Aller au contenu principal

Climat des affaires : les industriels en quête de visibilité

89% des dirigeants jugent le climat des affaires "normal" au quatrième trimestre 2019, selon Bank Al-Maghrib. Sur l'ensemble de l'année, le sentiment des patrons n'a pas connu une réelle amélioration. Le ralentissement de la croissance des activités non agricoles prévu en 2020 n'améliore pas vraiment leur visibilité. Plus de la moitié des chefs d'entreprises prévoient une stagnation des investissements au 1er trimestre 2020 et la grande majorité anticipe une stagnation des effectifs.

Par J.R.Y, Publié le 06/02/2020 à 14:53, mis à jour le 06/02/2020 à 16:42
Teaser Media
Climat des affaires : les industriels en quête de visibilité

Le climat des affaires dans l’industrie est jugé normal par 89% des dirigeants et favorable pour 11% d’entre-eux au quatrième trimestre 2019, selon l’enquête de Bank Al-Maghrib. Sur l’ensemble de l’année, le sentiment des patrons n’a pas connu une réelle amélioration. Avec une croissance économique de 2,3% en 2019 et une prévision autour de 3,5% en 2020, dont un ralentissement des activités non agricoles, les patrons ne sont pas très optimistes.

 

En attente de meilleures nouvelles

Les entrepreneurs surveillent de près plusieurs indicateurs, notamment la consommation des ménages. Son dynamisme est important pour contribuer à renforcer les carnets de commandes. Les dépenses des ménages progresseraient de 3,5% cette année contre 3,3% en 2019.

L’évolution de la conjoncture à l’international continuera d’impacter la demande extérieure adressée au Maroc. La croissance en Europe, principal partenaire économique du royaume, est un indicateur important à observer, surtout le comportement de l’activité en Espagne et en France, les deux premiers clients du Maroc. Le ralentissement en Europe et les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ont ralenti les exportations marocaines. Elles n’ont progressé que de 2,4% en 2019 après une hausse de 10,6% en 2018. La baisse des exportations du textile et du cuir y a fortement contribué. En revanche, les ventes à l’étranger des produits de l’agriculture et de l’agroalimentaire se maintiennent.

Pour le premier trimestre 2020, les industriels manquent de visibilité. Ceci va impacter l’investissement et l’emploi dans le secteur. Plus de la moitié des chefs d’entreprises (58%) prévoient une stagnation des investissements au 1er trimestre 2020, contre 35% anticipant une augmentation. La majorité des patrons s’attendent à une stagnation des effectifs. Dans le textile et le cuir, ils envisagent même une baisse des effectifs.

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...