Aller au contenu principal

PLF2020 : Le rachat des CHU dans la ligne de mire

Le ministre marocain de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, a annoncé le 5 novembre lors d’une conférence de presse, que la Caisse de retraite marocaine (CMR) va acheter cinq centres hospitaliers universitaires (CHU). Cette démarche s’inscrit dans le cadre de l’adoption d’une série de mécanismes innovants introduits par le projet de loi de finances 2020. L’opération générera 4,5 milliards de dirhams, qui seront reversés dans le budget des dépenses de l’État.

Par Nora Jaafar, Publié le 07/11/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Lors de la conférence de presse du mardi 5 novembre, Benchaâboun a souligné que ces mécanismes sont nécessaires pour financer 15 % des investissements du budget général de l’État comme le prévoit le PLF 2020. Selon TelQuel cette opération est une forme de leaseback à travers laquelle l’État vend les CHU et continue à les exploiter moyennant un loyer. 

 

Pour le ministre, les objectifs de cette démarche sont de permettre à l’État de réaliser des investissements tout en évitant d’alourdir son budget ainsi que de donner l’opportunité au privé et aux institutionnels de placer leur argent avec un revenu récurrent, indique la même source. « Lorsque l’on fait les arbitrages sur les priorités et que l’on dit, par exemple, que l’on va mettre plus d’argent dans les secteurs sociaux, à la fin il reste quelque chose pour l’investissement. Si on veut que l’enveloppe de l’investissement soit plus importante, il faut trouver de nouveaux mécanismes de financement », a expliqué Benchaâboun. Il ajoute que « l’État ne doit pas laisser filer le déficit » et qu’il est difficile de « réduire l’enveloppe des investissements ».

 

Le ministre compte, dans un avenir proche, laisser une tierce partie construire un CHU, afin que « l’État, au lieu de faire porter l’investissement, l’exploitera une fois la construction terminée ». Pour ce genre de projet, poursuit Benchaâboun, les partenaires potentiels de l’État seront « tous ceux qui ont besoin d’investir à long terme, que ce soient des entreprises privées ou des institutionnels. Il peut aussi s’agir d’entreprises publiques comme la CDG ou OCP ».

 

Par ailleurs, pour Leboursier, Benchaâboun risque d’être confronté à un dilemme inextricable : veiller aux intérêts de la CMR ou de l’État ? Le site économique explique que le mécanisme du ministre "pose d’emblée la question du conflit d’intérêts, car pour investir hors côte et bons du Trésor, la CMR a besoin d’une dérogation de la part du département des finances — plus précisément de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACPAS) — qui est lui-même contrepartie dans cette opération". Le média rajoute que "cela remet directement en question l’indépendance des décisions de gestion des caisses de retraite vis-à-vis de l’État et cela vaut d’autant plus pour la CMR qui est censée assurer elle-même la gestion des placements des réserves". En effet, toujours selon la même source, cette opération risque d’éloigner le gouvernement d’une certaine orthodoxie souhaitée dans la gestion des finances de l’État, qui a longtemps défendu l’inclusion du privé, qui pour sa part se plaint de la rareté des opportunités d’investissements avec des rendements intéressants.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...