Aller au contenu principal

La souffrance des ménages marocains

Les impayés des ménages marocains ont augmenté de 3,3 milliards de dirhams depuis le début de cette année. Un tiers des familles indiquent qu’elles s’endettent ou puisent dans leurs épargnes pour boucler les fins de mois. Décryptage.

Par Mohamed Laabi, Publié le 18/10/2019 à 15:49, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les créances des ménages marocains ont augmenté de 3,3 milliards de dirhams en huit mois pour atteindre 28 milliards de dirhams, rapporte l’Économiste qui cite le Haut-commissariat au plan (HCP), ce vendredi 18 octobre 2019.

 

Selon le HCP, 44 % des ménages déclarent une détérioration de leur pouvoir d’achat au cours des 12 derniers mois. Moins d’un tiers enregistrent un maintien de la situation et seulement 23,6 % perçoivent une amélioration. La dégradation du niveau de vie devrait se poursuivre sur les 12 prochains mois pour 26,7 % des ménages. Alors qu’une majorité s’attend à la stagnation de la situation, tandis qu’un peu plus du quart anticipe une amélioration.

 

61,5 % des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses. Alors que plus du 1/3 déclare s’endetter ou puiser dans leurs épargnes. Cependant, une infime minorité (4,5 %) affirme faire des économies. Les dernières augmentations des salaires (SMIG et traitements des fonctionnaires) ont apporté un faible changement de la situation financière des ménages, explique L’Économiste.

 

Les projets personnels, première raison d’endettement

 

La dette des ménages a atteint 360 milliards fin août 2019, contre 90 milliards en 2005, rapporte la Vie éco qui cite des donnés de Bank Al Maghrib et de l’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF). Le quotidien affirme que les Marocains s’endettent de plus en plus et remboursent de moins en moins. Les ménages s’endettent essentiellement pour financer des projets personnels à hauteur de (65 %), pour acquérir une voiture (24 %) et pour l’achat d’équipements domestiques (11 %).

 

Sur les trois dernières années, la dette des Marocains ne cesse d’augmenter : (+4,2 %) en 2016, (+4,4 %) en 2017 et (+6,1 %) en 2018. Selon Bank Al Maghrib, ce ratio est situé au même niveau que des pays comme le Brésil, la Croatie, l’Arménie où la Géorgie.

 

En ce qui concerne les crédits immobiliers, les fonctionnaires et les salariés sont les principaux bénéficiaires (81 %), contre (13 %) pour les artisans et commerçants, (4 %) pour les professions libérales et (2 %) entre les agriculteurs et les retraités.

AIVAM : 107.383 ventes de voitures neuves à fin juillet

L’Association des importateurs de véhicules automobiles au Maroc (AIVAM) vient de publier ses statistiques mensuelles. Ces derniers ont révélé que durant les sept premiers mois de cette année, les ven...

Croissance économique : les prévisions du FMI pour le Maroc et le monde

Selon le dernier rapport de Perspectives de l’économie mondiale (PEM) du Fonds monétaire internatio...

Marché du travail : légère hausse du taux de chômage au Maroc

Dans sa récente note portant sur la situation du marché du travail au deuxième trimestre 2021, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a révélé que le taux de chômage a connu une légère hausse pendant cett...

BAM table sur le rebond de l'économie

Plus d’un an après que la pandémie de la Covid-19 a plongé le monde dans une crise sanitaire, socia...

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...