Aller au contenu principal

Khalid Aït Taleb tacle les professionnels de la santé

Le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, a adressé une circulaire aux directeurs des CHU, directeurs régionaux de la Santé, ainsi qu’aux directeurs des centres hospitaliers provinciaux et régionaux, pour les recadrer quant à la non-prise en charge des patients dans les services d’urgence du royaume. Aït Taleb souligne la nécessité de prioriser la prise en charge des cas urgents, sans exiger un paiement à l’avance. Cette correspondance intervient quelques semaines après la présentation par le ministre d’un rapport alarmant sur la situation du secteur de la santé au Maroc.

Par Nora Jaafar, Publié le 29/11/2019 à 11:41, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les Marocains ne seront plus obligés de payer avant d’être pris en charge par les services d’urgence du Maroc. Les Inspirations Éco nous apprend que dans une correspondance, envoyée à tous les responsables centraux et provinciaux ainsi qu’aux directeurs des hôpitaux, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, insiste sur la nécessité se conformer à l’article 42 du règlement interne des hôpitaux. Cet article stipule que « tout patient, blessé ou parturiente (en cours d'accouchement) qui se présente en situation d’urgence doit être reçu, examiné et admis en hospitalisation. Il doit être pris en charge dans les hôpitaux en cas de besoin et, si son état de santé le nécessite, même en cas de non-disponibilité de lits. La procédure de facturation n’est entamée qu’après engagement de la prise en charge médicale ». Selon le journal, Aït Taleb déplore dans sa missive, que « bien que le processus de prise en charge des cas urgents ait déjà été clarifié en 2010, (nous) observons des pratiques erronées existant dans plusieurs services des urgences dans les hôpitaux publics ». Pour sa part, le quotidien arabophone Al Massae souligne que le ministre a également appelé à ne pas laisser les cas urgents errer dans les services et les salles de soins.

 

Le ministre exige par ailleurs des établissements hospitaliers d’honorer leur responsabilité de réception et d’orientation des patients conformément à la deuxième partie de l’article 42 : « si l’état du patient n’est pas jugé médicalement urgent, il est référé vers la structure de soins appropriée ou pris directement en charge en cas de possibilité, sous réserve de s’acquitter préalablement des frais inhérents à cette prise en charge », rapporte Médias24. Aït Taleb, qui insiste sur le respect et l’application de ces deux résolutions, explique que l’objectif de cette législation est d’éviter la surcharge et l’engorgement des urgences.

 

Le secteur de la santé confronté à plusieurs défis

La circulaire d’Aït Taleb, intervient quelques semaines seulement après sa présentation d’un rapport alarmant sur la crise dont souffre son secteur. En effet, le ministre avait expliqué au début de ce mois que malgré l’augmentation du budget alloué au secteur de la santé, 14,5 % par rapport à 2019, il ne sera pas à même de venir au bout de tous les défis qu’il doit relever. Ainsi les 18,68 milliards de dirhams dédiés à la santé seront distribués comme suit : 3,35 milliards de dirhams seront consacrés aux investissements, tandis que les 15,33 milliards de dirhams iront au fonctionnement, dont 10,9 milliards aux salaires. Le ministre avait également révélé que seules 4000 personnes seraient recrutées en 2020, dont des médecins, des infirmiers et des techniciens, bien que le manque de personnel médical au Maroc s’élève à 97 161 personnes (32 387 médecins et 64 774 infirmières et autres praticiens), rappelle Médias24 dans un papier paru en début de semaine.

 

Aït Taleb a reconnu que ce chiffre est loin d’être à la hauteur des efforts nécessaires pour s’attaquer aux problèmes persistants de son secteur. Cependant, il a suggéré que des mesures supplémentaires seront adoptées pour répondre progressivement aux attentes du pays en matière de santé publique. L’objectif à court et moyen terme, a-t-il affirmé, est de trouver les moyens d’« atténuer » — plutôt que d’éliminer définitivement — les déficits en personnel et en équipements du secteur de la santé au Maroc. Comme l’augmentation de ses propres effectifs ne sera pas suffisante pour faire face aux pénuries de personnel médical dans le royaume, le ministère vise à encourager la contractualisation avec les médecins du secteur libéral ainsi que l'ouverture sur les compétences et les expertises étrangères.

Classes sociales : la dangereuse fracture

La haine des riches contre le mépris des pauvres. La société marocaine vit sous l’impulsion de dang...

Royaume-Uni : quelles sont les conditions pour s’y rendre depuis le Maroc ?

Alors que le monde continue de se déconfiner progressivement, de nombreuses personnes en profitent pour partir à l’étranger ou réserver des vacances, notamment au Royaume-Uni. Toutefois, ce pays est d...

Aïd Al-Adha : 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins identifiées

Dans le cadre des préparatifs de Aïd Al-Adha 1442, l’opération d’identification des bêtes se poursuit. En effet, la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationa...

Plus de 87% des eaux des plages marocaines conformes

Ce vendredi 18 juin, le département de l’Environnement du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a organisé une conférence de presse afin de présenter les résultats du rapport nationa...

Quel avenir pour la Radio au Maroc ? (avec Imad Kotbi)

Du jonglage au DJing en passant par la RNT, Imad nous fera voyager avec lui depuis ses débuts et sa formation, jusqu’à cette époque où la Radio évolue et ses méthodes aussi. Comment a-t-il débuté ? Qu...

Marhaba 2021 : quand le Maroc tend les bras à ses immigrés

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce jeudi un projet de décret instituant « une indemnité de tr...