Aller au contenu principal

3e édition des Digital Brunch le 5 novembre 2019

Aujourd’hui, tout annonceur, éditeur ou agence média, a déjà entendu parler de la programmatique, ce procédé automatisé d’achat et de vente d’espaces publicitaires en ligne. Toutefois, au Maroc, il subsiste encore chez ces acteurs une hésitation à investir dans cette technologie, qui paraît à la fois obscure et techniquement complexe.

Par H.L.B, Publié le 30/10/2019, mis à jour le 30/12/2019
Teaser Media

Pourtant, à travers le monde, la part des budgets média digitaux attribuée à la publicité programmatique ne cesse de croitre, et devrait atteindre 65 % en 2019 (source : https://www.zenithmedia.com/65-of-digital-media-to-be-programmatic-in-2019/). L’avenir de la programmatique est donc prometteur, et toutes les parties prenantes de la chaîne de valeur du marché publicitaire digital marocain doivent prendre conscience que ce virage sera inévitable, à court ou moyen terme.



Du côté éditeur, quelques pure-players, pour qui la publicité programmatique est rapidement devenue incontournable, se sont déjà lancés dans l’aventure. Ainsi, pour Avito et Jumia par exemple, cette technologie revêt une double fonction. Marketing, d’abord, car elle vient consolider le dispositif Google-Facebook existant, dans leurs stratégies d’acquisition et de rétention client. Commercial, ensuite, car elle complète efficacement la vente directe, participant ainsi à l’optimisation de la monétisation de leurs inventaires publicitaires. « En tant que site d’annonces, la programmatique représente un élément principal à deux niveaux. D’un point de vue marketing, la programmatique est utilisée pour des problématiques d’acquisition et de rétention d’utilisateurs, en tant que pure player du web, la programmatique est extrêmement précieuse pour ramener de nouveaux utilisateurs et pour garder ceux qui sont déjà sur notre plateforme. D’un point de vue monétisation, la programmatique nous permet de monétiser notre inventaire publicitaire en complémentarité au pôle intelligence avec des campagnes directes ou prémiums », précise Badr Bouslikhane, Sales Director chez Avito. 



Du côté annonceur et agence, quelques grands noms n’ont pas attendu pour adhérer à cette technologie, dans le but d’optimiser leurs achats média digitaux. Particulièrement efficace dans le cadre de stratégies orientées direct-to-consumer, la publicité programmatique vient ainsi offrir à L’Oréal et MindShare par exemple, des possibilités de ciblage inédites, maximisant ainsi le retour sur investissement et la pertinence de leurs campagnes publicitaires digitales, « la pratique de la publicité digitale est importante parce qu’elle nous permet d’avoir des retours sur investissement qui sont importants et pertinents pour nos campagnes », nous a fait savoir Yassine Bakkari, Directeur Général à l’Oréal.



L’adoption de la publicité programmatique par le marché marocain est donc bien en cours, même si le chemin à parcourir reste encore long et semé d’embuches. « La publicité programmatique est assez timide aujourd’hui au Maroc, de par les annonceurs locaux qui ne sont pas encore mis à la programmatique, et aussi les annonceurs internationaux qui ne ciblent pas nécessairement notre audience. D’un certain côté aussi, les sites prémiums ne se sont pas encore mis à la programmatique, donc l’offre n’est pas assez large en termes d’opportunité d’investissement », déclare Larbi Alaoui, CEO de Jumia. Il faudra en effet nécessairement passer par une longue phase d’éducation avant que la totalité des annonceurs locaux n’entame cette transition. Nous assisterons également, et très probablement, à une forme de résistance de la part des régies, car, lorsqu’on aborde le sujet de la publicité programmatique, une forme de désintermédiation du marché de la publicité en ligne s’impose. L’avenir de la publicité programmatique reste très prometteur selon Larbi Alaoui « aujourd’hui tous les annonceurs qui se sont mis à la programmatique ont vu clairement la valeur ajoutée en termes de gain de temps ou d’amélioration de performances ».

 

La législation entrera également en jeu, venant renforcer les obligations des différents acteurs en matière de protection des données personnelles : RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) en Europe, CCPA (California Consumer Privacy Act) en Californie ou encore du LGPDP (Lei Geral de Proteção de Dados Pessoais) au Brésil, en sont quelques exemples. Alors, qu’en est-il pour le Maroc ? La législation marocaine a également fait preuve d’avancement avec la Loi n° 09-08 relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel.

 

L’avenir de la publicité digitale résidera-t-il dans la publicité programmatique ? Pour le découvrir et embarquer dès à présent dans la transformation digitale en cours, Médiamatic, agence média digitale spécialisée dans le conseil et stratégie en achat média, organise la troisième édition des Digital Brunch le mardi 05 novembre, qui réunira près de 150 professionnels du marketing et de la communication.

 

« L’achat programmatique représente l’avenir de la publicité digitale, parce qu’il permet de répondre efficacement à deux objectifs majeurs : La pertinence (bonne publicité diffusée au bon moment et à la bonne personne, grâce à la Data) et l’optimisation des coûts », Gilles Sindila — CEO Mediamatic.

 

Cette édition sera animée par Michel Juvillier, fondateur de l’émission B2B « The Programmatic Society ». Il discutera auprès d’Eric Schnubel, Directeur Général de l’Iab France — Interactive Advertising Bureau —, d’Hélène Chartier, Directrice Générale du SRI — Syndicat des Régies Internet — et de Badr Bouslikhane, Sales Director chez Avito, des enjeux et des bonnes pratiques du secteur de la publicité programmatique.

 

Deux side events auront également lieu dans l’après-midi, regroupant les acteurs majeurs du secteur pour étudier d’une manière plus approfondie les dernières opportunités pour l’utilisation de la programmatique.

 

Imaginés par le Groupe TheNext.Click, les Digital Brunch sont devenus les rendez-vous incontournables des professionnels du marketing et de la communication qui « ont pour but de partager, d’échanger et de construire les stratégies de demain », souligne Hassan Rouissi, co-fondateur du groupe TheNext.Click.

 

À travers cette initiative, le groupe ambitionne de mettre à la portée des professionnels du métier, les dernières tendances digitales du marché marocain.


  • Partagez

Licenciement économique : parfois nécessaire, gare aux abus

Malgré le dispositif de soutien public, des milliers d’entreprises ne résisteront pas à la crise et...

La BEI signe un accord de 200 millions d’euros pour soutenir l’agriculture marocaine

Ce mercredi 16 septembre, la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque marocaine Crédit Agricole du Maroc (CAM) ont signé un accord de 200 millions d’euros pour soutenir les entreprises ma...

OCDE : une récession moins forte mais inédite en temps de paix

L’OCDE table désormais sur une récession de l’économie mondiale de 4,5% contre 6% anticipée en juin...

Rebooster le Tourisme : le Maroc multiplie ses rencontres à l’étranger

Nadia Fettah Alaoui, ministre du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie soc...

Conjoncture : des impayés plus importants en 2021 ?

Il n’y a pas mieux que les banques pour livrer une analyse fine de la situation individuelle des en...

Conseil d’administration de la CGEM : le PLF à l’ordre du jour

Dans un contexte sanitaire de plus en plus tendu, engendrant une crise économique sans précédent, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) prévoit de tenir son conseil d’administratio...