Aller au contenu principal

Climat des affaires : les industriels en quête de visibilité

89% des dirigeants jugent le climat des affaires "normal" au quatrième trimestre 2019, selon Bank Al-Maghrib. Sur l'ensemble de l'année, le sentiment des patrons n'a pas connu une réelle amélioration. Le ralentissement de la croissance des activités non agricoles prévu en 2020 n'améliore pas vraiment leur visibilité. Plus de la moitié des chefs d'entreprises prévoient une stagnation des investissements au 1er trimestre 2020 et la grande majorité anticipe une stagnation des effectifs.

Par J.R.Y, Publié le 06/02/2020, mis à jour le 06/02/2020
Teaser Media
Climat des affaires : les industriels en quête de visibilité

Le climat des affaires dans l’industrie est jugé normal par 89% des dirigeants et favorable pour 11% d’entre-eux au quatrième trimestre 2019, selon l’enquête de Bank Al-Maghrib. Sur l’ensemble de l’année, le sentiment des patrons n’a pas connu une réelle amélioration. Avec une croissance économique de 2,3% en 2019 et une prévision autour de 3,5% en 2020, dont un ralentissement des activités non agricoles, les patrons ne sont pas très optimistes.

 

En attente de meilleures nouvelles

Les entrepreneurs surveillent de près plusieurs indicateurs, notamment la consommation des ménages. Son dynamisme est important pour contribuer à renforcer les carnets de commandes. Les dépenses des ménages progresseraient de 3,5% cette année contre 3,3% en 2019.

L’évolution de la conjoncture à l’international continuera d’impacter la demande extérieure adressée au Maroc. La croissance en Europe, principal partenaire économique du royaume, est un indicateur important à observer, surtout le comportement de l’activité en Espagne et en France, les deux premiers clients du Maroc. Le ralentissement en Europe et les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ont ralenti les exportations marocaines. Elles n’ont progressé que de 2,4% en 2019 après une hausse de 10,6% en 2018. La baisse des exportations du textile et du cuir y a fortement contribué. En revanche, les ventes à l’étranger des produits de l’agriculture et de l’agroalimentaire se maintiennent.

Pour le premier trimestre 2020, les industriels manquent de visibilité. Ceci va impacter l’investissement et l’emploi dans le secteur. Plus de la moitié des chefs d’entreprises (58%) prévoient une stagnation des investissements au 1er trimestre 2020, contre 35% anticipant une augmentation. La majorité des patrons s’attendent à une stagnation des effectifs. Dans le textile et le cuir, ils envisagent même une baisse des effectifs.


  • Partagez

Lancement du nouveau HUAWEI Y7p

Proposé à un prix extrêmement avantageux, le nouveau HUAWEI Y7p offre des fonctions étonnantes et de ses composants de très grande qualité. Il dispose d’une triple caméra 48MP gérée par IA. ...

Emploi : le secteur des services, premier pourvoyeur de job

Le secteur des services reste de loin le premier pourvoyeur d’emplois avec 4,9 millions de postes e...

Délais de paiement : les retards toujours en hausse

Le nombre de faillites d’entreprises au Maroc risque de connaître une hausse en 2020. Après une cro...

Keller Williams Morocco signe une entente stratégique avec la SAEDM

Keller Williams Morocco, signe un partenariat stratégique avec la société d’aménagement et de développement de Mazagan Saedm SA, filiale du groupe OCP. Présent au Maroc à travers son alliance avec ...

L’emploi, une zone d’insécurité

Le tableau du marché du travail dépeint par le Haut Commissariat au Plan n’est pas très reluisant. ...

Commerce : création d’une "zone franche" entre Fnideq et Ceuta

Ce mercredi 26 février, Médias24 a confirmé que le Maroc s’apprête à construire une "zone franche" entre Fnideq et l’enclave espagnole de Ceuta. Cette zone commerciale s’étendra sur 23 hectares à...