Aller au contenu principal

Retraite : le rappel de la Cour des comptes et de l’Acaps

Driss Jettou, président de la Cour des comptes, et l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale ont à nouveau alerté sur la question des retraites. Les équilibres du régime des pensions civiles, de la CNSS et de la RCAR sont menacés de risques croissants. Toute réforme passera notamment par une augmentation des taux de cotisation et de la durée de cotisation. Le rapport entre cotisations et prestations dépasse le facteur 2. Il y a urgence à accélérer la réforme.

Par J.R.Y, Publié le 07/02/2020 à 15:55, mis à jour le 07/02/2020 à 20:23
Teaser Media
Retraite : le rappel de la Cour des comptes et de l’Acaps

Lors de son dernier passage devant les députés, Driss Jettou, président de la Cour des comptes, a une fois encore alerté sur la situation des finances publiques, notamment les risques associés à la lenteur de la réforme des régimes de retraite. La problématique de la pérennité des régimes de retraite se pose toujours. Le régime des pensions civiles, qui cristallise le plus l’attention, a affiché un déficit technique de 5,2 milliards de DH en 2019. Les prestations ne couvrent plus les cotisations.

«Les équilibres des trois caisses affrontent des risques croissants», a averti Driss Jettou avant d’ajouter : «Les étapes suivantes de la réforme n’ont pas été enclenchées, notamment en vue de la création d’un pôle unique du secteur public répondant aux conditions d’équilibre, de pérennité et aux règles de bonne gouvernance. C’est pourquoi, j’insiste à nouveau sur l’urgence qui s’attache à une intervention décisive pour accélérer le rythme de la réforme en vue d’éviter l’épuisement des réserves et son impact négatif sur la pérennité des régimes de retraite, l’épargne et le financement de l’économie nationale».

Toute réforme passera notamment par une augmentation des taux de cotisation, de la durée de cotisation... Pour le régime des pensions civiles géré par la Caisse Marocaine de Retraite, la CNSS et le RCAR (le régime général), les droits sont sous-tarifés. Le rapport entre cotisations et prestations pour un profil moyen au niveau des régimes CNSS et RCAR dépasse le facteur 2. Les engagements non couverts dépassent 637 milliards de DH, relève L’Économiste dans le rapport annuel de l’Acaps. «La pérennité des régimes de retraite de base reste globalement précaire et dénote de la sous-tarification des droits accordés à leurs affiliés. Ce constat se manifeste à travers les niveaux élevés de leurs engagements non couverts», cite le journal.

La question des retraites est un sujet sensible et on voit bien à travers les manifestations ayant lieu dans les autres pays qu’il sera difficile de réformer le système.

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...

Campagne céréalière 2020-2021 : une très bonne récolte de 103,2 millions de quintaux

La campagne agricole 2020-2021 s’est distinguée par une bonne répartition temporelle de pluviométrie et une occurrence avec les stades clés de développement des céréales (tallage, montaison et remplis...

Tourisme : quelles perspectives pour le deuxième semestre 2021 ?

L’Office national des aéroports (ONDA) a souligné dans un communiqué que le nombre de passagers enr...

En 2020, les investissements directs marocains à l’étranger ont enregistré un repli de 29,3%

L’Office des changes vient de publier son rapport sur la balance des paiements et position extérieure globale du Maroc en 2020. Réalisé sur la base des données 2020 provisoires de la balance des paiem...

DEPF : l’activité économique en rétablissement

Les perspectives d’un rebond de l’activité économique mondiale et du commerce international se conf...