Aller au contenu principal

OMS : Le COVID-19 est « l'ennemi public numéro 1 »

Le coronavirus, renommé COVID-19, continue de faire des victimes. Selon le dernier bilan des autorités chinoises, ce mercredi, le nombre de décès est passé à 1113 morts et le nombre de contaminés a atteint les 44 653 cas avérés. Le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a affirmé que ce virus devait désormais être considéré comme «l’ennemi public numéro 1». De son côté, le ministère marocain de la Santé a confirmé que les 167 ressortissants marocains rapatriés de Chine le 3 février sont tous en «bonne santé».

Par H.L.B, Publié le 12/02/2020, mis à jour le 12/02/2020
Teaser Media
OMS : Le COVID-19 est « l'ennemi public numéro 1 »

Apparu pour la première fois en décembre 2019 dans la ville de Wuhan, au centre de la Chine, le coronavirus continue de faire des victimes. Ce mercredi, la Commission chinoise nationale de la santé a déclaré que 2 015 nouveaux cas avaient été signalés au cours de ces dernières 24 heures, rapporte France24. Ainsi, le nombre total des contaminations en Chine continentale a atteint 44 653 cas. De plus, l’instance indique que le dernier bilan des décès est de 1 113 morts. Réunis actuellement au siège de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), des scientifiques du monde entier sont en alerte permanente face à cette nouvelle épidémie. Le directeur général de l’organisation, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé les chefs d’État et les leaders des pays à intensifier leur mobilisation, rapporte Reuters«Un virus peut avoir des conséquences plus puissantes que n’importe quelle action terroriste. Et c’est vrai. Et si le monde ne veut pas se réveiller et considérer ce virus comme l’ennemi public numéro 1, je ne pense pas que nous tirerons les leçons qui s’imposent», a-t-il prévenu.

Selon Euronews, en attendant un éventuel vaccin, l’OMS a décidé de renommer le virus afin de ne plus stigmatiser les personnes qui en sont atteintes. La nouvelle appellation de la maladie est COVID-19. «Nous devons trouver un nom qui ne fasse pas référence à un lieu géographique, un animal, un individu ou un groupe de personnes (...) qui soit également prononçable et lié à la maladie», a expliqué le docteur Ghebreyesus.

Dernier rapport alarmant de l’OMS

D’après le dernier rapport de l’organisation, le COVID-19, comme d’autres souches de coronavirus, est une zoonose (d’origine animale). Cependant, cette souche particulière peut également être transmise d’une personne à une autre, explique BBC News. En tant que maladie respiratoire, sa transmission se fait principalement par les gouttelettes provenant de la toux et des éternuements. Pour minimiser le risque d’infection, il est donc conseillé d’éviter tout contact avec des personnes présentant des symptômes de maladie respiratoire, notamment l’éternuement et la toux, et de se laver régulièrement les mains. L’OMS a également recommandé de bien cuire la viande et les œufs. Le rapport a souligné en plus que des infections recensées dans un immeuble de Hong Kong ont démontré que le virus pouvait se propager par les matières fécales qui passent par les tuyaux de construction et le système d’égouts.

Toutefois, le docteur Zhong Nanshan, un épidémiologiste qui est également le principal conseiller médical du gouvernement chinois, a affirmé à Reuters qu’il était «optimiste quant au ralentissement prochain de la nouvelle épidémie, le nombre de nouveaux cas ayant déjà diminué dans certains endroits». Il a estimé que le COVID-19 devrait connaître un pic «d’ici la mi- ou fin février» avant de connaitre une importante baisse vers la fin du mois d’avril. Il a expliqué que ses spéculations reposent sur la modélisation mathématique, les événements récents et l’action du gouvernement.

Les Marocains rapatriés de Chine sont en bonne santé

Ce mercredi 12 février, Aujourd’hui le Maroc nous apprend que le chef de la division de lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé, Abdelkrim Meziane Belfkih, a assuré que tous «les ressortissants marocains rapatriés de la ville de Wuhan sont en bonne santé». Il a précisé que les 167 Marocains en questions, sont actuellement en observation médicale sous la supervision d’une commission nationale. En outre, Meziane Belfkih a souligné que cette commission «prendra, dans les jours à venir, une décision concernant la levée de l’observation médicale».

Par ailleurs, la même source révèle que «des dispositifs de contrôle et de veille ont été mis en place au niveau de tous les points de passage frontalier du Maroc, lesquels sont en mesure de signaler au Centre national d’opérations d’urgence en santé publique (CNOUSP) tout individu qui présente des symptômes pour procéder à un examen virologique». Meziane Belfkih a ainsi affirmé que «la situation au Maroc ne devrait donner lieu à aucune inquiétude».


  • Partagez

Crise en Syrie : Ankara confrontée aux forces armées d’Assad, soutenues par Moscou

Les tensions entre Ankara et Moscou montent d’un cran alors que de violents combats font rage dans ...

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort

Ce mardi 25 février, l’ancien président égyptien, Hosni Moubarak, est décédé à l’âge de 91 ans à la suite d’une longue maladie. Contacté par l’AFP, son beau-frère, le général Mounir Thabet, a indiqué ...

Décès de Katherine Johnson, mathématicienne pionnière de la conquête spatiale

Ce lundi 24 février, la Nasa a annoncé que Katherine Johnson, une mathématicienne qui a contribué à de nombreuses missions de l’agence spatiale, est décédée à l’âge de 101 ans. «La Nasa est très trist...

Harvey Weinstein reconnu coupable d’agression sexuelle et de viol

Ce lundi 24 février à New York, le tribunal de Manhattan a jugé le producteur de cinéma, Harvey Weinstein, coupable d’agression sexuelle et de viol. L’ancien magnat d’Hollywood a été toutefois disculp...

Libye : escalade des tensions entre la Turquie et les forces de Haftar

Le président turc, Tayeb Recep Erdogan, a confirmé que «plusieurs» militaires turcs avaient été tué...

Donald Trump est arrivé en Inde pour une visite d’État de deux jours

Ce lundi 24 février, le président américain, Donald Trump, est arrivé en Inde pour une visite de deux jours. À son atterrissage à Ahmedabad en fin de matinée, il a été accueilli par le Premier ministr...