Aller au contenu principal

Maroc-France: Bruno Le Maire à Rabat pour défendre un modèle «gagnant-gagnant»

Le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, est en visite de travail au Maroc. Il aura des entretiens avec de hauts responsables marocains, notamment les ministres Mohamed Benchaâboun et Moulay Hafid El Alamy. Voici les enjeux de ce déplacement qui intervient quelques semaines après la 14e rencontre de haut niveau France-Maroc, qui s'est tenue à Paris.

Par Mohamed Laabi, Publié le 31/01/2020 à 13:02, mis à jour le 31/01/2020 à 14:03
Teaser Media
Bruno Le Maire

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances, a entamé, ce vendredi 31 janvier, une visite de travail au Maroc. Durant son séjour, il va rencontrer de hauts responsables marocains, à commencer par le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la réforme de l’administration, et Moulay Hafid El Alamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Économie verte et numérique. Le déplacement du ministre français intervient, quelques semaines, après la tenue de la 14e rencontre de haut niveau France-Maroc (19 décembre 2019 à Paris).

Dans le cadre de son partenariat avec le Maroc, « la France souhaite un modèle gagnant gagnant », a déclaré Bruno Le Maire, dans une interview exclusive accordée au quotidien Les Inspirations Éco, datée de ce vendredi (édition week-end). On apprend que la visite du ministre français vise à approfondir la coopération actuelle dans les secteurs stratégiques : ferroviaire, aéronautique, transport urbain, énergie et industrie navale. À lire l’interview du ministre français, il est clair que le Maroc figure en position de tête dans la réflexion sur le nouveau « Pacte productif industriel français » auquel a appelé le président Emmanuel Macron. Un pacte qui a pour objectif d’élaborer « un nouveau modèle respectueux de l’environnement pour atteindre le plein emploi ». La France a besoin de consolider ses positions dans les marchés où elle est présente et gagner de nouveaux débouchés pour être encore plus compétitive. La réflexion est également entamée du côté du Maroc, qui veut bénéficier de ce pacte.

Ligne à grande vitesse : La France veut consolider ses positions

Le projet de la Ligne à grande vitesse (LGV), « projet emblématique de la coopération franco-marocaine », selon Le Maire, figure parmi les points qui seront discutés lors de sa visite au Maroc. Le dernier comité de suivi de la LGV sera tenu en marge de ce déplacement et une charte du Club LGV sera signée dans le cadre du suivi de la coopération, précise le ministre français. Partenaire historique du Maroc, la France est en rude concurrence avec la Chine sur la LGV Marrakech-Agadir. Les deux pays ne lésinent pas sur les moyens en matière de lobbying pour convaincre les officiels marocains.

Pour rappel, Le Maire avait fait l’objet de vives critiques, début décembre 2019, lorsqu’il avait critiqué l’installation des usines françaises à l’étranger. Le ministre a estimé que ces dernières (dont PSA à Kénitra) devraient produire leurs « best-sellers » en France plutôt qu’à l’étranger. « Je souhaite clarifier mes propos qui ne visaient en aucun cas le Maroc ou sa stratégie industrielle. Mon propos posait la question des choix industriels de la France qui a perdu près d’un million d’emplois industriels ces dernières années, ce dont on ne peut se satisfaire », a précisé Bruno Le Maire, dans l’interview accordée au journal Les Inspirations Éco.

La France reste le premier investisseur étranger au Maroc. Le royaume détient plus du tiers des investissements directs étrangers (34,3 %) en provenance de la France. L'Hexagone est également le second fournisseur commercial du Maroc et son deuxième client. La croissance économique de la France a ralenti plus que prévu en 2019 (1,2 %), rapporte Médias24, qui cite les chiffres de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques). « Ce ralentissement passager ne remet pas en cause les fondamentaux de la croissance française, qui sont solides », a pourtant déclaré, ce vendredi, le ministre Bruno Le Maire.

MEN : suspension de deux circulaires portant sur les contrôles continus

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports a annoncé, ce lundi 29 novembre, la suspension de deux circulaires ministérielles publiées les 15 et 16 septembre, relatives aux con...

Maroc-Israël : coopération sécuritaire historique

C'est le premier accord sécuritaire d’un État arabe avec Israël. Rabat et Tel-Aviv ont conclu le 24 novembre 2021 une avancée historique en matière coopération militaire. Une avancée conclue lors du ...

Le PAM en conclave à Marrakech, lance un appel à ses militants

Le Parti authenticité et modernité (PAM) a appelé, samedi 27 novembre à Marrakech, ses membres et militants à adhérer aux différents chantiers de développement, aux stratégies majeures et à la diploma...

Le Maroc envisage d’acheter 36 hélicoptères de type Bell-412 EPI

Selon le site espagnol Defensa, spécialisé dans les questions militaires, l’armée de l’air marocaine compte acquérir 36 hélicoptères polyvalents de la société américaine Bell Textron Inc. Il s’agirait...

Le roi Mohammed VI plaide pour la restauration de la confiance entre Palestiniens et Israéliens

Le roi Mohammed VI a réitéré son appel pour la restauration de la confiance mutuelle entre Palestiniens et Israéliens, dans la perspective de trouver une issue favorable à la question palestinienne, d...

Le Maroc et l’Algérie grands absents de la réunion de l’Union pour la Méditerranée

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger et Ramtane Lamamra, chef de la diplomatie algérienne, ont tous deux décidé de ne pa...