Aller au contenu principal

L’ALE Maroc-Turquie ravive la tension entre le PJD et le RNI

L’accord de libre-échange (ALE) Maroc-Turquie divise les partis politiques. Alors que Moulay Hafid El Alamy, ministre de l’Industrie et du Commerce, dévoilait en début de semaine les raisons qui ont poussé le royaume à demander la révision de cet accord, le PJD qui noue des liens étroits avec l’AKP (parti du président Erdogan) a pris la défense de la Turquie. Le RNI est monté au créneau pour dénoncer la position «intolérable» du parti de la lampe.

Par Mohamed L., Publié le 13/02/2020, mis à jour le 13/02/2020
Teaser Media
RNI

Rien ne va plus entre le PJD et le RNI. Les deux partis politiques sont en guerre au parlement. Le quotidien Al Akhbar affirme, dans son édition du jeudi 13 février, que certains propos de Moulay Hafid El Alamy (MHE), ministre de l’Industrie et du Commerce, sur l’Accord de libre échange (ALE) Maroc-Turquie ont déplu aux députés PJDistes.

Selon Jeune Afrique, Le PJD (parti de la lampe) fait endosser la totale responsabilité du déficit engendré par cet accord au RNI, qui avait chapeauté la signature de l’ALE en 2004. Ce dernier estime que le défaut est à régler au niveau des entreprises marocaines, affirmant que tous les accords de libre-échange signés par le Maroc avec les pays étrangers ne sont pas équilibrés et déstabilisent la balance commerciale chaque année. La réplique du RNI n’a pas tardé estimant que les propos de Mustapha Ibrahimi, président du groupe parlementaire du PJD, sont intolérables et infondés. Le ministre a présenté tous les chiffres et les statistiques qui démontrent les dégâts économiques provoqués par cet accord. Mais les députés du PJD maintiennent leur position de défendre la Turquie au lieu de défendre l’économie nationale.

Lors d’une sortie médiatique, Haluk Dortluoglu, directeur financier de l’enseigne BIM a tenu à démentir les propos de MHE par rapport à la commercialisation de ses produits. Le ministre demandait à la Turquie de commercialiser au moins 50% de produits marocains dans ses locaux. La réponse du directeur financier ne s’est pas fait attendre, déclarant que 85% des produits commercialisés par BIM sont achetés auprès de commerçants locaux. Ce jeudi, Le360 nous apprend que le ministère de la tutelle va ouvrir une enquête pour s’assurer de l’origine des produits proposés à la vente par le magasin BIM.


  • Partagez

La commission Benmoussa sur les terres du Kif

La commission chargée du nouveau modèle de développement a effectué une visite au nord du pays (Cha...

Sahara : le ministre slovaque n’est plus candidat au poste d’émissaire de l’ONU

Le secrétaire général des Nations Unies (ONU), Antonio Guterres, aurait renoncé à l’idée de nommer le ministre slovaque des Affaires étrangères, Miroslav Lajčák, nouvel émissaire spécial de l’ONU pour...

Le Kazakhstan s’apprête à ouvrir une ambassade à Rabat

Ce lundi 24 février, l’agence de presse kazakhe Nur KZ a rapporté que le Kazakhstan devrait ouvrir une ambassade à Rabat. Ceci intervient dans le cadre d’un projet de résolution du gouvernement, élabo...

Une délégation saoudienne en visite de travail à Rabat

Ce lundi 24 février à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a reçu le président du Conseil saoudien de la Choura, Abdullah Ibn Muhammad Al-Sheikh. Ce dernier préside une délégati...

L’Espagne ne reconnaît ni le Polisario ni la RASD

Dimanche 23 février, la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a tenu à préciser que «l’Espagne ne reconnait pas la République arabe sahraouie démocratique (RASD)». Elle a ...

Le PJD attise la colère de la majorité gouvernementale

Le sujet de la réforme du Code pénal continue de faire polémique au sein du gouvernement. La tensio...