Aller au contenu principal

La « déprime » des ménages fait peser des risques sur la croissance

La confiance des ménages a pris un coup depuis plusieurs mois. Après avoir atteint un sommet au 2e trimestre 2018, l’indice a entamé un mouvement déclinant qui l’a ramenée à 74,9 points entre avril et juin 2019. C’est une chute de 12,4 points sur un an. Tous les indicateurs qui synthétisent la confiance des ménages sont en berne et ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’économie.

Par J.R.Y, Publié le 17/07/2019 à 17:12, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

En l’espace d’un an, l’indice de confiance des ménages a chuté de 12,4 points à 74,9 points au deuxième trimestre. C’est un revirement spectaculaire puisque l’indice avait atteint son plus haut point en 2018. La tendance décroissante (depuis quatre trimestres) n’est pas une bonne nouvelle pour l’économie. La consommation des ménages reste le principal moteur de la croissance en l’absence des autres moteurs notamment l’investissement des entreprises.

 

D’où vient la sinistrose ?

Tous les indicateurs qui synthétisent la confiance des ménages sont en berne. Le contexte de croissance faible et les difficultés des entreprises finissent pas contaminer les ménages. La crainte du chômage demeure élevée chez les marocains. 8 personnes sondées sur 10 anticipent une hausse du chômage dans les prochains mois. La croissance du PIB s’est limitée en moyenne à 4 % sur les dix dernières années. Ce rythme est insuffisant pour résorber le chômage, surtout de jeunes qui atteint un niveau alarmant. Dans son dernier rapport sur le Maroc, le FMI a de nouveau insisté sur la nécessité d’accélérer les réformes de l’Éducation et du marché du travail. Plus de flexibilité au niveau de la réglementation du marché du travail permettrait d’agir plus efficacement sur le taux de chômage.

 

Au passage, les experts du FMI recommandent une meilleure synchronisation des réformes pour dynamiser la croissance. Les personnes sans emploi représentent une charge non négligeable pour leur famille, sachant que dans beaucoup de cas, ceux qui ont un job n’ont pas forcément une bonne situation. 8 employés sur 10 ont des revenus faibles et ne disposent d’aucune couverture sociale ni retraite. Aujourd’hui, près de la moitié des marocains estiment que leur niveau de vie s’est dégradé et 2 sur 3  ne sont pas très optimistes sur leur situation future. Pour beaucoup de ménages, la durée de vie du salaire s’est énormément raccourcie. Il faut beaucoup de gymnastique pour boucler les fins de mois. 1/3 des ménages est obligé de puiser dans son épargne ou bien d’emprunter pour finir le mois.  

 

Inflation, le ressenti en décalage avec la réalité

Alors que les prix à la consommation ont baissé au premier trimestre et n’ont pas beaucoup progressé les trois mois suivants, 90 % des ménages estiment au contraire que les prix ont augmenté. Il sont autant nombreux à penser qu’ils vont continuer sur le même trend. S’il y a un décalage entre le ressenti et la réalité, cela s’explique en partie par la flambée des prix de certaines composantes de l’inflation. Ainsi, les tarifs de l’enseignement ont accéléré cette année après une hausse moyenne de 2,5 % en 2018. L’inflation au niveau de cette rubrique a été deux fois plus rapide que la moyenne générale. Et cela pèse lourd dans les dépenses des ménages.   

Sage présente les résultats de son baromètre TVA

Le leader du marché des solutions de comptabilité, de paie et de gestion commerciale dans le cloud, Sage a organisé une table-ronde sous le thème "Comment la dématérialisation fiscale peut-elle contri...

Augmentation importante de la charge de compensation à fin mai

Dans une note récemment publiée, la Trésorerie générale du royaume (TGR) a indiqué, qu’à fin mai 2020, le montant de la charge de compensation s’élève à 6,3 milliards de DH (MMDH) au lieu de 3,07 MMDH...

Risques en finance : une histoire de casino ?

Les marchés financiers sont souvent comparés à des casinos. Ce parallèle a été fait pour la première fois par John Maynard Keynes et est encore aujourd’hui repris dans les médias. L’effet casino a une...

Finances publiques : un déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai

La situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 24,6 milliards de DH (MMDH) pour les cinq premiers mois de cette année, contre un déficit de 23,3 MMDH à fin mai 2020. ...

Marché financier international : l'OCP lève avec succès 1,5 milliard de dollars

Dans un communiqué récemment publié, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé avoir réuni une émission obligataire sur les marchés internationaux. Ainsi, conformément à l’autorisation de son ...

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...