Aller au contenu principal

Inondations massives en République centrafricaine

Les inondations de la République centrafricaine ont détruit les maisons d’au moins 28 000 personnes, a déclaré mardi la Croix-Rouge du pays. Le gouvernement a qualifié cette tragédie de « grande catastrophe naturelle ».

Par Nora Jaafar, Publié le 29/10/2019 à 13:02, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Des pluies torrentielles ont frappé le pays pendant plusieurs jours, provoquant le débordement de la rivière Oubangui et de ses affluents. « Le dernier bilan révèle que 28 000 personnes sont sans abri » dans l’ancienne colonie française, a indiqué le président de la Croix-Rouge centrafricaine, Antoine Mbao-bogo, à l’AFP, ajoutant que des quartiers entiers ont été « submergés ».

 

Dans la capitale Bangui, qui compte environ un million d’habitants, les maisons en terre se sont complètement dissoutes lors des inondations. « Aujourd’hui, notre pays, et pas seulement la ville de Bangui, est confronté à une énorme catastrophe naturelle », a souligné le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui, dans un discours télévisé lundi soir. « La rivière Oubangui a débordé et ses ruisseaux ne peuvent plus y affluer, provoquant un phénomène de débordement massif ».

 

Le principal fleuve du pays déborde environ une fois chaque décennie, mais Mbao-bogo a déclaré que les inondations actuelles sont les pires. « Ajoutez à cela la grande pauvreté de nos compatriotes », a-t-il ajouté. En effet, la République centrafricaine, qui compte près de 4,7 millions d’habitants et qui est confrontée à la violence des groupes armés malgré un pacte de paix signé cette année, est l’un des pays les plus pauvres du monde. Avec plus des deux tiers du pays contrôlé par des milices qui se battent entre elles ou contre le gouvernement, environ un quart de la population a dû déserter ses foyers.

 

Par ailleurs, Kazagui a déclaré que les habitants de Bangui vivant sur les rives de l’Oubangui avaient été particulièrement touchés. « L’eau potable est rare. Il y a des problèmes avec les installations sanitaires, les moustiques, le froid et le risque d’épidémies telles que le choléra », a-t-il déploré. Et d’ajouter : « Nous ne disposons pas de l’infrastructure nécessaire pour abriter les gens, mais nous nous attendons à ce que les ONG fournissent des tentes et des refuges ».

Covid-19 : le Maroc déterminé à accélérer sa campagne de vaccination

Le ministère de la Santé annonce ce lundi 26 juillet que la vaccination contre la Covid-19 peut désormais se faire dans n’importe quel centre de vaccination au Maroc et sans rendez-vous. Ainsi, toute ...

Le calendrier des vacances scolaires 2021-2022

Les parents peuvent d’ores et déjà consulter les dates des vacances scolaires des élèves de la maternelle au lycée, pour la rentrée 2021-2022. En effet, le ministère de l’Éducation nationale, de la Fo...

Covid-19 : accélérer la vaccination pour limiter les dégâts

Le ministre de la Santé mise sur l’accélération de la campagne nationale de vaccination pour faire ...

Les festivités de la fête du Trône reportées en raison de la Covid-19

Dans un communiqué de presse publié ce week-end, le ministère de la Maison royale, du Protocole et de la Chancellerie a annoncé le report des festivités de la fête du Trône. Le ministère «prend en con...

Israël-Maroc : les premiers vols commerciaux directs ont atterri à Marrakech

Ce dimanche 25 juillet, les compagnies aériennes israéliennes Israir et El Al ont lancé leurs premiers vols directs vers Marrakech en provenance de Tel-Aviv. L’aéronef de la compagnie Israir, qui t...

22e anniversaire de la mort de feu le roi Hassan II

Ce vendredi 23 juillet marque le 22e anniversaire de la mort de feu roi Hassan II. Bien que ce jour soit commémoré avec une grande tristesse, il a aussi été porteur d’espoir pour un nouveau départ ave...