Aller au contenu principal

Mohamed Cheikh Biadillah s’attire la foudre du PJD

Membre du bureau politique du Parti Authenticité Modernité (PAM), Mohamed Cheikh Biadillah a déclaré lors de l’émission « Niqach fi assiassa » que le parti du tracteur n’est pas prêt à s’allier au Parti de Justice et de Développement (PJD) pour les élections de 2021. Biadillah a estimé « qu’à travers les pourparlers qui liaient les deux parties, le PAM aspirait à se prémunir contre l’influence des frères musulmans au Maroc et dans le monde ». Une déclaration qui a été très mal perçue du côté des islamistes.

Par Mohamed Laabi, Publié le 15/01/2020 à 12:38, mis à jour le 15/01/2020 à 15:35
Teaser Media

L’éventuelle alliance entre le PAM et le PJD est au point mort après une déclaration controversée de Mohamed Cheikh Biadillah, membre du bureau politique du PAM, à l’émission « Niqach fi assisassa ». Un passage médiatique qui a soulevé de vives tensions entre les deux partis politiques.

Interrogé sur les différentes rumeurs qui circulent dans la presse autour d’une coalition PAM/PJD avant les élections de 2021, Biadallah a répondu : « les PAMistes aspiraient à se prémunir contre l’influence des frères musulmans au plan national, soit une protection contre un courant mondial, doté de moyens importants et ayant des opinions différentes des nôtres. Le PAM veut éviter au Maroc le mal des Frères musulmans », rapporte ce mercredi Al Ahdath Al Maghribia. Il a souligné qu’« un rapprochement entre le PAM et le PJD n’est pas d’actualité ».

Face à cette pique lancée par le Pamiste, la réaction de Slimane El Amrani, secrétaire général adjoint du parti de la lampe, ne s’est pas fait attendre. Ce dernier a conseillé à Biadillah « d’adopter un discours sincère dans les critiques qu’il adresse au PJD, de ne pas ressasser des expressions désuètes et dépassées, mais également de ne pas parler à tort et à travers ». El Amrani a appelé par la même occasion Biadillah à s’inspirer d’une réplique d’Albert Einstein qui dit : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ».

Dans un entretien accordé à Yabiladi, le politologue Omar Cherkaoui estime que les propos de l’ancien secrétaire général du PAM, qui veut succéder à Hakim Benchamach, ne correspondent pas à la réalité de la situation. Pour lui, « le discours de l’acteur politique ne peut être la base des scénarios futurs. Une partie de ces scénarios se base sur l’élément de la surprise et le contexte. Il est donc difficile qu’un parti politique prédise d’ores et déjà ses alliances, car nous ne sommes pas dans un pays comme la France ou la Grande-Bretagne où les pactes sont décidés bien en amont ».

Biadillah est-il donc en train de bluffer ? Assisterons-nous à un retournement de situation d’ici 2021 ? Les prochains mois seront cruciaux pour livrer des réponses à ces interrogations.

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...

Le Conseil de coopération du Golfe exprime son soutien au Maroc

Ce mercredi 16 juin à Riyad, le conseil ministériel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a tenu sa 148e session. À l’issue de cette réunion, le CCG a publié un communiqué dans lequel il souligne l...

Arrivée du chef du mouvement Hamas au Maroc

Une première. Ce mercredi 16 juin à Rabat, Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi que d’autres politiciens marocains ont reçu Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, accompagné par une...