Aller au contenu principal

Confusion autour des prix des médicaments

Alors que plusieurs patients atteints de cancer appellent l’Etat à créer un fonds pour amortir la cherté de leur traitement, on apprend que le gouvernement prévoit une nouvelle hausse des prix de médicament. Cette nouvelle risque de créer une grande polémique, d’autant plus que plusieurs activistes ainsi que des acteurs sociaux et politiques ont réclamé une intervention urgente afin de soutenir les personnes souffrant de cancer.

Par Nora Jaafar, Publié le 25/12/2019 à 12:56, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le journal arabophone Al Massae nous apprend, ce mercredi 25 décembre, que le gouvernement prévoit d’augmenter les prix des médicaments. Une hausse qui, selon le journal, vise à valoriser les médicaments génériques produits localement. Cette démarche, qui risque fortement de déplaire aux Marocains, aurait pour objectif de pallier le déficit des revenus des professionnels du secteur qui demeurent très bas en comparaison avec les médicaments princeps. Le gouvernement compte de par cette augmentation accroître la consommation des médicaments génériques à 50 % en 2021. Actuellement, le taux de cette consommation est d’environ 29 %.

 

Al Massae rappelle qu’au début de 2018, l’ancien ministre de la Santé, Anas Doukkali, avait introduit une baisse de tarifs qui avait affecté plus de 60 médicaments princeps et génériques. Ce dernier avait approuvé par la suite l’augmentation de prix d’une dizaine de traitements, allant de 10 à 150 dirhams.

 

Création d'un fonds pour la lutte contre le cancer

Par ailleurs, alors que la nouvelle de l’augmentation des prix de médicament n’a pas encore fait le tour des médias marocains, une pétition a été lancée ce week-end déplorant les prix exorbitants des traitements du cancer. En effet, le dimanche 22 décembre, cette nouvelle pétition a appelé à la création d’un fonds destiné à la lutte contre le cancer, en instaurant une prise en charge globale des personnes atteintes, rapporte Hespress. « C’est une initiative élaborée conformément à l’article 15 de la Constitution qui permet aux citoyens de présenter des pétitions au chef du gouvernement », explique à Yabiladi le politologue et professeur universitaire, Omar Cherkaoui.

 

Pour Cherkaoui, ce manifeste, qui reprend les doléances de plusieurs personnes atteintes de cancer, pourrait sauver d’une « peine capitale les plus démunies ». Il explique que le document en question présente plusieurs propositions, notamment les objectifs et ambitions de ce fonds, la couverture globale de l’ensemble des soins et les éléments à présenter pour bénéficier de l’aide. Le politologue indique aussi que les collectivités territoriales, les subventions de l’État et celle des entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés ainsi que les dons des citoyens pourraient contribuer à la création et au maintien de ce fonds. « Tant que nous allons présenter cette proposition, nous espérons donc que l’exécutif la prenne en considération et la traite positivement », a-t-il précisé à Yabiladi.

 

Les promesses du gouvernement

De son côté, le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum souligne que le gouvernement a annoncé, via le ministère de la Santé, avoir « pris des mesures urgentes, en partenariat avec la Fondation Lalla Salma pour lutter contre le cancer, afin de fournir des médicaments au plus tard en janvier 2020 ». Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé, a affirmé que la pénurie de ce traitement est un « phénomène mondial ». Il a de ce fait promis que son département allait remédier à cette situation en adoptant plusieurs mesures. Il a notamment cité « l’octroi de licences exceptionnelles pour importer des médicaments anticancéreux avec l’engagement de les enregistrer au niveau national afin de compléter l’appel d’offres public programmé pour l’année 2019 ». En outre, il a affirmé le lancement d’une série de consultations avec le ministère de l’Économie et des Finances, visant la mise en place d’une politique pharmaceutique basée sur un nouveau modèle. Il a expliqué que ce nouveau dispositif aurait pour objectif de conclure des accords avec les unités de fabrication de médicaments, assurant ainsi la fourniture continue de médicaments. Un nouveau projet de loi portant sur une révision des prix de ces traitements serait selon le ministre, en cours d’élaboration. Cette législation permettrait d’optimiser la distribution des médicaments génériques et de surveiller les stocks afin d’anticiper d’éventuelles ruptures.

Classes sociales : la dangereuse fracture

La haine des riches contre le mépris des pauvres. La société marocaine vit sous l’impulsion de dang...

Royaume-Uni : quelles sont les conditions pour s’y rendre depuis le Maroc ?

Alors que le monde continue de se déconfiner progressivement, de nombreuses personnes en profitent pour partir à l’étranger ou réserver des vacances, notamment au Royaume-Uni. Toutefois, ce pays est d...

Aïd Al-Adha : 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins identifiées

Dans le cadre des préparatifs de Aïd Al-Adha 1442, l’opération d’identification des bêtes se poursuit. En effet, la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationa...

Plus de 87% des eaux des plages marocaines conformes

Ce vendredi 18 juin, le département de l’Environnement du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a organisé une conférence de presse afin de présenter les résultats du rapport nationa...

Quel avenir pour la Radio au Maroc ? (avec Imad Kotbi)

Du jonglage au DJing en passant par la RNT, Imad nous fera voyager avec lui depuis ses débuts et sa formation, jusqu’à cette époque où la Radio évolue et ses méthodes aussi. Comment a-t-il débuté ? Qu...

Marhaba 2021 : quand le Maroc tend les bras à ses immigrés

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce jeudi un projet de décret instituant « une indemnité de tr...