Aller au contenu principal

L'Iran venge la mort du général Qassem Soleimani

Tôt ce mercredi 8 janvier, les forces iraniennes ont tiré des missiles sur des bases militaires abritant des troupes américaines en Irak. Cette offensive venge le meurtre du général iranien Qassem Soleimani, assassiné par des frappes américaines ordonnées vendredi dernier par le président Donald Trump. Cette escalade de tensions entre Washington et Téhéran menace d’envenimer davantage la situation au Moyen-Orient.

Par Nora Jaafar, Publié le 08/01/2020, mis à jour le 08/01/2020
Teaser Media

Dans la nuit du mardi au mercredi (7 au 8 janvier), l’Iran a attaqué des bases américaines en Irak pour venger l’assassinat du général Qassem Soleimani. Selon Al Jazzera, la télévision d’État iranienne a déclaré que Téhéran avait tiré 15 missiles balistiques depuis son territoire sur des cibles américaines en Irak. Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei a affirmé que ces attaques étaient une « gifle » pour les États-Unis. Le ministre des Affaires étrangères de Téhéran a indiqué que son pays avait pris « des mesures proportionnées » en matière de légitime défense et qu’il ne cherchait pas à provoquer une escalade. En effet, des sources gouvernementales américaines et européennes ont affirmé que l’Iran aurait délibérément cherché à éviter les pertes militaires américaines lors de ses attaques de missiles afin d’éviter tout risque de guerre, rapporte Reuters.

De son côté, le président américain Donald Trump, qui a ordonné le vendredi 3 janvier l’attaque du drone qui a tué à Bagdad le général Soleimani, a écrit sur Twitter : « Tout va bien ! ». Il a souligné que les pertes et les dommages causés par les attaques de missiles étaient en cours d’évaluation. Le Pentagone a quant à lui confirmé que la base aérienne d’Al-Asad et une autre installation à Erbil ont été ciblées par l’offensive iranienne.

Par ailleurs, la télévision d’État iranienne a déclaré que 80 « terroristes américains » avaient été tués et que des hélicoptères et du matériel militaire américain avaient été endommagés. Le média n’a pas précisé comment il avait obtenu cette information.

Réaction internationale

L’Allemagne, le Danemark, la Norvège et la Pologne ont déclaré qu’aucune de leurs troupes en Irak n’avait été touchée. La Grande-Bretagne, dont les soldats sont également déployés en Irak, a condamné l’action iranienne et a déclaré que Téhéran « ne devrait pas répéter ces attaques imprudentes et dangereuses ». Le gouvernement irakien a confirmé que ses forces n’avaient pas subi de pertes. La mission de l’ONU dans la région a toutefois appelé à la retenue, déplorant que « l’Irak ne devrait pas payer le prix des rivalités extérieures ».

Pour leur part, le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont publié une déclaration commune en marge de leur rencontre à Istanbul. « Nous pensons que l’échange d’attaques et le recours à la force ne contribuent pas à résoudre les problèmes complexes du Moyen-Orient. Nous exprimons notre engagement à désamorcer les tensions existantes dans la région et appelons toutes les parties à agir avec retenue et bon sens et à donner la priorité à la diplomatie ».

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a, quant à lui, menacé que son pays riposterait contre quiconque l’attaquerait, tout en réitérant son soutien à l’administration Trump après l’assassinat de Soleimani. « Israël soutient parfaitement la décision de Donald Trump, que nous félicitons pour sa réaction rapide, audacieuse et déterminée », a-t-il indiqué.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Dans le cadre d’une coalition créée pour mettre fin à l’évolution de l’État Islamique au Moyen-Orient, plus de 5 000 soldats américains sont déployés en Irak ainsi que d’autres forces étrangères. « Alors que nous évaluons la situation et préparons notre réponse, nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour protéger et défendre le personnel américain, nos partenaires et nos alliés dans la région », a lancé le porte-parole du Pentagone, Jonathan Hoffman.

À Téhéran, Khamenei a insisté sur la nécessité de mettre fin « à la présence corrompue de l’Amérique dans la région », et a exhorté Washington à retirer son armée du Moyen-Orient. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a souligné sur Twitter : « Nous ne cherchons pas l’escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons contre toute agression ». Il a ajouté que cette dernière offensive avait « conclu » la riposte de Téhéran au meurtre de Soleimani, qui était responsable de la mise en place du réseau d’armées mandataires de l’Iran dans toute cette région. Ce dernier a été enterré le lundi 6 janvier dans sa ville natale de Kerman, après des jours de deuil national.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...