Aller au contenu principal

Trump appelle la Syrie et la Russie à « éviter un carnage » à Idlib

Ce jeudi 26 décembre, le président américain, Donald Trump, a appelé le régime syrien et ses alliés à éviter un « carnage » dans la province d’Idlib. Cette région est confrontée depuis deux semaines à de violentes offensives militaires menées par le président syrien, Bachar al-Assad, et des troupes russes alliées. Ces derniers affirment que leurs frappes ciblent uniquement les extrémistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS), soutenus par l’organisation terroriste d’Al Qaïda.

Par Nora Jaafar, Publié le 27/12/2019 à 17:00, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Donald Trump a lancé ce jeudi 26 décembre sur Twitter des avertissements au régime syrien et ses alliers, qui mènent depuis deux semaines une offensive militaire pour reconquérir Idlib des mains du groupe extrémiste rebelle, Hayat Tahrir al-Cham (HTS), rapporte CNN. « La Russie, la Syrie et l’Iran tuent, ou sont sur le point de tuer, des milliers de civils innocents dans la province d’Idlib. Ne le faites pas ! », a tweeté hier Trump. Il a ajouté que la Turquie s’efforçait de mettre fin à ce « carnage », qui a forcé, en moins de 15 jours, plus de 235 000 Syriens à quitter leurs foyers dans cette province du nord-ouest de la Syrie, rapporte la chaine américaine.

 

 

En effet, l’armée du président Bashar al-Assad, soutenue par la puissance aérienne russe, a intensifié ses attaques sur Idlib, le dernier grand bastion d’opposition du pays. Ce dernier abrite plus de 3 millions de Syriens. Assad a affirmé que ses forces militaires ne ciblaient que les terroristes du HTS (soutenues par Al Qaïda), qui contrôlent cette province. Mais selon le magazine NewsWeek, la multiplication des frappes syriennes et russes a entrainé « la mort de plusieurs dizaines de civils innocents et déplacé des dizaines de milliers de personnes, dont la plupart auraient trouvé refuge en Turquie ». La ABC rapporte de son côté que de nombreuses organisations d’aide internationales ainsi que les Nations unies ont sonné l’alarme et ont averti que « si la violence se poursuivent dans la région, des centaines de milliers de citoyens risqueraient de perdre leurs vies et leurs foyers ».

 

Pour sa part, la Turquie, l’allié de la Russie dont Trump a fait l’éloge dans son tweet en disant qu’elle essayait de freiner ladite offensive, « a pour l’instant été incapable de mettre fin aux attaques d’Idlib », indique la même source. De plus, le président du pays, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que son pays ne serait plus en mesure d’accueillir de nouveaux réfugiés syriens. S’exprimant, le dimanche 22 décembre, lors d’une conférence de presse à Istanbul, le dirigeant turc a souligné que « si les violences envers la population d’Idlib continuent, le nombre (de réfugiés) va encore augmenter ». Il a ajouté que la Turquie, qui abrite déjà le plus grand nombre de réfugiés syriens au monde, ne peut pas faire face à une nouvelle vague de migrants et « ne compte pas supporter à elle seule ce fardeau ».

 

Le quotidien américain le Washington Post a affirmé, quant à lui, qu’il est clair que « les responsables de cette nouvelle vague de souffrances en Syrie sont le régime d’Assad et le président russe Vladimir Poutine ». Le journal, qui a d’ailleurs consacré son éditorial du jour à ce sujet, a indiqué que « le Congrès américain a récemment voté une loi sanctionnant le régime syrien et tous ceux qui font du commerce avec lui, notamment la Russie. Les parlementaires devraient insister pour qu’elle soit rigoureusement appliquée ».

 

Le journal Maroc Diplomatique rappelle que « le conflit en Syrie, déclenché en 2011 à la suite de la répression de manifestations prodémocratie par Damas, a fait plus de 370 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés ».

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...