Aller au contenu principal

Développement humain : le Maroc en bas de l’échelle

Le rapport 2019 du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a été publié ce lundi 9 décembre. Malgré un saut de deux places au classement, le Maroc reste dans la catégorie des « pays à développement moyen ». Il occupe la 121e place sur 189 pays recensés. Pire encore, le royaume arrive derrière des pays en conflits régionaux (Irak, Palestine) et en guerre civile (Libye, Égypte).

Par Mohamed Laabi, Publié le 11/12/2019 à 14:13, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Lundi 9 décembre, le programme des Nations pour le développement (PNUD) a publié son rapport sur le développement humain. Cette étude présente l’indice de développement humain de cette année. En 2019, le constat est sans appel. Le Maroc est classé 121e sur 189 pays recensés. Le Maroc arrive juste derrière la Palestine (119e) et l’Irak (120e).

 

Par ailleurs, le rapport du PNUD fait état du développement de genre dans trois dimensions fondamentales du développement humain, à savoir la santé, l’éducation et le contrôle des ressources économiques, rapporte Le360. « L’idée étant de bien distinguer d’une part le développement économique d’un pays, en termes de richesse accumulée, et d’autre part le bien-être de sa population. En clair, un pays riche n’implique pas nécessairement un développement humain fort, et peut être marqué par de fortes disparités sociales », souligne Telquel ce mercredi 11 décembre.

 

C’est dans ce sens que l’indice de développement humain (IDH) du Maroc a atteint 0.676 sur 1 contre 0,667 en 2018. Une note qui classe le Royaume dans la catégorie « développement humain moyen ». La Tunisie, l’Égypte et la Libye font partie des pays dont l’indice de développement est supérieur.

 

 « Entre 1990 et 2018, l’IDH du Maroc a progressé de 0,458 à 0,676, soit une hausse de 47,7 % », explique le rapport. Dans les détails, le PNUD explique qu’entre 1990 et 2018, l’espérance de vie à la naissance au Maroc a augmenté de 11,7 années, la durée moyenne de scolarisation a augmenté de 3,3 années et la durée attendue de scolarisation a augmenté de 6,6 années.

 

Evolution du Maroc à travers les années

 

L’Éducation, ce maillon faible

L’Éducation nationale a clairement tiré le classement du royaume vers le bas. En effet, dans son classement, le PNUD prend en compte le nombre d’années d’éducation d’un adulte âgé de 25 ans, rapporte Telquel. La moyenne marocaine est de 5,5 ans (4,5 ans pour les femmes et 6,5 ans pour les hommes), en dessous de la moyenne arabe (7 ans) et de celles de la Libye (7,3 ans) et de la Tunisie (7,2 ans).

 

Autre facteur impactant l’IDH du Royaume, le revenu national brut. Celui-ci est de 7 340 dollars par an par habitant. Un chiffre bien inférieur à celui de la Tunisie (10 275 dollars) et la Libye (11 100 dollars).C’est l’espérance de vie de la population marocaine qui, elle, tire l’IDH du Royaume vers le haut. Estimée à 76,1 ans, la moyenne marocaine est supérieure aux pays ayant des IDH situés dans le même niveau comme la Tunisie (75,9 ans) ainsi que la Libye (72,1 ans).

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...