Aller au contenu principal

Coronavirus : la décision de l’Organisation mondiale de la Santé se fait attendre

Réunie ce mercredi 22 janvier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé de collecter davantage d’information sur le nouveau virus chinois avant de déclarer une urgence sanitaire mondiale. Jusqu’à présent, le coronavirus a tué 17 personnes et contaminé plus de 500 autres en Chine, mais aussi aux États-Unis, en Thaïlande, au Japon, à Singapour et en Corée de Sud.

Par Nora Jaafar, Publié le 23/01/2020 à 17:05, mis à jour le 24/01/2020 à 07:01
Teaser Media
La décision de l’Organisation mondiale de la Santé se fait attendre

Ce mercredi 22 janvier à Genève en Suisse, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a tenu une réunion d’urgence pour déterminer le degré d’urgence représenté par le coronavirus. Avant de déclarer une urgence sanitaire d’envergure mondiale, l’organisme a demandé davantage d’informations à la Chine, où sévit le virus depuis fin décembre. Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a ainsi décidé de relancer les débats à ce sujet ce jeudi soir, rapporte Les Échos. Il a indiqué que l’OMS a déployé des chercheurs en Chine pour collecter plus d’informations. «La décision de déclarer ou non une urgence de santé publique de portée internationale est une décision que je prends très au sérieux et que je ne suis prêt à prendre qu’en tenant dûment compte des preuves disponibles», a affirmé Tedros.

De leur côté, les autorités chinoises affirment que de nombreux patients contaminés ont été en contact avec des marchés de fruits de mer et de viande, ce qui laisse supposer que le virus est d’origine animale, indique Euronews. Selon CNBC, des recherches préliminaires ont suggéré qu’il était transmis à l’homme par les serpents, mais le conseiller médical du gouvernement, Zhong Nanshan, a également identifié les blaireaux et les rats comme sources possibles. Les médecins de l’OMS ont quant à eux annoncé avoir trouvé des preuves de transmission interhumaine entre les membres d’une même famille, et dans des établissements médicaux. Ils ont expliqué que le virus était stable et ne présentait aucune activité inhabituelle, indique BBC News.

France 24 explique que pour prévenir de tout risque de propagation du virus, le gouvernement chinois a suspendu tous les voyages aériens et par trains à destination et en provenance de Wuhan ainsi que tous les transports publics de la ville. Notons que cette métropole, qui compte 11 millions d’habitants, était la première à enregistrer des cas de contamination dus au coronavirus. De plus, Pékin va procéder à partir de minuit au confinement de la ville de Huanggang, dont le nombre de résidents s’élève à 7 millions. D’autres villes ont également pris des mesures pour restreindre les déplacements, poursuit la même source. La ville voisine d’Ezhou a fermé ses gares. La célèbre Cité interdite de la capitale chinoise, ancien palais des empereurs, a annoncé sa fermeture jusqu’à nouvel ordre, pour éviter tout risque de contamination entre les visiteurs. En outre à la veille du long congé du Nouvel An chinois, le pays a décrété l’annulation des festivités, qui draînent habituellement des centaines de milliers de badauds dans les parcs pour assister à la traditionnelle danse du lion et du dragon, a indiqué le journal officiel Beijing News.

Par ailleurs, le ministère marocain de la Santé a déclaré que bien que le «royaume n’est pas à l’abri» de cette nouvelle pandémie, le risque reste «faible». Selon Médias24, le Maroc qui accueille depuis 2018 entre 150 000 et 190 000 touristes chinois, pourrait être exposé au coronavirus. Surtout, poursuit le média, que la Royal Air Maroc (RAM) vient d’inaugurer sa première ligne Casablanca-Pékin. «Nous ne pouvons rien faire tant qu’on n’a pas la position du gouvernement», a souligné une source autorisée de la RAM à Médias24. Se voulant rassurant Zouhair Mohamed El Oufir, directeur de l’Office national des aéroports a avancé vaguement : «On a un process qui régit tous les types de menaces qu’on déploie avec les autorités sanitaires».

Pour rappel, le coronavirus a tué jusqu’à présent 17 personnes et contaminé plus de 500 autres. Cette nouvelle épidémie mystérieuse a atteint plusieurs pays étrangers, dont les États-Unis, la Thaïlande, le Japon, Singapour et la Corée de Sud. Pour le moment, il n’existe pas de vaccin contre ce virus, qui peut se propager par transmission respiratoire. Ses symptômes comprennent de la fièvre, des difficultés respiratoires et de la toux, similaires à ceux de nombreuses autres maladies respiratoires.

#FreeBritney : la saga judiciaire de Britney Spears ravive la campagne

Sous tutelle depuis plus de douze ans à la suite de troubles psychologiques, la chanteuse Britney Spears s’exprimera ce mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles. Lors de cette audience, la c...

Espagne : grâce pour neuf indépendantistes catalans

Ce lundi 21 juin, Pedro Sánchez, président du gouvernement d’Espagne, a annoncé qu’il allait proposer au Conseil des ministres d’accorder une grâce à neuf dirigeants indépendantistes catalans incarcér...

Décryptage de la situation politique en Libye

Dans ce podcast, Medi1 revient sur la situation politique actuelle en Libye notamment avec la réouverture de la route côtière entre l'est et l'ouest du pays. Un événement qui se produit quelques jours...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères bientôt aux EAU

Pour sa première visite aux pays du Golfe, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra aux Émirats arabes unis (EAU) la semaine prochaine. Cette visite intervient aprè...

Régionales 2021 : abstention record en France

Ce dimanche 20 juin, la France a tenu le premier tour des élections régionales et départementales. Plus de deux Français sur trois ont choisi de ne pas se rendre aux urnes. En effet, à la fermeture de...

Iran : une centrale nucléaire à l'arrêt après une défaillance technique

Depuis ce lundi 21 juin, l’unique centrale nucléaire d’Iran, située à Bouchehr, dans le sud du pays, est à l’arrêt. Selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), elle le sera pour «quel...