Aller au contenu principal

La COP25 pas à la hauteur de ses promesses

Le sommet de l’ONU sur le climat, COP 25, a pris fin avec 2 jours de prolongation ce dimanche 15 décembre à Madrid. Aujourd’hui plusieurs journaux nationaux et internationaux sont revenus sur cet événement qui a duré plus de deux semaines, mais qui n’a pas été à la hauteur de ses promesses. Plusieurs participants comme le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterrez, ont exprimé leur déception à la suite des pourparlers et négociations qui ont eu lieu tout le long de ce sommet. Le Maroc a toutefois été salué pour son engagement en faveur de l'action pour le climat.

Par Nora Jaafar, Publié le 16/12/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

La COP 25 de 2019, qui a eu lieu à Madrid du 2 au 15 décembre, visait à souligner le besoin urgent de réduire les émissions de carbone pour atteindre l’objectif de l’accord 2015 de Paris. Elle a été prolongée de 48 heures afin que les gouvernements puissent discuter de la manière dont ils vont réglementer le marché mondial du carbone. Face à une impasse, les négociateurs ont finalement décidé de se repencher sur ce sujet lors de la prochaine COP, qui aura lieu en 2020 à Glasgow.

 

Cette édition a fait suite à des mois de conditions météorologiques extrêmes de plus en plus fréquentes et à des manifestations massives à l’échelle mondiale essentiellement menées par des jeunes qui ont exhorté leurs gouvernements à sauver la planète. Confrontés à ces pressions, les scientifiques, les chercheurs, les activistes et les observateurs s’attendaient à ce que les gouvernements profitent de ce rendez-vous pour s’engager davantage en terme de lutte contre les changements climatiques. Notons que, des représentants de près de 200 nations se sont rendus dans la capitale espagnole dans le but de compléter l’accord de Paris. Ce dernier a pour objectif de limiter la température mondiale à moins de deux degrés Celsius (3,6 Fahrenheit) d'ici 2030.

 

Manque d’efforts pour lutter contre le changement climatique

Étant donné que l’accord de Paris sera effectif l’année prochaine, les activistes espéraient que leurs protestations, les données scientifiques alarmantes, les tempêtes mortelles et les incendies de forets qui ont marqué 2019 allaient forcer les gouvernements à agir. Toutefois, les plus importants pollueurs du monde se sont montrés réticents et ont déclaré ne pas être prêts à réduire leurs émissions de carbone ni à soutenir financièrement les pays moins riches dans ce sens, souligne BBC News. « Jamais je n’ai vu un tel décalage entre ce que la science exige et ce que les négociations sur le climat apportent en termes d’actions significatives », a déclaré Alden Meyer, directeur de la stratégie et des politiques à l’Union of Concerned Scientists. « La plupart des plus grands pays émetteurs de carbone du monde manquent à l’appel et résistent aux appels à l’augmentation de leurs ambitions climatiques ».

 

Pour sa part, le secrétaire général des Nations Unies a déploré : « Je suis déçu du résultat de la COP25 ». Et d’ajouter dans un communiqué de presse : « La communauté internationale a raté une occasion importante de faire preuve d’une ambition plus grande en matière d’atténuation (réduction des émissions de gaz à effet de serre), d’adaptation et de financement de la crise climatique. Nous ne devons pas abandonner, et je n’abandonnerai pas ».

 

Selon l'AFP, les petits États insulaires, les pays les moins développés et l’Union européenne sont les principaux acteurs qui exigent le renforcement des stratégies de réduction des émissions de carbone. Ils ont appelé les pays qui bloquent les négociations, notamment les États-Unis, l’Australie et l’Arabie saoudite, à intensifier leurs efforts. La Chine et l’Inde, qui sont les principaux émetteurs de carbone au monde, ont indiqué de leurs côtés qu’elles ne voyaient pas la nécessité d’améliorer leurs plans actuels de réduction des émissions. Les deux pays ont plutôt choisi de mettre l’accent sur la responsabilité historique des nations riches qui selon eux devraient fournir un financement et une aide aux pays pauvres, rapporte la même source. 

 

Blocage et désengagement

Le sommet devait également permettre de finaliser le chapitre de l’accord de Paris sur les marchés du carbone. Cependant, les échanges à ce sujet ont été vains et ce dossier sera de nouveau aborder lors de la COP 26, qui aura lieu en 2020 à Glasgow, au Royaume-Uni. En outre, les États-Unis, qui quittent l’accord de Paris l’année prochaine, ont bloqué les négociations relatives à des sujets vitaux pour les pays vulnérables au changement climatique. Ils ont notamment bloqué le fonds « pertes et dommages » destiné à aider les pays touchés par les changements du climat. France 24 déplore que même si tous les pays s’appliquent pour concrétiser les engagements de l’accord de Paris, la Terre risque de chauffer de plus de 3°C d’ici 2100. « Nous devons tous agir rapidement, et travailler ensemble pour décarboniser nos économies et nous adapter à l’impact du changement climatique », a lancé Archie Young, chef des négociations internationales sur le changement climatique en Grande-Bretagne.

 

L’engagement du Maroc

Malgré la déception générale qu’a suscitée la COP 25, le Maroc a été salué pour ses efforts en matière de transition énergétique et de développement de grands projets d’énergies renouvelables, indique Maroc Diplomatique. Le journal ajoute que les réalisations du royaume ont été qualifiées « d’ambitieuses » et de « compatibles » avec l’objectif ciblé par l’Accord de Paris. « La contribution active du Maroc à l’élaboration de trois rapports sur les conséquences du changement climatique par le Groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat (GIEC), une organisation relevant de l’ONU et sous la tutelle de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et ONU Environnement, a été mise en exergue lors de ce Conclave mondial », ajoute le média.

 

Pour rappel, le Maroc vise à réduire de 42 % ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 et à porter à 52 % la part des énergies propres dans le mix énergétique national.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...