Aller au contenu principal

Banques : 40 milliards de DH d'impayés des entreprises

Contrairement à ce que l’on pense, les banques pâtissent de la morosité de la conjoncture. Les impayés des entreprises s’élèvent à 40 milliards de DH. Avec un encours de 361 milliards de DH de crédits accordés aux entreprises non financières privées, le taux de défaut se situe à 11 % contre une moyenne générale autour de 8 %. Le comportement des créances en souffrance a une répercussion sur la production de nouveaux crédits. En dehors des TPME, les difficultés de plusieurs grandes entreprises ont fortement contribué à l’augmentation des créances en souffrance.

Par J.R.Y, Publié le 14/01/2020, mis à jour le 14/01/2020
Teaser Media

Le manque de vigueur de la croissance et l’exacerbation des mauvais comportements de paiement polluent le climat des affaires. Parmi ceux qui en ressentent les effets, il y a les banques dans la mesure où les entreprises ont de plus en plus de mal à honorer leurs échéances. Leurs impayés s’élèvent à 40 milliards de DH, rapportent plusieurs journaux de la place.

Un taux de défaut élevé

Avec un encours de 361 milliards de DH de crédits accordés aux entreprises non financières privées, le taux de défaut se situe à 11 % contre une moyenne générale autour de 8 %. Le taux d’impayé est contesté par certaines agences de notation. Elles estiment que cela ne reflète pas totalement la réalité, sous-entendu qu’il est plus élevé que ce qui est annoncé. Cela avait soulevé de vives critiques dans le secteur notamment de la part de Bank Al-Maghrib qui avait sollicité des explications auprès des agences concernées.

Les TPME premières pénalisées

Le comportement des créances en souffrance a une répercussion sur la production de nouveaux crédits puisque les banques renforcent leur vigilance et sont susceptibles de serrer le robinet, même si chaque dossier est différent. Elles tiennent également aussi compte de la conjoncture sectorielle. Généralement, les TPME présentent le plus de risque pour les banques. Pourtant, les raisons ne sont pas liées uniquement à la conjoncture. Les deux parties doivent aussi apprendre à mieux se connaître. La relation banque/TPME est revenue au cœur des débats ces dernières années. Malgré les améliorations, beaucoup reste à faire.

En dehors de la population des TPME, les difficultés de plusieurs grandes entreprises ont fortement contribué à l’augmentation des créances en souffrance. Un gros dossier qui tombe peut créer plus de secousses dans le secteur que 500 TPME par exemple.

Pour finir, la situation n’est pas vraiment alarmante pour le moment. Les impayés sont plutôt bien couverts par des provisions même si la situation varie selon les banques. Malgré un contexte plus difficile, elles arrivent à bien préserver leur rentabilité.


  • Partagez

Plan de sauvetage du tourisme : les recommandations des Istiqlaliens

L’alliance des économistes istiqlaliens a émis cette semaine ses propositions au gouvernement pour ...

Relance économique : l’ordonnance de la CGEM

Le patronat propose une batterie de mesures phares pour relancer la machine économique une fois que...

8e réunion du CVE : financer la relance

Le Comité de veille économique a tenu, ce jeudi, sa huitième réunion de travail depuis le début de ...

Le ministère de l’Agriculture appelle les professionnels à poursuivre la mobilisation

Ce jeudi 21 mai, le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime a déclaré que les opérateurs de ces secteurs ont réussi à maintenir leurs activités et leur production, garantissant un approvisi...

Finances publiques : des choix décisifs pour la relance de l’économie

Le ministre des Finances a estimé à 500 millions de DH le manque à gagner en termes de recettes fis...

Le CESE chargé d’identifier les impacts du Covid-19

Saisi par Habib El Malki, Président de la Chambre des représentants, pour réaliser une étude sur «Les impacts sanitaires, économiques et sociaux du Covid-19 et leviers d’actions envisageables», le Con...