamination, c’est le dernier bilan de l’épidémie du coronavirus publié ce jeudi par les autorités chinoises. Les chiffres sont alarmants, et le monde craint le pire. En plus des pertes humaines et des infections, le virus a également affecté les finances chinoises et mondiales. Le COVID-2019, dont on n’a pas encore trouvé de vaccin, risque de nuire à l’économie internationale sur le long terme.

Par Nora Jaafar, Publié le 13/02/2020 à 17:10, mis à jour le 13/02/2020 à 17:54
Teaser Media
Le COVID-19 menace l'économie mondiale

La province chinoise de Hubei, au centre de l’épidémie de coronavirus, a signalé ce jeudi une forte augmentation du nombre de nouveaux cas, anéantissant ainsi les espoirs de voir l’épidémie ralentir. Les autorités sanitaires ont signalé 14 840 nouveaux cas, la plupart à Wuhan, capitale de cette province et épicentre de cette maladie. Selon Reuters, le ministère chinois de la Santé a indiqué que 242 autres personnes sont mortes du COVID-19, ce qui porte le total des décès à 1 367 en Chine. Le pays a également confirmé 15 152 nouvelles infections, annonçant ainsi que le nombre de contaminations a dépassé les 60 000. Un bond significatif qui a suscité des inquiétudes quant à la véritable ampleur de l’épidémie en Chine mais qui trouve également son explication dans le changement de la méthode de dépistage.

Face à l’exacerbation du virus dans le pays, Pékin a intensifié les restrictions en prolongeant la durée de suspension des voyages depuis et vers la province de Hubei. Par ailleurs, l’isolation et la fermeture du Wuhan, considéré comme la plaque tournante des transports et de l’industrie en Chine, risquent d’impacter l’économie du pays, voire même du monde. En effet, de nombreuses grandes entreprises telles que Microsoft, General Motors et le Groupe PSA sont présentes dans cette ville. Les fermetures prolongées des usines menacent le secteur manufacturier, car la richesse de cette métropole repose sur son industrie automobile et son statut de centre logistique. L’arrêt des services des trains, des bus et des avions signifie que les marchandises ne pourront pas atteindre leur destination, et on ne sait pas combien de temps cette situation pourrait durer.

Impact du COVID-19 sur l’économie mondiale

Interrogée par NBC News, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva a précisé que l’impact du virus chinois sur l’économie est difficile à quantifier en raison du nouveau rôle de la Chine sur le marché mondial. «Nous sommes toujours dans une situation d’incertitude», a déclaré Georgieva. «En termes de scénarios, le plus probable que nous envisageons maintenant est un impact en forme de V. En d’autres termes, une forte baisse des activités économiques en Chine, suivie d’une reprise rapide et d’un impact relativement limité sur la Chine. Par conséquent, l’impact sur l’économie mondiale serait également modéré». Toutefois, la directrice du FMI a souligné «qu’il est encore trop tôt pour faire des projections, et que l’économie mondiale est “un peu moins solide” qu’elle ne l’était lorsque la Chine a été confrontée à l’épidémie du virus du SRAS en 2003». Et d’ajouter que le FMI disposera de plus de données «basées sur le redémarrage des usines et de la production dans le pays» la semaine prochaine.

Selon BBC News, l’impact économique du coronavirus a été fortement ressenti en Asie du Sud-Est, où la Chine est non seulement un partenaire commercial majeur, mais aussi une source vitale de revenus de par le tourisme. La source explique que l’un des pays les plus touchés par le déclin économique de la Chine est la Thaïlande. Le tourisme est l’un des secteurs les plus importants de l’économie thaïlandaise. Avec la propagation du virus et les restrictions de voyage imposées aux Chinois, le pays s’attend à perdre environ 2,6 à 3,2 milliards de dollars de revenus, ce qui réduirait sa croissance économique de 0,5 à 0,7 point de base. BBC New cite également en exemple Singapour. En 2019, au moins 3,3 millions de Chinois sont arrivés dans ce pays. Cette année, Singapour s’attend à une baisse drastique du nombre de ses touristes, et les entreprises liées aux compagnies aériennes, aux hôtels, aux restaurants et aux transporteurs risquent d’en être fortement impactés.

Enfin, le COVID-19 menace aujourd’hui non seulement la vie des gens, mais également leurs sources de revenus. Bien que l’on n’ait pas encore mesuré l’ampleur des répercussions économiques de cette maladie meurtrière, il est sûr que ces dernières ne seraient pas des moindres.

Marché de travail : légère hausse du taux de chômage au Maroc

Dans sa récente note portant sur la situation du marché de travail au deuxième trimestre 2021, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a révélé que le taux de chômage a connu une légère hausse pendant cett...

BAM table sur le rebond de l'économie

Plus d’un an après que la pandémie de la Covid-19 a plongé le monde dans une crise sanitaire, socia...

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...