Aller au contenu principal

Le Crowdfunding bientôt une réalité au Maroc

Par Khansaa Bahra, Publié le 27/12/2019 à 16:06, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Attendu depuis avril 2018, l’examen du projet de loi qui doit encadrer le financement participatif, le « Crowdfunding », a été lancé au Maroc. Cette pratique est un ensemble de techniques et de méthodes visant à « lever des fonds » afin de réaliser un projet. Notons que cette législation a été adoptée par le Conseil de Gouvernement, le 22 août 2019. Elle vise à « renforcer l’inclusion financière, notamment des jeunes entrepreneurs, et à soutenir le développement économique et social, ainsi qu’à diriger l’épargne vers de nouvelles opportunités de financement ».

 

Ce mardi, Mohamed Benchaâboun, le ministre des Finances et de l’Économie, a présenté ce projet de loi devant la Commission des finances et de développement économique à la Chambre des représentants. « Le Maroc est l’un des premiers pays en Afrique et au Moyen-Orient ayant mis en place un cadre juridique régissant les activités de financement collaboratif », a affirmé le ministre, selon un communiqué.

 

Selon le ministre, ce texte (n° 15-18) a pour objectif « la libération du potentiel créatif et culturel des jeunes et la participation active des donateurs et des contributeurs dans les projets de développement au Maroc via un mécanisme de financement simple, sécurisé et transparent ». En se basant sur les différentes expériences réussies de cette pratique à travers le monde, le Projet de loi prévoit de renforcer l’attractivité de la place financière de Casablanca Finance City.

 

Composé de 70 articles, ce projet de loi prévoit trois types d’opérations de financement, par le biais d’une plateforme électronique éditée et gérée par une société de financement collaboratif : le financement des projets sous forme de prêt (Crowdlending, pour lesquels Bank Al Maghrib encadrera le taux d’intérêt ou encore les durées maximales de l’emprunt) ; de don (Crowdfunding stricto sensu : le donateur devra obtenir une autorisation si le montant dépasse 500 000 dirhams) ; et de capital (Crowd equity).

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...