Aller au contenu principal

Vers une pénalisation de l’enrichissement illicite sans peine de prison

Les groupes parlementaires ont déposé les amendements au projet de loi relatif au Code pénal. La commission de la justice et de la législation de la chambre des députés va désormais fixer une date pour discuter et voter ce texte de loi. Un des amendements marquants qui a fait couler beaucoup d’encre est celui de la pénalisation de l’enrichissement illicite. La majorité souhaite supprimer la peine de prison pour ce délit, alors que le parti de l’Istiqlal propose de la garder.

Par Mohamed Laabi, Publié le 15/01/2020 à 16:15, mis à jour le 15/01/2020 à 20:45
Teaser Media

Après plusieurs reports, les amendements du projet de loi relatif au Code pénal des groupes parlementaires ont finalement été déposés, rapporte ce mercredi l’Économiste. C’est désormais à la commission de la justice et de la législation de la chambre des députés de trancher à ce sujet. Elle devra choisir et programmer une date pour la discussion et le vote de ce texte de loi. L’un des points controversés de ces amendements est celui de la pénalisation de l’enrichissement illicite.

Selon Yabiladi, les groupes de la majorité ont convenu, lors d’une réunion consacrée à l’examen du projet de loi numéro 16.10 modifiant et complétant les dispositions du Code pénal, d’écarter la sanction d’emprisonnement et garder seulement celle de l’amende. Ainsi, celui qui a été jugé coupable d’enrichissement illicite devra s’acquitter d’une amende allant de 100 000 à 1 million de dirhams.

L’amendement donne à la Cour des comptes le droit d’activer des poursuites judiciaires contre le coupable. Les groupes de la majorité gouvernementale ont accordé à cette Cour la mission de déterrer des preuves de l’enrichissement illicite des suspects, rapporte l’Économiste. Les députés estiment que cet organisme est la mieux placée pour constater l’augmentation du patrimoine d’une personne ou celui de ses enfants mineures. S’il a évolué de manière anormale et sans justifications, les magistrats seront les premiers à le déterminer. À ce titre, la Cour des comptes est habilitée à soumettre les dossiers au parquet général, en cas de poursuites judiciaires pour mauvaise gestion.

Par ailleurs, l’amendement prévoit la saisie de tous les biens non justifiés de la personne condamnée pour enrichissement illicite. Soulignons enfin que cette pénalisation n’a jamais figuré dans le Code pénal avant l’arrivée de Mustapha Ramid, qui l’a introduite en 2016 quand il était ministre de la Justice.

Fête du trône : grâce royale et discours ce samedi

À l’occasion de la célébration du 22e anniversaire de l’accession au trône, le roi Mohammed VI adressera un discours à son peuple ce samedi 31 juillet 2021. Le discours sera retransmis sur les ondes d...

Covid-19 : vers une vaccination obligatoire ?

Le professeur Azeddine Ibrahimi, directeur du centre de recherche Bio-Inova, a souligné la hausse du taux de vaccination contre la Covid-19 au Maroc, déclarant que les autorités sanitaires ont réussi ...

Une femme à la tête du parquet d’un tribunal de première instance, une première au Maroc

Vendredi dernier, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a annoncé que le roi Mohammed VI, président de cette instance, a approuvé la nomination de nouveaux responsables judiciaires, au sein de di...

Burn-out, et après ?

De plus en plus de personnes dans le monde professionnel souffrent d’épuisement. Le burn-out, en lien avec un stress chronique et parfois aigu, se traduit par une grande fatigue émotionnelle, un cynis...

Covid-19 : hausse constante du nombre de contaminations

Le Maroc a enregistré 9.428 cas de contamination à la Covid-19 ce mercredi 28 juillet. Une nette au...

Orangina lance sa nouvelle campagne, "Malin Sayf"

Alors que le monde fait face à la crise sanitaire, le besoin impérieux d’aller voir ailleurs après une année compliquée s’accentue. Dans ce sens, Orangina a lancé une nouvelle campagne. À l’heure où i...