Aller au contenu principal

Les chiffres alarmants du marché du travail marocain

Le haut-commissariat au plan (HCP) a publié une note d’information sur la situation du marché du travail au Maroc. 143.000 créations nettes d’emplois ont été enregistrées durant ce troisième trimestre de l’année 2019, contre 201 000 à la même période de l’année dernière. Le taux de chômage a connu une légère augmentation, passant de 9,3 % en novembre 2018 à 9,4 % en novembre 2019. Le bilan global du chômage au Maroc est estimé à 1 114 000 personnes soit une hausse de 26 000 personnes par rapport à novembre 2018.

Par Mohamed L., Publié le 08/11/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

L’économie nationale a créé 143 000 postes d’emploi au 3e trimestre de 2019 contre 201 000 postes durant la même période en 2018. Ce bilan résulte d’une création de 262 000 emplois en milieu urbain et d’une perte de 119 000 en milieu rural. Le journal Les Inspirations éco rapporte que le taux de chômage est passé de 1 088 000 à 1 114 000 personnes entre le troisième trimestre de 2018 et la même période en 2019, soit une hausse de 26 000 personnes (23 000 en milieu rural et 3 000 en milieu urbain).

 

Les jeunes âgés de 15 à 24 ans sont les plus touchés par ce phénomène (26,7 %), souligne l’Économiste ce vendredi 8 novembre. Plus de la moitié des chômeurs (55,3 %) sont à la recherche de leur premier emploi et plus du quart se sont retrouvés dans cette situation suite au licenciement ou à l’arrêt de l’activité de l’employeur.

 

Cinq régions abritent 71,9 % de l’ensemble des actifs âgés de 15 ans et plus. La région de Casablanca-Settat vient en première position avec 23 % d’actifs, suivie de celles de Marrakech-Safi (13,4 %), de Rabat-Salé-Kénitra (13,3 %), de Fès-Meknès (11,6 %) et de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma (10,6 %). Pour sa part, l’emploi non rémunéré, constitué d’environ 97 % d’aides familiales, a régressé de 95 000 postes, conséquence d’une perte de 113 000 en zones rurales et d’une création de 18 000 emplois en zones urbaines.

 

L’agriculture en chute libre

Si les secteurs des services et du Bâtiment et des travaux publics (BTP) ont créé respectivement 336 000 et 37 000 postes. Le secteur agricole est en forte baisse en termes de création d’emplois. Il a enregistré une perte globale de 204 000 postes entre le 3e trimestre de 2018 et celui de 2019. Ces pertes touchent essentiellement le milieu rural (202 000 emplois en moins), contre 2 000 postes en milieu urbain, souligne l’Économiste. Même constat pour le secteur industriel où 26 000 postes ont été perdus : 9 000 en milieu urbain et 17 000 en milieu rural. Cela correspond à une baisse de 2 % du volume de l’emploi dans ce secteur rapporte la même source qui cite la note d’information du Haut-Commissariat au Plan.


  • Partagez

L’industrie tourne à 56% de ses capacités

L’activité se redresse dans les usines avec la réouverture progressive de l’économie. Cependant, el...

Tourisme : grand engouement pour les villes de Dakhla et Agadir

Alors que la compagnie aérienne Royal Air Maroc vit une crise étouffante, la demande touristique su...

L’AMIC nomme son nouveau Conseil d’administration

À l’issue de son Assemblée générale qui s’est tenue ce mardi 30 juin 2020, l’Association marocaine ...

Dépenses publiques : El Otmani serre la vis

Le Chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a envoyé une circulaire aux ministres, aux ministres ...

Le CMC fait le point sur la crise et l’après-covid

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) vient de publier son 51e rapport annuel. Intitulé "2020 – 2...

Le crédit bancaire dopé par les demandes d’aides

Les statistiques monétaires à fin mai révèlent une hausse de 6,5% du crédit bancaire à 926 milliard...