Aller au contenu principal

L’ALE Maroc-Turquie ravive la tension entre le PJD et le RNI

L’accord de libre-échange (ALE) Maroc-Turquie divise les partis politiques. Alors que Moulay Hafid El Alamy, ministre de l’Industrie et du Commerce, dévoilait en début de semaine les raisons qui ont poussé le royaume à demander la révision de cet accord, le PJD qui noue des liens étroits avec l’AKP (parti du président Erdogan) a pris la défense de la Turquie. Le RNI est monté au créneau pour dénoncer la position «intolérable» du parti de la lampe.

Par Mohamed L., Publié le 13/02/2020, mis à jour le 13/02/2020
Teaser Media
RNI

Rien ne va plus entre le PJD et le RNI. Les deux partis politiques sont en guerre au parlement. Le quotidien Al Akhbar affirme, dans son édition du jeudi 13 février, que certains propos de Moulay Hafid El Alamy (MHE), ministre de l’Industrie et du Commerce, sur l’Accord de libre échange (ALE) Maroc-Turquie ont déplu aux députés PJDistes.

Selon Jeune Afrique, Le PJD (parti de la lampe) fait endosser la totale responsabilité du déficit engendré par cet accord au RNI, qui avait chapeauté la signature de l’ALE en 2004. Ce dernier estime que le défaut est à régler au niveau des entreprises marocaines, affirmant que tous les accords de libre-échange signés par le Maroc avec les pays étrangers ne sont pas équilibrés et déstabilisent la balance commerciale chaque année. La réplique du RNI n’a pas tardé estimant que les propos de Mustapha Ibrahimi, président du groupe parlementaire du PJD, sont intolérables et infondés. Le ministre a présenté tous les chiffres et les statistiques qui démontrent les dégâts économiques provoqués par cet accord. Mais les députés du PJD maintiennent leur position de défendre la Turquie au lieu de défendre l’économie nationale.

Lors d’une sortie médiatique, Haluk Dortluoglu, directeur financier de l’enseigne BIM a tenu à démentir les propos de MHE par rapport à la commercialisation de ses produits. Le ministre demandait à la Turquie de commercialiser au moins 50% de produits marocains dans ses locaux. La réponse du directeur financier ne s’est pas fait attendre, déclarant que 85% des produits commercialisés par BIM sont achetés auprès de commerçants locaux. Ce jeudi, Le360 nous apprend que le ministère de la tutelle va ouvrir une enquête pour s’assurer de l’origine des produits proposés à la vente par le magasin BIM.


  • Partagez

Session printanière : le parlement fait peau neuve

La session printanière du parlement démarre le second vendredi du mois d’avril, soit le 10 avril pr...

Session printanière du parlement : une panoplie de sujets au menu

C’est officiel, la session du printemps de la Chambre des représentants s’ouvrira vendredi 10 avril...

Le ministre de l’Intérieur exhorte les Marocains à respecter l’état d’urgence

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a exhorté les Marocains à respecter les mesures adop...

Le décret-loi instaurant l’état d’urgence adopté à l’unanimité en Commission

Ce lundi 23 mars, la commission de l’Intérieur des collectivités locales du logement et de la politique de la ville à la Chambre des représentants a adopté à l’unanimité le décret-loi 2.20.292. Adopté...

Fête de l’indépendance en Tunisie : le roi Mohammed VI félicite Kais Saïed

Ce vendredi 20 mars, la Tunisie fête le 64e anniversaire de l’indépendance, un évènement majeur de l’histoire du pays marquant la fin de la colonisation française et le début de la Tunisie moderne. À ...

Parlement : l’heure est à l’union contre le Coronavirus

Une fois n’est pas coutume, la majorité gouvernementale s’est alliée à l’opposition dans la bataill...