Aller au contenu principal

Blockchain : Bank Al-Maghrib se met au diapason

La blockchain est considérée comme l'innovation la plus disruptive de ces dernières années et sa portée va au-delà du secteur financier. Pour l'instant, l'essentiel des investissements est réalisé par l'industrie financière. Après le bashing du début, les banques centrales regardent avec intérêt cette technologie qui peut transformer bien des domaines. En marge du Africa Blockchain Summit organisé par Bank Al-Maghrib et Paris Europlace, la banque centrale vient d'annoncé un partenariat avec HPS pour l’inclusion financière.

Par J.R.Y, Publié le 25/11/2019 à 18:04, mis à jour le 06/01/2021 à 10:59          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media

Les banques centrales ne voient pas du tout d’un bon œil le bitcoin et plus globalement les cryptomonnaies. Elles trouvent dans ces monnaies virtuelles les signes d’une remise en cause de leur monopole sur l’émission de la monnaie. En revanche, elles se montrent très curieuses vis-à-vis de la technologie derrière ces cryptomonnaies : la blockchain. Bank Al Maghrib a organisé la semaine dernière la 2e édition du Africa Blockchain Summit. En marge du sommet, elle a développé en partenariat avec HPS un cas d’usage de la technologie blockchain pour l’inclusion financière.

 

Ce cas d’usage concerne la distribution ciblée des aides aux citoyens grâce à une chaîne distribuée entre les acteurs concernés. La solution permettrait aux consommateurs éligibles, préalablement identifiés par l’organisme de subvention, de bénéficier directement de leur subvention au moment de l’achat des produits concernés avec un règlement via une application de mobile paiement (M-Wallet) adossée à un compte bancaire ou de paiement. Ce schéma permettrait au client de bénéficier des prix subventionnés sans pour autant impacter la trésorerie du commerçant puisque la différence de prix est versée automatiquement par la banque de l’organisme de subvention à la banque du commerçant. Ce cas d’usage vise à proposer une solution innovante pour améliorer la dématérialisation des flux relatifs aux subventions étatiques et favoriser l’adoption du paiement mobile par la population cible.

 

La blockchain est considérée comme l’innovation la plus disruptive de ces dernières années et sa portée va au-delà du secteur financier. Pour l’instant, l’essentiel des investissements est réalisé par l’industrie financière. Cette technologie est révolutionnaire au point où les banques centrales réfléchissent à émettre des monnaies digitales. Selon une enquête de la BRI en 2018, 70 % des banques centrales interrogées sont à des stades plus ou moins avancés dans la création de monnaies digitales. Une révolution !

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...