Aller au contenu principal

FMI : les réformes pour une croissance plus forte

Les équipes du FMI ont bouclé il y a quelques jours leur deuxième mission de revue de la ligne de précaution et de liquidité obtenue en décembre 2018 (3 milliards de dollars). Les discussions avec les responsables marocains sont l’occasion pour le FMI d’analyser la situation macroéconomique et de suggérer des pistes de réformes au gouvernement pour une croissance robuste, pérenne et inclusive. L’Éducation, l’environnement des affaires et le marché du travail sont parmi les réformes prioritaires pour dynamiser la croissance.

Par J.R.Y, Publié le 11/11/2019 à 12:18, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

En décembre dernier, le Maroc a obtenu une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL) d’un montant de 3 milliards de dollars. En cas de chocs extérieurs, sur le cours des matières premières, notamment le pétrole par exemple, le royaume pourra mobiliser ses devises pour préserver les réserves de change. Le Maroc a souscrit à cet instrument du FMI pour la première fois en 2012, mais n’a jamais été amené à s’en servir.

 

Depuis l’obtention de la LPL, les missions du FMI au Maroc s’enchaînent. Rien que pour la ligne de précaution et de liquidité, les équipes du fonds procèdent à deux évaluations par an. La deuxième s’est déroulée entre fin octobre et début novembre. Les discussions avec les responsables marocains sont l’occasion pour le FMI d’analyser la situation macroéconomique et de suggérer des pistes de réformes pour une croissance robuste, pérenne et inclusive. Pour 2019, l’institution table sur une hausse de 2,8 % du PIB. La volatilité des performances de la campagne céréalière continue de peser sur l’activité.

 

Les réformes prioritaires

Pour le FMI, il y a des sujets prioritaires sur lesquels il faut agir pour redresser la croissance de façon durable. Le premier est l’Éducation. Il existe des gisements d’améliorations considérables dans ce secteur. Il a englouti énormément de ressources budgétaires pour des résultats peu probants. Pour 2020, l’Éducation reste en tête des ministères budgétivores avec une enveloppe de 72 milliards de DH. L’accélération de la réforme est donc urgente. Elle doit aussi s’accompagner d’une modernisation de la réglementation du marché du travail pour qu’elle soit plus efficace.

 

Un autre chantier majeur est l’amélioration du climat des affaires. Autant le Maroc progresse dans le classement Doing Business de la Banque mondiale, autant les difficultés des entreprises sur de nombreux points s’exacerbent. L’accès au crédit pour les petites et moyennes entreprises, la concurrence… sont des sujets qui doivent être mieux adressés.

 

Au niveau du budget, les équipes du fonds relèvent des améliorations et notamment une volonté sur la partie dépense de contenir la hausse de la masse salariale. Mais, à 11 % du PIB, elle reste élevée. « Il existe d’importants gisements de gains d’efficacité dans la fonction publique, notamment dans la manière dont elle est gérée. À notre avis, il est possible de faire évoluer la gestion de carrière en basant la rémunération davantage sur le mérite que sur l’ancienneté. Il ne s’agit pas seulement de serrer la vis ou de limiter les augmentations, c’est aussi une question de réforme structurelle de la fonction publique pour améliorer la qualité et l’efficacité », a estimé dans une interview à L’Économiste, Nicolas Blancher, chef de mission pour le Maroc au FMI.

Vacances d'été : l'ONCF annonce une nouvelle offre

Après le lancement de l’offre "Ahlan" destinée aux Marocains du monde et le renforcement des dessertes de Tanger et de l’aéroport Mohammed V, l’Office national des chemins de fer (ONCF) lance un plan ...

La 6e édition du Digital Brunch se consacre au Gaming, E-sports & Marketing

Le marché du Gaming connait une croissance indéfinie et il est important que les spécialistes du marketing digital comprennent comment ils vont participer à ce secteur et comment ils vont lui allouer ...

Paiements sans contact : une augmentation de 700%

Le cabinet d’intelligence économique et de conseil Oxford Business Group (OBG) a réalisé une enquête sur la transformation digitale que connaissent les services financiers au Maroc. Réalisé en partena...

Industrie : les entreprises anticipent une hausse

Dans une récente note de conjoncture, le Haut-Commissariat au plan (HCP) présente les principales appréciations des chefs d’entreprises opérant dans les secteurs des industries manufacturières, de l’e...

Qu’est-ce que le “Flash crash” ?

Le marché financier américain a connu son premier "Flash crash" le 6 mai 2010. Cet effondrement boursier éclair était sans précédent. En effet, c’était une chute brutale, mais très brève, des cours de...

BAM : ce qu’il faut retenir du point de presse de Jouahri

Abdellatif Jouahri, wali de la banque centrale, a tenu ce mardi 22 juin 2021 une conférence de pres...