Aller au contenu principal

Iran-USA : la communauté mondiale redoute une escalade militaire

Trois jours après l’assassinat du puissant général iranien, Qassem Soleimani, l’Iran a annoncé qu’il ne s’imposerait plus de limites quant à l’enrichissement de son uranium. Après cette déclaration, l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont appelé ce dimanche Téhéran à respecter l’accord nucléaire de 2015. Donald Trump, pour sa part, a menacé les Iraniens en cas de représailles. Face à cette escalade « dangereuse » de tension, l’OTAN prévoit d’intervenir.

Par Khansaa Bahra, Publié le 06/01/2020 à 09:37, mis à jour le 06/01/2020 à 14:32
Teaser Media

L’Iran tourne le dos à l’accord nucléaire de 2015 :

Dans un contexte particulièrement instable au Moyen-Orient, l’Iran refuse désormais de limiter « ses centrifugeuses » au nombre convenu lors de l’accord nucléaire de 2015, a annoncé le pays, ce dimanche 5 janvier. Dans un communiqué relayé par Euronews, le gouvernement de la République islamique a affirmé cependant que « la coopération de l’Iran avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) se poursuivra comme avant ». Présentant la « cinquième et dernière phase » de son plan de réduction de ses engagements, Téhéran a ajouté que « le programme nucléaire du pays continuera désormais uniquement sur la base de ces besoins techniques ».

 

La communauté internationale redoute une escalade :

Cette annonce survient dans un climat de tensions accrues entre les États-Unis et l’Iran. En effet Washington a provoqué l’ire de Téhéran après avoir assassiné, le vendredi 3 janvier, le général iranien Qassem Soleimani, lors d’une frappe qui a ciblé une base militaire à l’aéroport de Bagdad. La communauté internationale, redoutant une éventuelle escalade des hostilités, a exhorté l’Iran à se conformer à l’accord nucléaire, afin de rétablir la « stabilité » dans la région. S’exprimant dans un communiqué commun, l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne ont appelé la République Islamiqe « à retirer toutes les mesures qui ne sont pas conformes à l’accord nucléaire ».

De plus, ce lundi 6 janvier, les ambassadeurs des pays de l’OTAN se réuniront d’urgence à Bruxelles pour discuter de la crise entre les USA et l’Iran, a indiqué un porte-parole de l’Organisation. Le Conseil de l’Atlantique nord (CAN), qui compte 29 pays membres, affirme n’avoir pas été prévenu du raid américain ordonné par Trump, contre le général Soleimani.

 

Une guerre de mots entre les États-Unis et l’Iran :

Outre l’accord de Vienne, l’Iran menace les États-Unis d’une « riposte militaire ». Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a averti dimanche que l’armée américaine allait « payer le prix » pour avoir tué Soleimani et un haut commandant irakien, rapporte France24.

Ce dimanche 5 janvier, Trump assurant ne pas « chercher la guerre », a menacé les Iraniens en cas de représailles. Il a tweeté que « ces messages en ligne serviront de notification au Congrès américain pour établir que si l’Iran frappe toute personne ou cible américaine, les États-Unis frapperont rapidement et totalement en retour, et peut-être de manière disproportionnée. Et d’ajouter : « un tel avis légal n’est pas exigé, mais est donné de toutes façons » !

Notons que Trump a affirmé le 4 janvier être prêt à frapper 52 sites iraniens « rapidement et brutalement », si la République islamique attaque du personnel ou des bases appartenant aux États-Unis, a rapporté Le Monde. Selon lui, 52 correspond au nombre d’Américains qui ont été retenus en otages pendant plus d’un an à l’ambassade des USA à Téhéran. À la suite de cet avertissement, un haut responsable iranien a menacé de s’en prendre à Israël et de réduire « en poussière » Tel-Aviv et Haïfa.

 

L’Irak, victime collatérale de l’escalade des tensions :

Par ailleurs, l’Irak, qui est la principale victime de l’escalade entre les États-Unis et l’Iran, a annoncé avoir porté plainte auprès du Conseil de sécurité de l’ONU après « les attaques américaines contre des bases irakiennes » et « l’assassinat de commandants militaires irakiens et ses amis ». Considérant la frappe du vendredi comme une « violation de sa souveraineté », le Parlement irakien a demandé au gouvernement de « mettre fin à la présence des troupes étrangères » dans le pays. Il a indiqué qu’il fallait commencer par « retirer la demande d’aide » adressée à la communauté internationale pour combattre les extrémistes de l’État islamique (EI). En quelques lignes sur Twitter, Trump a menacé d’imposer de « très fortes » sanctions si les troupes américaines étaient contraintes de quitter le pays.

Liban : le nouveau Premier ministre vise à former au plus vite un gouvernement

Le Premier ministre libanais désigné, Najib Mikati, a déclaré ce mercredi 28 juillet qu’il espère former rapidement un gouvernement après avoir obtenu l’approbation du président Michel Aoun pour la pl...

La guerre dans l'espace a-t-elle déjà commencé ?

En 2020, quelques semaines après l’annonce par l’ancien président américain Donald Trump de la création d’une Space Force, deux satellites russes auraient pris en chasse un satellite-espion américain....

FMI : l’accès inégal aux vaccins creuse les inégalités économiques

Ce mardi 27 juillet, le Fonds monétaire international (FMI) a publié ses prévisions économiques mondiales actualisées. Dans ce rapport, l’institution internationale, qui maintient sa prévision de croi...

Démarrage du plus grand procès pénal de l’histoire moderne du Vatican

Un cardinal catholique romain, autrefois proche allié du pape François, va être jugé au Vatican, pour avoir détourné des fonds de l’Église dans un projet immobilier ruineux à Londres. Le cardinal en q...

Biden met fin à la mission de combat des troupes américaines en Irak

Ce lundi 26 juillet, le président américain Joe Biden et le Premier ministre irakien Moustafa al Kadhimi ont signé un accord mettant formellement fin à la mission de combat de l’armée américaine en Ir...

Les projets transhumanistes financés par des milliardaires

Plusieurs idées révolutionneront le monde de demain : aller sur Mars, ne plus vieillir, survivre aux maladies, guérir d’un handicap ou conserver son esprit à tout jamais... Ces idées sont souvent port...