Aller au contenu principal

Commerce en ligne : pourquoi ça ne décolle pas au Maroc

Ce mardi à Genève, les Nations Unies ont publié un classement international sur l’évolution du commerce électronique dans le monde en 2019. Le Maroc est dans la seconde moitié du tableau et se classe 95e sur 152 pays. Le royaume perd ainsi 11 places par rapport à l’année 2018 et se classe 7e en Afrique derrière l’Île Maurice (58e), la Tunisie (70e), l’Afrique du Sud (76e), le Nigeria (79e), le Kenya (88e) et la Namibie (94e).

Par Mohamed Laabi, Publié le 04/12/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Le Maroc occupe le 95e rang sur les 152 pays recensés pour le classement mondial du commerce en ligne, rapporte le quotidien Le Matin dans son édition du mercredi 4 décembre 2019. Ce classement dominé pour la deuxième année consécutive par les Pays-Bas est élaboré par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). Les pays sont classés en termes d’accès aux serveurs Internet sécurisés, de fiabilité des infrastructures et des services postaux. Ils sont également classés par la population qui utilise Internet et qui possède un compte bancaire.

 

95e mondial, le Maroc arrive 7e sur l’échelle africaine, derrière l’Île Maurice (58e), la Tunisie (70e), l’Afrique du Sud (76e), le Nigeria (79e), le Kenya (88e) et la Namibie (94e). Les auteurs de ce classement ont relevé qu’en 2018, les acheteurs en ligne au Maroc ne représentent que 22 % des utilisateurs d’Internet et 14 % de la population.

 

Les raisons de l’échec

Pour le site Ecoactu, ce classement ne devrait pas être considéré comme une référence puisque le secteur informel et l’absence d’une fiscalité dédiée au Maroc contribuent fortement dans cette performance moyenne. « En l’absence d’une fiscalité spécifique au e-commerce, beaucoup profitent de ce vide juridique pour faire des bénéfices dans l’informel », affirme le site qui regrette que la question de la fiscalité du e-commerce n’ait pas été soulevée lors des Assises de Skhirat, qui ont se sont déroulé le 3 et 4 mai 2019.

 

Pour sa part, Ghita Tazi Moudden, consultante Engagement Manager au sein de McKinsey affirme en marge du Digital Act By Inwi, organisé ce mardi à Casablanca, qu’« il faut un alignement entre les opérateurs de paiement en ligne, l’État et les sites marchands pour que le client finisse par adopter le m-paiement et contribuer à développer les e-commerces », rapporte Les Inspirations éco. Rachid Sarrakh, chef de division du commerce de proximité au sein du ministère de l’Industrie a souligné de son côté que « les Marocains sont toujours frileux du paiement en ligne, bien que la réglementation ait mis en place toutes les conditions pour sécuriser les transactions en ligne ».

 

Le choix limité des produits proposés par les sites serait également une des raisons de cette stagnation. Alors que le ministre de l’Industrie, Moulay Hafid El Alamy, annonce que plus de 13 millions de Marocains ont effectué des achats en ligne en 2018, les chiffres de la CNUCED viennent prouver que le secteur de l’e-commerce a encore un long chemin à parcourir.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...