Aller au contenu principal

Des élections sous haute tension en Algérie

Tous les regards sont tournés vers l’Algérie. Les élections présidentielles sont prévues, ce jeudi 12 décembre, dans un contexte tendu. La mobilisation de la rue s’accentue. Les Algériens continuent de dénoncer l’organisation de cette élection, tout en appelant le régime à enclencher des réformes politiques profondes.

Par Nora Jaafar, Publié le 11/12/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Un scrutin controversé et un boycott à l’horizon. La presse mondiale est unanime quand il est question de traiter les élections présidentielles en Algérie. Compte tenu des enjeux de voisinage, ces élections sont suivies de près par la presse marocaine. Dans son éditorial de ce 11 décembre, le quotidien marocain L’Économiste plante d’emblée le décor : « le mouvement de manifestation Hirak a réussi à pousser le peuple à repenser le social et le politique du pays ». Pour l’éditorialiste Nadia Salah, le « voisinage maroco-algérien est "indiscutablement nuisible" dans l’espace eurafricain ». Elle souligne « la méconnaissance de nos voisins vis-à-vis du budget militaire de Rabat (3,3 milliards de dollars contre 11 milliards de dollars pour l’Algérie) ». Mieux encore, à en croire l’éditorialiste, « certains intellectuels algériens pensent que le Maroc va les attaquer, sauf si l’Algérie attaque en premier ». Cet éditorial de L’Économiste est une mine d’informations. On apprend que rares sont les personnes qui savent que Gaid Salah, chef d’état-major de l’armée populaire algérienne depuis 2004 et vice-ministre de la Défense depuis 2013, a laissé en 1977 ses prisonniers aux mains des Forces Armées Royales. Commentant la situation en Algérie, le site d’information marocain Hespress FR, relève de son côté qu’« en Europe comme en Algérie, les électeurs sont venus manifester contre la tenue de ce scrutin qui ne représente pas à leurs yeux une sortie de crise crédible ». 

 

À J-1 de l’élection présidentielle, les étudiants ont de nouveau déferlé dans la ville d’Alger en scandant : « Nous ne voterons pas » et « Nous voulons la liberté ». Au cœur de la capitale, des milliers de personnes ont brandi, ce mercredi, des cartons rouges en signe de refus de la tenue de la présidentielle du 12 décembre, lit-on sur les colonnes du quotidien Le Monde. Dans un effort apparent pour apaiser les manifestants, deux anciens premiers ministres et d’autres politiciens ont été condamnés à de lourdes peines pour corruption. Bien qu’il soit peu probable que ce scrutin apporte un grand changement politique, il pourrait devenir un moment décisif dans la lutte entre les manifestants et l’armée. 

 

Pour plusieurs médias, les cinq candidats en lice (Abdelmadjid Tebboune et Ali Benflis, anciens premiers ministres, Azzedddine Mihoubi, ex-ministre de la Culture, Abdelkader Bengrine, ancien ministre du Tourisme, et Abdelaziz Belaid, dirigeant du FLN) ont à un moment de leur carrière politique travaillé ou fait partie de la « Vieille Garde » (membres du régime Bouteflika), qui détient le pouvoir depuis que l’Algérie a obtenu son indépendance en 1962. 

 

Pour rappel, en avril 2019, le mouvement de manifestation « Hirak » a poussé le régime algérien à exiger la démission du Président Abdelaziz Bouteflika. Le mouvement considère que son soulèvement reste inachevé. Les militants réclament que la « Vieille Garde » quitte le pouvoir et que les militaires arrêtent d’intervenir dans la politique du pays. En réponse, l’armée a souligné que la tenue d’une élection est le seul moyen de rétablir l’ordre en Algérie. Le système politique algérien est actuellement paralysé et nécessite une action urgente pour relancer l’économie du pays, qui souffre d’une chute des revenus vitaux du pétrole. Notons que l’Algérie tire 95 % de ses recettes extérieures des ventes de pétrole et de gaz qui, depuis la baisse des prix de l’énergie en 2014, ont diminué de moitié pour atteindre 30 milliards de dollars par an, indique le Washington Post

 

Une chose est sûre : entre les appels du Hirak au boycott de l’élection présidentielle, les arrestations des militants et la campagne d’assainissement, la persistance du régime à tenir ce scrutin, ce rendez-vous électoral ne tiendra pas toutes ses promesses, celles de calmer la rue et d’ouvrir une nouvelle page dans l’histoire de l’Algérie.

G7 : un sommet pour reconstruire le monde

Le Royaume-Uni accueille à partir d'aujourd'hui le sommet du G7. Les dirigeants des grandes puissances mondiales ont donné vendredi le coup d'envoi de leur conclave ambitionnant de remettre le monde s...

Covid-19 : les USA promettent 500 millions de doses à Covax

Le gouvernement américain compte acheter 500 millions de doses du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer pour en faire don au programme Covax, chargé d’assurer l’accès des pays pauvres aux vaccins et aux...

Dieselgate : Peugeot poursuivi par la justice française

Après Renault en mai et Volkswagen mardi 8 juin, c’est au tour de Peugeot d’être rattrapé par le scandale du Dieselgate. Accusé d’avoir trompé plusieurs clients sur les taux de produits polluants émis...

Comprendre l'histoire du génocide culturel des Ouïghours

Depuis le début des années 2010, la Chine mène une politique répressive contre les Ouïghours, une minorité musulmane vivant en grande majorité dans le Xinjiang, région autonome du Nord-Ouest du pays. ...

Biden s'envole pour l'Europe et réhabilite TikTok

Joe Biden s’est envolé mercredi pour le Royaume-Uni, première étape d’une tournée européenne, la première depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Juste avant de quitter les USA, le président améric...

ONU : le Conseil de sécurité octroie à Guterres un deuxième mandat

Ce mardi 8 juin, lors d’une brève session à huis clos, le Conseil de sécurité, qui joue un rôle clé dans le processus de nomination du secrétaire général des Nations Unies (ONU), a unanimement recomma...