Aller au contenu principal

Budget 2020 : Les spéculations vont bon train

Débattu en conseil de gouvernement et des ministres présidé par SM le Roi Mohammed VI mercredi 9 octobre au Palais Royal à Rabat, le projet de loi de Finances sera bâti sur une hypothèse de croissance meilleure que celle de l’année dernière. Le ralentissement de la croissance mondiale aura des conséquences sur les performances du Maroc. Les mesures de soutien au pouvoir d’achat seront primordiales pour la consommation des ménages. Le gouvernement doit répondre à un grand nombre de sollicitations, notamment le chômage des jeunes. Dans le même temps, les marges de manœuvre budgétaires sont limitées.

Par J.R.Y, Publié le 10/10/2019 à 16:47, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Pour l’ensemble des organismes de prévision, la croissance rebondirait au-dessus de 3 % en 2020 après un score inférieur attendu cette année. Le projet de loi de Finances qui a été débattu en conseil de gouvernement et des ministres dernièrement sera donc bâti sur une hypothèse de croissance meilleure que celle de l’année dernière, même si globalement le rythme est critiquable pour un pays en développement.

 

La consommation des ménages et la fiscalité des entreprises

Comme le Maroc ne vit pas retranché du monde, le contexte économique mondial aura aussi des répercussions sur ses performances. Le ralentissement de la croissance mondiale surtout dans la zone euro aura donc des conséquences. Il faudra donc permettre au moteur de la consommation des ménages de déployer tout son potentiel par des mesures de soutien au pouvoir d’achat. Le gouvernement a prévu une enveloppe conséquente pour le dialogue social. On observera aussi les mesures qui seront prises sur le plan de la fiscalité pour soutenir le pouvoir d’achat. Ceci pourrait passer par un appui plus important aux entreprises. Si les assises de la fiscalité ont nourri beaucoup d’espoir, la mise en œuvre des recommandations est ce qui importe pour les opérateurs qui réclament depuis des années une baisse de la pression.

 

Le volet social

Comme les dernières années, une place importante sera accordée au volet social. L’objectif étant de poursuivre la réduction des inégalités. L’élargissement des prestations sociales aux couches les plus vulnérables fera partie des chantiers prioritaires. Le gouvernement doit répondre à un grand nombre de sollicitations, notamment les demandes des jeunes, une population fortement touchée par le chômage. Dans le même temps, les marges de manœuvre budgétaires sont limitées dans un contexte de faible croissance qui pèse sur les rentrées fiscales. La population réduite de contributeurs à l’impôt joue également un rôle important.

 

Dans tous les cas, le gouvernement n’a plus droit à l’erreur sur la conduite des finances publiques. Il s’est engagé à ramener le déficit budgétaire à 3 % du PIB à court terme. C’est dire que les arbitrages seront difficiles.

 

À retenir du conseil des ministres

Ce mercredi 9 octobre, durant le conseil des ministres, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, a présenté, devant le Roi, son projet basé sur quatre priorités majeures que sont la loi-cadre relative à la réforme du système d’éducation et de formation, la mise en place des mécanismes de protection sociale et de soutien aux catégories démunies, l’accélération de la régionalisation et imprimer une nouvelle dynamique à l’investissement et au soutien de l’entreprise.

PLF 2022 : comme un vent d'optimisme

Lors de sa rencontre, ce mercredi avec les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement,...

Ce qu’il faut retenir du Conseil d’Administration de la CGEM

Ce mercredi 28 juillet, à la veille des élections de la Chambre des conseillers, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu son Conseil d’Administration (CA) et une réunion du Co...

M. Benchaâboun présente le cadre général de la loi de Finances 2022

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, a p...

Renouvèlement des accords entre Renault et le Maroc

Ce mardi 27 juillet, le groupe Renault Maroc a annoncé la signature du renouvèlement de ses accords avec le Maroc sur la période 2021-2030. Cette convention, paraphée dans le cadre du plan d’accélérat...

Le projet de loi de Finances 2022 au centre des débats

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, ...

L’État cède 35% de Marsa Maroc à Tanger Med

Dans un communiqué publié ce mardi 27 juillet, Marsa Maroc a annoncé que l’État procèdera à la cession au profit du groupe Tanger Med, d’une participation stratégique à hauteur de 35% du capital socia...