Aller au contenu principal

Algérie : Human Rights Watch exige la libération des détenus du Hirak

L’organisation mondiale Human Rights Watch qui lutte pour la défense des droits de l’Homme a rendu public mardi un communiqué dans lequel elle dénonce la répression qui sévit en Algérie depuis le scrutin présidentiel de décembre dernier. HRW appelle les autorités à la libération de toutes les personnes incarcérées depuis le lancement du mouvement Hirak en février 2019.

Par Mohamed Laabi, Publié le 30/01/2020, mis à jour le 30/01/2020
Teaser Media
Hirak

Face à l’arrestation d’un nombre important d’Algériens en lien avec le mouvement de contestation Hirak, Human Rights Watch a décidé de réagir. L’ONG qui se donne pour mission de défendre les droits de l'Homme et le respect de la déclaration universelle des droits de l'Homme a lancé mardi dernier un appel à la libération de tous les détenus liés à ce mouvement de protestation.

"Au lieu de libérer toutes les personnes détenues pour leurs protestations non violentes, les autorités ont continué d'arrêter et de détenir des gens pour leur activisme pacifique", a déclaré Eric Goldstein, directeur exécutif par intérim de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch à l’AFP. 

Selon le comité national de libération des détenus (CNLD), plus de 120 personnes seraient toujours détenues en attente de procès ou déjà condamnées pour avoir pris part au mouvement. "Les offres de dialogue perdent de leur crédibilité lorsque vous enfermez des gens simplement parce que vous descendez dans la rue pour exprimer votre désaccord", souligne Eric Goldstein dans une déclaration relayée par le site Liberté Algérie.

Pour Ahmed Benchemsi, porte-parole de l'Organisation, c'est un bras de fer qui continue entre le pouvoir et les manifestants. "Probablement parce que les autorités n'acceptent pas que les Algériens continuent de sortir dans la rue, malgré le fait que des élections se soient tenues. Il se trouve que les gens ne sont pas rentrés chez eux, que les manifestants ont continué chaque semaine et même deux fois par semaine et le pouvoir cherche probablement à envoyer un message de fermeté pour dire : "nous n'acceptons pas que les manifestants continuent". Évidemment en violation totale du droit des Algériens à s'exprimer librement".

Human Rights Watch affirme que la poursuite des arrestations arbitraires des manifestants décrédibilise les offres de dialogue formulées par le chef de l'État, Abdelmadjid Tebboune.

Pour l'instant, le gouvernement algérien n’a pas encore réagi à ces propos. Affaire à suivre.

 

 

 

 

 

 

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...