Aller au contenu principal

Maroc/Turquie : l’accord de libre-échange sera révisé

Après le coup de gueule de Moulay Hafid El Alamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique, le Maroc et la Turquie ont décidé de réviser quelques dispositions de l’accord de libre-échange qui lie les deux pays. Moulay Hafid El Alamy et Ruhsar Pekcanest, ministre du Commerce turc, se sont entretenus ce mercredi matin avant de se donner rendez-vous dans 15 jours pour modifier d’autres points.

Par Mohamed L., Publié le 15/01/2020, mis à jour le 16/01/2020
Teaser Media

«Nous avons décidé de réviser quelques dispositions de cet accord tout en nous donnant rendez-vous dans 15 jours», a affirmé Moulay Hafid Elalamy ce mercredi 15 janvier à la presse, à l’issue d’une rencontre avec la ministre de commerce turc, Ruhsar Pekcanest. «Il y a certains points à modifier au niveau des exportations et des importations marocaines et turques. C’est une évidence, à laquelle nous sommes parvenus. J’ai insisté pour que les investissements turcs se développent davantage au Maroc», a précisé le ministre, ajoutant que la réunion de ce mercredi a donné des résultats positifs.

Ce lundi 13 janvier à la Chambre des représentants, Moulay Hafid El Alamy a déclaré que l’économie marocaine perd chaque année 2 milliards de dollars à cause de cet accord de libre-échange. Il a déploré que le royaume ne puisse pas se permettre d’avoir un déficit annuel aussi flagrant. Lors de son intervention, le ministre a même menacé de rompre définitivement cet accord, rapporte Al Akhbar ce mercredi.

«Aujourd’hui, nous avons un large déficit de la balance commerciale et nous avons un grave problème avec la Turquie. Les produits textiles en provenance de ce pays achèvent des postes d’emplois au Maroc». Moulay Hafid El Alamy a souligné que le Maroc est déterminé à réviser l’ensemble des accords qui ne bénéficient pas à son économie, avec à leur tête celui dont le royaume a convenu avec la Turquie. «Je leur ai dit clairement soit on trouve une solution pour réviser cet accord, soit on l’annule», a-t-il affirmé.

Selon Aujourd’hui le Maroc, les exportations turques vers le Maroc en 2019 ont connu une augmentation de 16% pour atteindre 2,3 milliards de dollars, alors que les importations en provenance du royaume ne sont estimées qu’à 690 millions de dollars. Le secteur du textile est le premier touché par les aléas de l’accord de libre-échange avec la Turquie. Les opérateurs de ce secteur font partie de ceux qui dénoncent fortement cet accord. Les importateurs, quant à eux, craignent la rupture de ce traité.

 


  • Partagez

Lancement du nouveau HUAWEI Y7p

Proposé à un prix extrêmement avantageux, le nouveau HUAWEI Y7p offre des fonctions étonnantes et de ses composants de très grande qualité. Il dispose d’une triple caméra 48MP gérée par IA. ...

Emploi : le secteur des services, premier pourvoyeur de job

Le secteur des services reste de loin le premier pourvoyeur d’emplois avec 4,9 millions de postes e...

Délais de paiement : les retards toujours en hausse

Le nombre de faillites d’entreprises au Maroc risque de connaître une hausse en 2020. Après une cro...

Keller Williams Morocco signe une entente stratégique avec la SAEDM

Keller Williams Morocco, signe un partenariat stratégique avec la société d’aménagement et de développement de Mazagan Saedm SA, filiale du groupe OCP. Présent au Maroc à travers son alliance avec ...

L’emploi, une zone d’insécurité

Le tableau du marché du travail dépeint par le Haut Commissariat au Plan n’est pas très reluisant. ...

Commerce : création d’une "zone franche" entre Fnideq et Ceuta

Ce mercredi 26 février, Médias24 a confirmé que le Maroc s’apprête à construire une "zone franche" entre Fnideq et l’enclave espagnole de Ceuta. Cette zone commerciale s’étendra sur 23 hectares à...