Aller au contenu principal

Provinces du Sud : Sur les sentiers de la croissance

Une place importante a été réservée aux régions du sud dans le dernier discours royal (6 novembre). Ces régions sont les championnes de la croissance, mais leurs performances s’expliquent par l’effet de rattrapage. Dakhla-Oued ed Dahab, Guelmim-Oued Noun et Laâyoune-Saguia al Hamra cumulent à peine 4 % du PIB global. La dynamique dans ces territoires devrait se renforcer avec les projets d’investissements qui y sont programmés. Sur la période 2016-2021, l’État va y investir 80 milliards de DH.

Par J.R.Y, Publié le 08/11/2019 à 16:26, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les régions du sud sont les champions de la croissance. Selon les dernières statistiques sur les performances régionales (2017), la croissance du produit intérieur brut était de 10,3 % à Dakhla-Oued ed Dahab, 9,1 % à Guelmim-Oued Noun et 7,4 % à Laâyoune-Saguia al Hamra. Cette année-là, l’économie marocaine avait progressé de 4,2 %. En même temps, ce sont des régions dans lesquelles le chômage est parmi les plus élevés avec une moyenne de 15,5 % à fin septembre contre un taux national de 9,4 %. Les provinces du Sud sont en rattrapage, ce qui explique le rythme de croissance. Le PIB de ces trois régions réunies est inférieur à 50 milliards de DH, à peine 4 % du PIB global.

 

Une stratégie de développement pour rattraper le retard et ancrer une porte vers l’Afrique

La dynamique dans ces territoires va se renforcer avec les projets d’investissements qui y sont programmés. Sur la période 2016-2021, l’État va y investir 80 milliards de DH. La stratégie de développement de ces régions va contribuer à mieux valoriser ces territoires et attirer davantage d’investisseurs. Les entreprises vont y trouver des opportunités pour se développer. De quoi stimuler les créations d’emplois dans la région. Dakhla-Oued ed Dahab, Guelmim-Oued Noun et Laâyoune-Saguia al Hamra verraient aussi leur contribution à la croissance nationale se renforcer. Leurs positions géographiques font d’elles des passerelles naturelles vers l’Afrique subsaharienne à un moment où le Maroc déploie une stratégie ambitieuse sur le continent. 

 

Parmi les projets phares du programme d’investissement, il y a le développement des unités industrielles de Phosboucraâ à Laâyoune pour un coût total de 17 milliards de DH. La construction d’une voie express entre Tiznit et Dakhla et la construction d’un port à Dakhla. Ces projets nécessiteront un investissement de 18,7 milliards de DH. Dans le secteur de la santé, un centre hospitalier et universitaire sera construit à Laâyoune et un hôpital régional à Guelmim pour un montant global de près de 2 milliards de DH. Les constructions du port de Dakhla et du CHU de Laâyoune démarreront en 2020.

Justice : une lourde sentence contre la Samir

Ce jeudi 17 juin, la Cour d’appel a confirmé une sentence rendue trois ans plus tôt par le tribunal de première instance de Mohammedia contre la Samir. Cette entreprise est accusée, entre autres, d’in...

Banque mondiale : 450 millions de dollars pour soutenir l'inclusion financière au Maroc

Dans son édition de ce lundi 21 juin, le journal Aujourd’hui le Maroc rapporte que la Banque mondiale (BM) a approuvé un prêt de 450 millions de dollars au profit du Maroc. Ce soutien financier vise à...

De grandes ambitions pour le Gazoduc Maroc-Nigéria

Mardi dernier, Yusuf Usman, directeur général de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) a annoncé que le gouvernement fédéral nigérian s’apprête à construire le gazoduc reliant le Nigeria a...

Ce qu’il faut retenir de l’African Lion 2021

L’African Lion 2021 touche à sa fin. La 17e édition de cet exercice combiné maroco-américain a tenu...

Tourisme : la détresse des transporteurs touristiques

Alors que le Maroc ouvre petit à petit ses frontières pour accueillir (sous conditions) les Marocai...

Marhaba 2021 : la CNT se mobilise

Dès le lundi 14 juin, la Confédération nationale du Tourisme (CNT) s’est réunie afin de mettre en place la politique d’accueil destinée aux Marocains résidents à l’étranger (MRE), en visite au Maroc a...