Aller au contenu principal

Affaire Omar Radi : le procès ajourné au 5 mars 2020

Le procès de Omar Radi, journaliste poursuivi pour outrage à magistrat, a été ce jeudi 2 janvier ajourné au 5 mars 2020. Radi a été interrogé par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) la semaine dernière, puis déféré devant le tribunal de première instance de Casablanca. Il a ensuite été détenu pendant 5 jours dans la prison de « Oukacha ». Les nouvelles de son arrestation et de son procès ont provoqué un tollé d’indignation nationale et internationale.

Par Nora Jaafar, Publié le 02/01/2020, mis à jour le 02/01/2020
Teaser Media

Le tribunal de première instance d’Ain Sbaâ a décidé de reporter le procès du journaliste marocain Omar Radi au 5 mars, rapporte LeSiteInfo. Interrogé par le site d’informations Hespress, Me Omar Benjelloun, avocat du journaliste, a expliqué que « des confrères avocats se sont nouvellement constitués dans le dossier après la libération d’Omar Radi ». Il précise que « la présidence a jugé bon de donner un délai suffisant pour qu’ils préparent leur défense ». Et d’ajouter : « Aujourd’hui, on comptait plaider les nullités, mais vu la constitution des nouveaux confrères dans le dossier, la présidence a reporté ».

 

Radi, dont la deuxième audience devait avoir lieu ce jeudi 2 janvier, est poursuivi pour outrage à magistrat par le tribunal de première instance de Ain Sebaâ, à Casablanca. Il avait dénoncé dans un tweet, en avril 2019, la décision du juge Lahcen Talfi de condamner les partisans du mouvement Hirak du Rif à des peines allant jusqu’à 20 ans de prison, rappelle Yabiladi. Selon Telquel, quelques jours après la publication de ce post, Radi a été interrogé par la police. Puis neuf mois plus tard, poursuit la même source, il a été convoqué le jeudi dernier par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), avant d’être arrêté sous l’ordre du procureur du roi. Après avoir passé cinq jours en prison, le journaliste a bénéficié d’une libération provisoire, en attendant son procès. S’il est reconnu coupable, il risque de passer un an derrière les barreaux et de verser une amende de 5000 dirhams, conformément à l’article 263 du Code pénal, indique Médias24. Le journal digital rapporte que Radi n’a pas « d’idée quant à la suite du procès » et que ce dernier affirme que « le plus raisonnable serait d’abandonner toutes les charges retenues contre lui et de libérer tous les prisonniers politiques et d’opinion ».

 

Par ailleurs, l’arrestation et le procès de Omar Radi ont poussé plusieurs militants et journalistes à descendre dans la rue pour le soutenir. Telquel indique que « le comité de soutien au journaliste a tenu, ce jeudi devant le bâtiment du tribunal d’Ain Sebaâ, un sit-in auquel ont assisté près d’une cinquantaine de militants des droits de l’homme, journalistes et proches de l’accusé ». En outre, plusieurs protestations de solidarité ont été organisées dans plusieurs villes, dont Agadir, Bruxelles et Paris.

Sûreté nationale : haro sur les dérives policières

Les Marocains peuvent s’enorgueillir de l’efficacité de leurs services sécuritaires. Le professionn...

Le test PCR n'est plus obligatoire pour les voyageurs en provenance de la liste A

Les conditions d'accès au Maroc à partir du 15 juin ont connu une légère modification. Pour les voyageurs arrivant de la liste A, le test PCR n'est plus exigé si la personne est vaccinée. Les voyageur...

Nos téléphones écoutent-t-ils nos conversations ?

Tout le monde a déjà été surpris de voir apparaître une publicité sur internet pour un produit dont il venait de parler. Ce constat laisse aussi place aux théories de complot, poussant ainsi la majori...

Sous quelles conditions peut-on voyager en Espagne ?

Depuis le dernier déconfinement en Europe, plusieurs pays retrouvent une vie normale, mais également le monde du tourisme. Après l’annonce de la réouverture du ciel du Maroc, c’est à l’Espagne de rouv...

Enseignement préscolaire : les recommandations des députés

La Commission chargée de l’évaluation des politiques publiques à la Chambre des représentants a liv...

Marhaba 2021 : les MRE pris en tenaille

La flambée des prix des billets d'avion et de ferry pour rentrer au Maroc fait réagir les Marocains du monde. Sur les réseaux sociaux, des associations de Marocains résidant à l'étranger (MRE) dénonce...