Aller au contenu principal

Climat des affaires : Les patrons vident leur sac

Plus de la moitié des chefs d’entreprises ne sont pas satisfaits des services des institutions financières et ils sont nombreux à se plaindre du poids de la fiscalité. Ils dénoncent la multiplicité des redressements. C’est l’un des principaux enseignements de l’enquête du HCP sur le climat des affaires. La relation avec la banque fait partie des questions qui ont été posées aux dirigeants. Le premier obstacle à la demande de crédit est le taux d’intérêt disent les patrons devant les garanties. Par ailleurs, 1 entreprise sur 3 ne sollicite pas de crédit bancaire pour des raisons religieuses.

Par J.R.Y, Publié le 19/11/2019 à 15:57, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le gain de sept places du Maroc dans le Doing business 2020 pour se hisser à la 52e position a été diversement commenté. Mais, que pensent les chefs d’entreprises eux-mêmes du climat des affaires ? Ils ont répondu à plusieurs questions du HCP dans une récente enquête. L’échantillon est composé de 2 101 entreprises dont 769 proviennent de l’industrie, 371 de la construction, 294 du commerce et 667 des services marchands non financiers.

 

Les dirigeants ont répondu à plusieurs questions, dont celles relatives à l’accès au financement. Une entreprise sur cinq recourt au financement externe, principalement au crédit bancaire. Sans surprise, près de la moitié des grandes entreprises sollicitent les banques contre 18 % pour les TPME. Dans la population des TPME, les difficultés d’accès au financement constituent un obstacle sévère pour 40 % d’entre elles. Par ailleurs, 58 % des chefs d’entreprises disent être insatisfaits des services offerts par les institutions financières. Le taux d’insatisfaction s’élève à 63 % chez les dirigeants des TPE.

 

Chez les grands comptes, c’est un patron sur trois qui n’est pas satisfait. Parmi les principaux obstacles pour demander un crédit, les chefs d’entreprises évoquent en premier le taux d’intérêt. Pourtant, les taux ont beaucoup baissé ces dernières années. Les garanties viennent en deuxième position. Par ailleurs, une entreprise sur trois évite de recourir au crédit pour des raisons religieuses, relève le HCP. Depuis le discours royal, c’est la mobilisation générale au niveau des banques pour renforcer l’accompagnement (financier et non financier) des TPME et des porteurs de projets.

 

En plein processus d’approbation du projet de loi de finances, les chefs d’entreprises lancent un coup de gueule contre les contrôles fiscaux et la multiplicité des redressements. Dans l’ensemble, le système fiscal est jugé contraignant par 60 % des d’entreprises, un facteur de découragement de l’investissement par 95 % d’entre elles, source de méfiance vis-à-vis de l’administration fiscale par 88 % et favorisant le recours à des pratiques informelles par 69 %. Par ailleurs, le système fiscal est considéré complexe par plus de la moitié des entrepreneurs (51 %). Cette proportion est de 63 % pour les GE.

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...