Aller au contenu principal

Commerce : Le Maroc cherche sa voie aux États-Unis

Le Maroc et les États-Unis ont récemment signé un important contrat d’armement pour la fourniture de 36 hélicoptères Apache d’un montant total estimé à 4,25 milliards de dollars. Demain, Le Secrétaire d’État américain Michael Pompeo entamera une semaine de visite officielle dans le royaume. C’est l’occasion de revenir sur les échanges commerciaux entre le Maroc et les États-Unis ainsi que l’ensemble du continent américain. En 2018, ces transactions ont atteint 84 milliards de DH, soit 11 % des échanges commerciaux du Royaume.

Par J.R.Y, Publié le 04/12/2019 à 14:36, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le Maroc a passé une commande auprès des États-Unis de 36 hélicoptères de combat Apache, dont 12 en option, pour 4,25 milliards de dollars, équivalent à 41 milliards de DH. Le royaume s’est engagé à régler cette facture en plusieurs tranches conformément au contrat signé par les deux parties. En 2018, les échanges avec le continent américain ont totalisé 84 milliards de DH, soit 11 % des échanges commerciaux du pays, selon l’Office des changes. Les importations se sont chiffrées à 57 milliards de DH alors que les produits qui prennent la route vers l’Amérique s’élèvent à 27 milliards de DH (29 milliards de déficit commercial).

 

Sans grande surprise, les États-Unis sont le premier client et fournisseur du Maroc dans la région, avec 38 milliards de DH d’importations et 13 milliards d’exportations. Loin derrière, le Brésil et le Canada complètent ce podium. L’année dernière, les importations d’avions et autres véhicules aériens ou spatiaux ont totalisé 3,6 milliards de DH.

 

Le Maroc importe surtout des produits pétroliers et agricoles (Maïs, blé, sucre) d’Amérique. A contrario, il y vend principalement les engrais et produits dérivés et, dans une moindre mesure, des composants d’avions et d’autres véhicules aériens ou spatiaux. Clairement, les expéditions du Maroc sur ce continent sont principalement assurées par l’OCP. Les exportations de poissons frais, salés, séchés ou fumés, de conserves de poissons et de crustacés, de conserves de légumes et d’agrumes représentent 2,5 milliards de DH. Dans la balance cela ne pèse pas bien lourd.

 

Cependant, les exportateurs sur ce continent, en particulier vers les États-Unis ou le Canada, ont du mérite parce qu’ils ciblent des marchés réputés très difficiles. Plus globalement, le Maroc doit diversifier ses exportations et monter en gamme pour essayer de réduire le déficit commercial avec le continent américain. À fin 2018, ce déficit s’établissait à 28,8 milliards de DH, dont 25,2 milliards de DH seulement avec les États-Unis.

 

La balance avec le Brésil et le Mexique est excédentaire. Derrière la Chine, le commerce avec les États-Unis contribue le plus au déficit commercial qui a atteint 174 milliards de DH à fin octobre 2019. Il sera difficile pour le Maroc de rivaliser avec les deux premières économies de la planète, surtout que l’accès à ces marchés reste très difficile. Cette difficulté est aussi partagée par de grandes économies, mais à des degrés divers. L’une des sources du différend entre les États-Unis et la Chine porte d’ailleurs sur ce sujet. Toutefois, le Maroc peut mieux faire sur ces marchés et il faut espérer que les visites récentes de représentants américains tels qu’Ivanka Trump ou encore Michael Pompeo permettront l’ouverture d’un dialogue dans ce sens.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...