Aller au contenu principal

Le gouvernement russe présente sa démission pour optimiser la réforme constitutionnelle

Par Khansaa Bahra, Publié le 15/01/2020 à 15:53, mis à jour le 15/01/2020 à 17:22
Teaser Media

Ce mercredi 15 janvier, lors de son allocution annuelle devant les membres du Parlement et les élites politiques, le président russe, Vladimir Poutine, a proposé la tenue d’un référendum au sujet des réformes de la Constitution du pays. Cette mesure vise à renforcer les pouvoirs du Parlement et du gouvernement. Les amendements visent à allouer au Parlement l’autorité d’élire le Premier ministre ainsi que les membres du gouvernement, tout en forçant le président en exercice à accepter le choix des députés, précise Poutine. Actuellement, cette décision revient à la chambre basse du Parlement (Douma), dominée par des forces pro-Poutine. En parallèle, le dirigeant russe explique que le président devrait conserver le droit de révoquer le Premier ministre et les membres du gouvernement. Il a déclaré que le chef d’État devrait aussi avoir le pouvoir de nommer les responsables de toutes les structures sécuritaires.

Les réformes prévoient en outre de soutenir les gouverneurs régionaux, en interdisant aux membres du gouvernement et aux juges d’avoir des permis de séjour à l’étranger et en obligeant les candidats à la présidentielle à justifier de 25 années de résidence en Russie. Le Kremlin s’est penché sur la révision de la législation qui limite le nombre de mandats présidentiels « à deux mandats successifs ». Notons que la présidence de Poutine prend fin en 2024.

Quelques heures après le discours de Poutine, le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a présenté la démission de son gouvernement. Selon les agences de presse russes, Medvedev a déclaré que le gouvernement de la Fédération de Russie « doit donner au président les moyens de prendre toutes les mesures qui s’imposent ». « C’est pour cela (...) que le gouvernement dans son ensemble présente sa démission », a-t-il ajouté.

USA : "America is back" remplace "America first"

Depuis son arrivée à la Maison-Blanche, il y a huit mois, Joe Biden a tenté de "détrumpiser" les États-Unis. Il a ainsi changé le slogan de son prédécesseur "America first" (l’Amérique en premier) par...

AG de l’ONU : la Chine, ennemie ou partenaire ?

Lors de l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU), le président chinois Xi Jinping est intervenu par visioconférence après son homologue américain, Joe Biden. Il a lancé que «la Chine n’a jamais en...

Le tourisme spatial, bonne ou mauvaise idée ?

Le tourisme spatial est une activité qui consiste à envoyer des civils dans l'espace. En février, la société Virgin Galactic, spécialisée dans les vols spatiaux commerciaux, a envoyé trois personnes d...

Sinopharm désormais reconnu en France, mais sous conditions

Dans un Décret publié aujourd’hui, la France a modifié les conditions d’acceptation sur son territoire des personnes vaccinées. Selon ce texte, les personnes immunisées par Sinopharm pourront désormai...

Élections en Allemagne : l’ère Merkel touche à sa fin

Les Allemands se préparent à dire au revoir à Angela Merkel, dont les 16 années en tant que chancelière prendront fin après les élections législatives de ce dimanche 26 septembre. Le 22 novembre 2005,...

Sahara : l'Espagne appelle à parvenir à une solution «mutuellement acceptable»

Lors d'un discours prononcé ce mercredi 22 septembre devant l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU), le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez, a défendu la nécessité de parvenir à une solut...