Aller au contenu principal

Éducation nationale : État des lieux

Le projet de loi de Finances 2020 prévoit pour le département de l’éducation nationale un budget de fonctionnement de 65,3 milliards de dirhams, soit une hausse de 3,3 milliards par rapport à 2019. Ce budget, dont une grande partie ira aux dépenses de personnel (49,3 milliards de dirhams), devra consolider la vision stratégique de l’éducation nationale (2015-2030). D’un autre côté, le ministre de l’Éducation, Saïd Amzazi, devra faire face à diverses problématiques, notamment celle de la montée au créneau des enseignants contractuels.

Par Mohamed Laabi, Publié le 03/01/2020 à 12:44, mis à jour le 03/01/2020 à 13:23
Teaser Media

2020 commence mal pour le département de l’éducation nationale, car les enseignants contractuels ont annoncé leur décision d’observer de nouvelles grèves en janvier. Après deux mois de calme, ces derniers reviennent à la charge et soulignent dans un communiqué leur intention de faire une grève de six jours (du 2 au 3 et du 28 au 31 janvier). La Coalition nationale des enseignants recrutés par contrat reproche au ministère d’avoir « failli à l’ensemble de ses promesses passées pour débloquer ce dossier », et réclame « la levée des recrutements contractuels et l’intégration des enseignants concernés dans la fonction publique ». Le département de l’éducation nationale n’a pas encore réagi à cette annonce. Mais ça ne saurait tarder…

 

Vision stratégique 2015-2030 : où en sommes-nous ?

Le ministre de l’Éducation nationale Said Amzazi a mis un point sur les réalisations effectuées jusqu’ici conformément à la vision stratégique 2015-2030 pour la réforme du secteur éducatif marocain. Parmi ces réalisations, le recrutement de 70 000 enseignants et l’ouverture de 137 nouvelles écoles en 2019. D’un autre côté, le taux national d’abandon scolaire dans le primaire est passé de 2,9 % il y a 4 ans, à 0,6 % en 2019, avec des disparités entre le milieu urbain et rural, où l’abandon scolaire est tout de même à 5 %. L’objectif final est de ramener ce taux à 1 % en 2025.

 

En ce qui concerne le collège, la situation est plus compliquée. Le taux d’abandon a connu une légère baisse (de 12 à 10,7 %) ces 4 dernières années, mais reste loin de l’objectif fixé par le ministère en 2025 (3 %). Amzazi compte sur le programme Tayssir, qui lutte contre l’abandon scolaire à travers des mesures d’appui social, pour atteindre cet objectif. D’ailleurs, le budget alloué en 2019 à ce programme est de 2,17 milliards de dirhams.

 

80 nouvelles écoles de seconde chance seront créées à l’horizon 2021, profitant à des jeunes de 13 à 18 ans en situation d’abandon scolaire, affirme Amzazi. D’un autre côté, le ministre s’est engagé à ce qu’aucune classe ne comporte plus de 40 élèves en 2021. Un long travail attend donc le ministère durant cette année 2020 dans la concrétisation des résultats affichés jusque-là et la réalisation des objectifs pour les années à venir.

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...

Le Conseil de coopération du Golfe exprime son soutien au Maroc

Ce mercredi 16 juin à Riyad, le conseil ministériel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a tenu sa 148e session. À l’issue de cette réunion, le CCG a publié un communiqué dans lequel il souligne l...

Arrivée du chef du mouvement Hamas au Maroc

Une première. Ce mercredi 16 juin à Rabat, Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi que d’autres politiciens marocains ont reçu Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, accompagné par une...