Aller au contenu principal

Vers une pénalisation de l’enrichissement illicite sans peine de prison

Les groupes parlementaires ont déposé les amendements au projet de loi relatif au Code pénal. La commission de la justice et de la législation de la chambre des députés va désormais fixer une date pour discuter et voter ce texte de loi. Un des amendements marquants qui a fait couler beaucoup d’encre est celui de la pénalisation de l’enrichissement illicite. La majorité souhaite supprimer la peine de prison pour ce délit, alors que le parti de l’Istiqlal propose de la garder.

Par Mohamed Laabi, Publié le 15/01/2020 à 16:15, mis à jour le 15/01/2020 à 20:45
Teaser Media

Après plusieurs reports, les amendements du projet de loi relatif au Code pénal des groupes parlementaires ont finalement été déposés, rapporte ce mercredi l’Économiste. C’est désormais à la commission de la justice et de la législation de la chambre des députés de trancher à ce sujet. Elle devra choisir et programmer une date pour la discussion et le vote de ce texte de loi. L’un des points controversés de ces amendements est celui de la pénalisation de l’enrichissement illicite.

Selon Yabiladi, les groupes de la majorité ont convenu, lors d’une réunion consacrée à l’examen du projet de loi numéro 16.10 modifiant et complétant les dispositions du Code pénal, d’écarter la sanction d’emprisonnement et garder seulement celle de l’amende. Ainsi, celui qui a été jugé coupable d’enrichissement illicite devra s’acquitter d’une amende allant de 100 000 à 1 million de dirhams.

L’amendement donne à la Cour des comptes le droit d’activer des poursuites judiciaires contre le coupable. Les groupes de la majorité gouvernementale ont accordé à cette Cour la mission de déterrer des preuves de l’enrichissement illicite des suspects, rapporte l’Économiste. Les députés estiment que cet organisme est la mieux placée pour constater l’augmentation du patrimoine d’une personne ou celui de ses enfants mineures. S’il a évolué de manière anormale et sans justifications, les magistrats seront les premiers à le déterminer. À ce titre, la Cour des comptes est habilitée à soumettre les dossiers au parquet général, en cas de poursuites judiciaires pour mauvaise gestion.

Par ailleurs, l’amendement prévoit la saisie de tous les biens non justifiés de la personne condamnée pour enrichissement illicite. Soulignons enfin que cette pénalisation n’a jamais figuré dans le Code pénal avant l’arrivée de Mustapha Ramid, qui l’a introduite en 2016 quand il était ministre de la Justice.

Voici comment se rendre en Grèce depuis le Maroc

En 2020, très peu de vacanciers se sont risqués à voyager hors de leurs frontières pour les vacances d’été. Un an plus tard, alors que les campagnes de vaccination vont bon train, les pays européens s...

Santé : des agences régionales remplaceront les directions régionales

Dans son édition de ce jeudi 17 juin, le journal arabophone Al-Akhbar rapporte que Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé, envisage de limoger tous les directeurs régionaux de la santé. Cette démarche...

En 20 ans, Wikipédia a révolutionné la diffusion du savoir

Une encyclopédie est un ouvrage qui tente de synthétiser les connaissances à un moment précis. Avant l’ère d’internet, ces fameuses encyclopédies faisaient parfois plusieurs volumes et coûtait une for...

Covid-19 : attention à la hausse des cas de contamination

Alors que le Maroc risque de voir sa campagne nationale de vaccination contre la Covid-19 suspendue...

Marhaba : première traversée Sète-Tanger Med

Ce mercredi soir, un bateau a quitté le port de Sète dans le sud-est de la France dans le cadre de l’opération Marhaba 2021, lancée suite aux instructions royales concernant l’accueil des Marocains ré...

RAM : lancement imminent de vols additionnels en provenance de huit villes européennes

Dans un message publié ce jeudi 17 juin sur son compte Twitter, la compagnie aérienne nationale Royal Air Maroc (RAM) a annoncé «le lancement imminent de vols additionnels» en provenance de huit ville...