Aller au contenu principal

Le ministère de la Justice révèle les chiffres alarmants des mariages de mineures

Le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, a révélé lors d’une séance de questions orales à la chambre des représentants que sur le 32 000 demandes de mariages de mineures déposées en 2018, 26 240 ont été acceptées. Un chiffre alarmant qui souligne la progression vertigineuse de ce phénomène dans le pays.

Par H.L.B, Publié le 22/01/2020, mis à jour le 22/01/2020
Teaser Media
les chiffres alarmants des mariages de mineures

L’accroissement des mariages de mineurs inquiète le ministère de la Justice. En effet, le ministre de tutelle, Mohamed Benabdelkader, a présenté en début de semaine à la chambre des représentants les chiffres alarmants de ce phénomène très répandu au Maroc. Ce dernier a tiré la sonnette d’alarme, tout en soulignant que «le nombre de mariages de mineurs au Maroc ne cesse d’augmenter avec plus de 32 000 demandes déposées en 2018, dont 26 240 ont été acceptées soit un pourcentage de 81%», rapporte ce 22 janvier le quotidien Al Massae. Le journal Al Alam explique que les demandes déposées par les jeunes filles représentent 99,46 %.

D’après les chiffres du ministère de la Justice, il s’agit bien d’un phénomène rural, car environ 67 % des demandes ont été faites par des personnes habitant les campagnes. Benabdelkader a ajouté que «98% des demandes ont été déposées par des individus au chômage». Il s’est indigné face à ces statistiques et a précisé que «le mariage des mineures n’est plus une exception comme l’attestent les dispositions du Code de la famille, mais qu’il s’est transformé en règle générale», rapporte l’Économiste.

Al Massae, qui cite Fatiha Sedass, parlementaire de groupe socialiste, soutient que dans les régions rurales, les familles marient souvent leurs filles à l’âge de 12 ans pour des raisons économiques et sociales. Sedass a ainsi suggéré que cette question reste extrêmement sensible et qu’il faut «prendre en compte les spécificités de la société marocaine», nous apprend H24info.

Pour rappel, les textes de loi appliqués dans les dossiers de mariage de mineures ont longtemps été considérés insuffisants et obsolètes par de nombreux activistes et défenseurs des droits de la femme et de l’enfant. En décembre 2019, les agences des Nations Unies au Maroc (Uncief, ONU Femmes, UNFPA), en collaboration avec l’ambassade de Belgique au Maroc, ont échangé sur cette pratique ainsi que sur les moyens et les mesures nécessaires pour y mettre fin.


  • Partagez

Viol d’une mineure à Marrakech : le ministère de la justice sort de son silence

Après le tollé médiatique qu’a provoqué la fuite d’un jeune Koweitien de 24 ans, accusé de viol sur...

Militantisme : 9e anniversaire du "Mouvement du 20 février"

Ce jeudi marque le 9e anniversaire du "Mouvement du 20 février" au Maroc. Ce mouvement a vu le jour...

Un patient présentant les symptômes du Coronavirus en quarantaine à Kénitra

Ce jeudi 20 février, le quotidien arabophone Al Massae rapporte que depuis mardi, les départements du ministère de la Santé sont en état d’alerte après qu’un citoyen chinois vivant à Kénitra ait été s...

La visite du roi Mohammed VI à Fès

Ce mardi 18 février, Sa Majesté le roi Mohammed VI est arrivé à Fès. Durant ce séjour, le souverain devrait inaugurer plusieurs projets de développement qui s’inscrivent dans le cadre de l’Initia...

Le Maroc rejette catégoriquement les allégations d’Amnesty International

Ce mercredi 19 février, dans une réponse relayée par la MAP, les autorités marocaines ont exprimé leur «rejet catégorique des allégations et des positions adoptées par Amnesty International» dans son ...

Hamza mon bb : sous le coup d’un mandat d’arrêt, Aïcha Ayach arrêtée à Dubaï

Ce mercredi 19 février, le journaliste émirati Saleh Al Jasmi, frère du chanteur Hussain Al Jassmi, a confirmé que les autorités de Dubaï ont arrêté, mardi 18 février, la styliste marocaine Aïcha Ayac...