Aller au contenu principal

Pourquoi les dépôts bancaires ralentissent

En dix mois, les dépôts bancaires ont progressé de seulement 0,6 %. La hausse de la circulation du liquide est l’une des explications, mais cette décélération a des raisons plus profondes. Cela peut être le reflet d’une exacerbation de la tension sur les trésoreries et de la multiplication des contrôles fiscaux et avis à tiers détenteurs. Malgré l’amnistie prévue sur les avoirs liquides non déclarés, il n’est pas sûr que ceux qui seront régularisés restent longtemps dans les bilans des banques à cause du contexte de taux peu favorables à l’épargne.

Par J.R.Y, Publié le 02/12/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

La circulation du cash

En septembre dernier, la Banque centrale a réduit de 2 points le taux de la réserve obligatoire (argent que les banques doivent garder en permanence dans leurs comptes auprès de Bank-Al Maghrib) pour le ramener à 2 %, libérant ainsi 11 milliards de DH de liquidités supplémentaires au secteur. Bank Al-Maghrib a pris cette décision parce que l’argent qu’elle prête aux banques pour qu’elles financent leurs activités a significativement augmenté, dépassant 80 milliards de DH par semaine. La pression sur les ressources des banques provient notamment de l’augmentation de la monnaie fiduciaire. Cela veut indirectement dire que le cash en circulation n’est pas dans les bilans des banques et on peut le voir sur le comportement des dépôts. En dix mois, ils ont progressé de seulement 0,6 %. Cette décélération a des raisons plus profondes que la seule circulation du cash. 

 

Des arbitrages de placements

Les dépôts des entreprises par exemple ont reculé de 8 % depuis le début de l’année. Leurs placements dans les comptes à terme et les bons de caisse ont décroché de 14 % tandis que ceux dans les OPCVM monétaires ont chuté de 17 %. Les entreprises ont l’habitude de placer leurs excédents de trésorerie dans ces produits. Le recul peut donc être le reflet d’une exacerbation de la tension sur les trésoreries ou bien des arbitrages en faveur d’autres actifs (il n’y en a pas beaucoup sur le marché). La multiplication des contrôles fiscaux et des avis à tiers détenteurs a aussi créé un transfert des fonds vers l’assurance-vie qui est intouchable. En dehors de ces facteurs, il faut aussi dire que les placements bancaires ne rapportent plus grand-chose. Le rendement de certains produits couvre à peine l’inflation. C’est peut-être là, l’une des principales raisons du ralentissement des dépôts bancaires. D’ailleurs, le rythme de progression des placements des personnes physiques dans le compte sur carnet a nettement ralenti. Il a pratiquement été divisé par deux en quatre ans. Il en est de même pour les placements dans les comptes à termes et les bons de caisse. En revanche, la collecte des primes d’assurance-vie est en forte hausse ces dernières années. Malgré la baisse, la rémunération de ce produit reste relativement intéressante.

 

L’amnistie au secours des banques

Dans le projet de loi de finances 2020, l’État prévoit une contribution libératoire pour les avoirs liquides non déclarés. Des amendements apportés à la version originale élargissent la cible de l’amnistie aux fonds déjà déposés en banque et non déclarés aux Impôts, rapporte l’Économiste. Les fonds retirés d’un compte pour l’achat de biens immeubles ou meubles non destinés à l’exercice de son activité ou injectés dans les comptes courants d’associés sont concernés.

 

En supposant que l’opération rencontre un succès, il n’est pas sûr que les avoirs liquides qui seront déclarés restent longtemps dans les bilans des banques à cause du contexte de taux peu favorable à l’épargne.


  • Partagez

Electroplanet devient une référence en e-commerce

Fort de ses 12 ans d'expériences dans le métier et n’°1 au Maroc en magasin spécialisés en électroménager/TV/HI-FI/Multimédia, Electroplanet a investi le digital avec force et savoir-faire. En 2018, l...

Automobile : Le secteur prend un virage serré

La crise du Covid-19 pourrait durablement fragiliser le secteur automobile qui emploie 250.000 pers...

Le roi Mohammed VI ordonne le soutien de la relance du secteur privé

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, en présence de Mohamed Benchaâbou...

Bilan agricole, préparatifs pour Aïd Al-Adha : Akhannouch rassure les marocains

Les prévisions pour la campagne agricole en cours n’étaient pas empreintes d’optimisme. La rareté d...

Pourquoi la CGEM veut reporter l’augmentation du SMIG ?

La CGEM a élaboré un ensemble de propositions dans le cadre de son plan de relance de l’économie na...

Relance de l’économie : les priorités du CMC

Le PIB va baisser de 4,3% selon les dernières estimations du Centre marocain de conjoncture (CMC). ...