Aller au contenu principal

Le déclin « choquant » de la presse écrite au Maroc

La baisse des ventes des journaux au Maroc est « choquante », a déclaré le mardi 12 novembre Mohamed Berrada, fondateur de la société d’édition et de distribution Sapress, lorsqu’il a pris la parole au forum célébrant le 60e anniversaire de l’agence Maghreb Arabe Presse (MAP).

Par Nora Jaafar, Publié le 13/11/2019 à 17:53, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Depuis l’« âge d’or » des journaux nationaux marocains dans les années 1980 et 1990, Berrada a constaté que le nombre d’exemplaires de journaux vendus par jour est passé de 500 000 à seulement 120 000 aujourd’hui, dans un pays qui compte plus de 35 millions habitants. Les médias indiquent que les lecteurs d’aujourd’hui cherchent des informations rapides et qu’ils sont plus attirés par les photos et les vidéos. Ces derniers sont aussi moins enclins à creuser pour comprendre l’historique des informations.

 

Berrada a également déploré la prolifération des organes d’information en ligne au Maroc, qui représentent actuellement 400 journaux électroniques. La croissance de l’information en ligne « éloigne le lecteur de la presse papier et, par conséquent, précipite son déclin », souligne-t-il. Pour lui, la presse traditionnelle du royaume suit un « modèle économique fragile » centré de manière malsaine sur la publicité. Notons que Berrada est une figure emblématique du journalisme marocain depuis les années 1970, qu’il a publié « Correspondance de la presse » et fondé Sapress. Il a également reçu le premier Grand Prix national de la presse du Maroc en 2003.

 

Par ailleurs, le journaliste a appelé les journaux à restructurer leurs entreprises afin d’avoir une « vision claire » de la manière dont ils doivent se moderniser. Les journaux nationaux ne font pas, selon lui, assez d’efforts pour maintenir à niveau leurs chiffres de distribution. Il s’est plaint en outre que ces statistiques ne correspondent pas aux progrès du développement du Maroc ni aux « ambitions » des éditeurs. Berrada a salué par la suite les journaux nationaux pour leur rôle « honorable » dans la défense des intérêts du pays malgré leurs financements limités.

 

Parallèlement aux défis de financement et de durabilité auxquels la presse marocaine est confrontée, l’organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF) a signalé les conditions difficiles des journalistes au Maroc. En effet, RSF a placé le royaume au 135e rang sur les 180 pays, dont la liberté de la presse a été évaluée en 2019. L’organisation dénonce en plus qu’un certain nombre de journalistes ont été victimes de « harcèlement judiciaire » et que le gouvernement a expulsé plusieurs journalistes étrangers.

Royaume-Uni : quelles sont les conditions pour s’y rendre depuis le Maroc ?

Alors que le monde continue de se déconfiner progressivement, de nombreuses personnes en profitent pour partir à l’étranger ou réserver des vacances, notamment au Royaume-Uni. Toutefois, ce pays est d...

Aïd Al-Adha : 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins identifiées

Dans le cadre des préparatifs de Aïd Al-Adha 1442, l’opération d’identification des bêtes se poursuit. En effet, la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationa...

Plus de 87% des eaux des plages marocaines conformes

Ce vendredi 18 juin, le département de l’Environnement du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a organisé une conférence de presse afin de présenter les résultats du rapport nationa...

Quel avenir pour la Radio au Maroc ? (avec Imad Kotbi)

Du jonglage au DJing en passant par la RNT, Imad nous fera voyager avec lui depuis ses débuts et sa formation, jusqu’à cette époque où la Radio évolue et ses méthodes aussi. Comment a-t-il débuté ? Qu...

Marhaba 2021 : quand le Maroc tend les bras à ses immigrés

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce jeudi un projet de décret instituant « une indemnité de tr...

Ahmed Réda Chami, président du CESE, invité de "Les Matins HEC"

Ce lundi 14 juin, Ahmed Réda Chami, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et membre de la Commission spéciale sur le nouveau modèle de développement (NMD), a été l’invité d...