Aller au contenu principal

Le secteur des assurances maintient le cap

Le dernier rapport de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale révèle que le secteur des assurances au Maroc a réalisé un volume d’affaires de 43,1 milliards de dirhams en 2018. Cette croissance annuelle de 6 % place le royaume au second rang sur le continent africain.

Par Mohamed Laabi, Publié le 18/12/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Plus de 43 milliards de dirhams en 2018, c’est le volume d’affaires réalisé par le secteur de l’assurance et de la réassurance du Maroc. Un chiffre qui, en termes d’assurance, place le royaume au second rang en Afrique (3e dans le monde arabe et 51e au classement mondial). Ce bilan émane du dernier rapport annuel de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS). Publié cette semaine, ce rapport indique que le marché marocain affiche un taux de pénétration de 3,74%. Un taux qui élève le pays à la première position dans le monde arabe et à la 4e place sur le continent africain, derrière l’Afrique du Sud, la Namibie et le Zimbabwe, révèle l’Économiste dans son édition du 18 décembre 2019.

 

On apprend que les primes acceptées en réassurance ont atteint 1,9 milliard de dirhams. Celles en réassurance des entreprises d’assurances ont progressé de 13,7 %, pour atteindre 212,6 millions de dirhams en 2018. Le rapport indique aussi que les prestations et frais payés par les entreprises d’assurances et de réassurance ont connu une augmentation de 5 %, passant de 24,4 milliards de dirhams en 2017 à 25,6 milliards de dirhams en 2018, soit près de 62 % des émissions totales, précise Médias24.

 

Toujours selon cette même étude, la structure des émissions de primes reste la même avec 44,2 % revenant aux assurances « vie et capitalisation », suivies de l’assurance « automobile » (27,1 %) et des « accidents corporels » (9,9 %). Les charges techniques d’exploitation des assureurs et réassureurs ont quant à elles augmenté de 9,6 % au titre de l’année 2018 (8,8 milliards de dirhams). Cette croissance s’explique par l’augmentation de quelques charges, dont celles du personnel, des impôts et des taxes.

 

Pour rappel, le secteur compte 24 entreprises d’assurances et de réassurance, dont 20 commerciales et 4 mutuelles. Le réseau de distribution compte 2 084 intermédiaires d’assurances, 597 bureaux de gestion directe et 6 195 agences bancaires.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...