Aller au contenu principal

Emmanuel Macron : l’OTAN est en état de « mort cérébrale »

Le président français a déclaré le jeudi 7 novembre que l’OTAN était en train de mourir, soulignant le manque de coordination et l’imprévisibilité de l’administration Trump. Les États-Unis, l’Allemagne et la Russie se sont empressés de réagir après la déclaration d’Emmanuel Macron. Et alors que la chancelière allemande dénonce les propos « intempestifs » de Macron, Moscou les qualifie de « paroles en or ».

Par Nora Jaafar, Publié le 08/11/2019 à 11:27, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire britannique The Economist, Emmanuel Macron a exprimé des doutes quant à la maxime de sécurité de l’OTAN, dirigée par les États-Unis, selon laquelle une attaque contre un allié est une attaque contre toute l’organisation. « Ce que nous vivons actuellement, c’est la mort cérébrale de l’OTAN », a-t-il déclaré. Il a souligné le manque de coordination stratégique entre les alliés européens, d’une part, et les États-Unis et la Turquie, qui sont les deuxièmes plus grands alliés militaires de l’OTAN, d’autre part, rapporte le New York Times.

 

Alors que la France a traditionnellement joué un rôle ambivalent au sein de l’OTAN, ne participant pas à sa planification militaire stratégique de 1966 à 2009, tout en étant membre fondateur, les commentaires de Macron, un mois avant le sommet de l’organisation, qui aura lieu le 4 décembre à Londres, étaient imprévus. En effet, selon Le Figaro, la chancelière allemande, Angela Merkel, a rapidement réagi aux propos du dirigeant. « Je ne pense pas qu’un tel jugement intempestif soit nécessaire, même si nous avons des problèmes, même si nous devons nous ressaisir », a-t-elle déclaré, affirmant qu’elle n’approuve pas les « termes radicaux » du président français. « Ce n’est pas ainsi que je vois l’état de la coopération à l’OTAN », a-t-elle ajouté lors d’une conférence de presse à Berlin aux côtés du Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Ce denier a pour sa part indiqué à l’agence de presse Reuters que l’Alliance, qui a été créée en 1949, avait surmonté des divergences dans le passé, citant la crise de Suez de 1956 et la guerre d’Irak en 2003.

 

Selon le New York, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, en visite officielle à Leipzig, en Allemagne, pour le 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin, a déclaré que cette alliance était « historiquement l’un des partenariats stratégiques les plus importants » du monde. Il en a profité pour rappeler l’exigence de Donald Trump (qui avait lui-même qualifié l’OTAN d’organisation « obsolète » en janvier 2017) aux pays membres de l’Alliance de mieux « partager le fardeau » de son financement, ajoute Le Figaro.

 

Alors que l’Allemagne, l’OTAN et les États-Unis condamnent les propos de Macron, Moscou a quant à elle salué l’honnêteté du président français. « Des paroles en or. Sincères et qui reflètent l’essentiel. Une définition précise de l’état actuel de l’OTAN », souligne la porte-parole de la diplomatie de Vladimir Poutine, Maria Zakharova, sur sa page Facebook, rapporte LeParisien

 

Par ailleurs, en juillet dernier, lors du sommet de Bruxelles, Trump avait évoqué la crise dont souffrait l’OTAN, ternissant ainsi la réputation de l’organisation. Puis l’image d’unité de l’organisation a pris un coup lorsque la Turquie a défié ses alliés pour lancer une opération militaire en Syrie le 9 octobre dernier. Macron avait dénoncé par la suite l’incapacité de l’Alliance à réagir à ce qu’il a qualifié d’« offensive folle » d’Ankara et avait déclaré qu’il était temps que l’Europe cesse d’agir comme un allié junior lorsqu’il s’agissait du Moyen-Orient.

 

Dans son interview, il a également déclaré que les États-Unis ont « tourné leur dos » à l’OTAN, comme en témoigne le retrait brusque des troupes américaines du nord-est de la Syrie ordonné par l’administration Trump. Une décision que le président des USA a prise sans consulter ses Alliés, déplore Macron.

Liban : le nouveau Premier ministre vise à former au plus vite un gouvernement

Le Premier ministre libanais désigné, Najib Mikati, a déclaré ce mercredi 28 juillet qu’il espère former rapidement un gouvernement après avoir obtenu l’approbation du président Michel Aoun pour la pl...

La guerre dans l'espace a-t-elle déjà commencé ?

En 2020, quelques semaines après l’annonce par l’ancien président américain Donald Trump de la création d’une Space Force, deux satellites russes auraient pris en chasse un satellite-espion américain....

FMI : l’accès inégal aux vaccins creuse les inégalités économiques

Ce mardi 27 juillet, le Fonds monétaire international (FMI) a publié ses prévisions économiques mondiales actualisées. Dans ce rapport, l’institution internationale, qui maintient sa prévision de croi...

Démarrage du plus grand procès pénal de l’histoire moderne du Vatican

Un cardinal catholique romain, autrefois proche allié du pape François, va être jugé au Vatican, pour avoir détourné des fonds de l’Église dans un projet immobilier ruineux à Londres. Le cardinal en q...

Biden met fin à la mission de combat des troupes américaines en Irak

Ce lundi 26 juillet, le président américain Joe Biden et le Premier ministre irakien Moustafa al Kadhimi ont signé un accord mettant formellement fin à la mission de combat de l’armée américaine en Ir...

Les projets transhumanistes financés par des milliardaires

Plusieurs idées révolutionneront le monde de demain : aller sur Mars, ne plus vieillir, survivre aux maladies, guérir d’un handicap ou conserver son esprit à tout jamais... Ces idées sont souvent port...