Aller au contenu principal

Enquête de destitution : Trump déclare la guerre aux démocrates

La Chambre des représentants des États-Unis, dirigée par les démocrates, devait poursuivre son enquête sur la destitution du président Donald Trump ce mercredi, un jour après que la Maison-Blanche a annoncé qu’elle refuse toute forme de coopérations dans ce sens.

Par Nora Jaafar, Publié le 09/10/2019 à 17:06, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les trois commissions de l’investigation du Congrès qui dirigent l’enquête sont en train de mettre au point les dernières modalités pour interroger l’agent de renseignement américain qui a déposé la plainte qui a déclenché l’enquête de destitution, un jour après que le département d’État a empêché l’ambassadeur des États-Unis à l’Union européenne de lui parler, indique The Independant.

 

Cette enquête vise à déterminer si Trump a utilisé près de 400 millions de dollars d’aide destinés à l’Ukraine, et approuvée par le Congrès, pour faire pression sur le président ukrainien pour qu’il lance une investigation sur l’ancien vice-président Joe Biden, l’un des principaux rivaux démocrates de Trump, dans la campagne électorale de 2020.

 

Trump a nié tout acte répréhensible et a expliqué que son appel téléphonique du 25 juillet avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy était normal et n’enfreignait aucune loi, et ce malgré le fait que la retranscription de l’échange soulignait clairement qu’il a incité Zelensky à enquêter sur Biden et son fils Hunter, qui siègeait au conseil d’une société ukrainienne, déplore le New York Times (NYT).

 

Par ailleurs, l’avocat de la Maison-Blanche, Pat Cipolline, a déclaré le mardi 8 octobre à la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, et à d’autres démocrates de haut rang que l’administration Trump refuse de coopérer à ce qu’elle qualifie d’enquête « illégitime » et « inconstitutionnelle » de destitution. « La tentative de destituer le président Trump.... est une stratégie politique flagrante qui a commencé le jour de son investiture », a écrit Cipolline dans une lettre de 8 pages.

 

Pelosi, en réponse, a lancé : « M. le Président, vous n’êtes pas au-dessus de la loi. Vous serez tenu responsable ». Elle n’a pas indiqué quelles mesures les démocrates de la Chambre compte adopter pour contraindre Trump à coopérer.

 

Outre le dénonciateur, les législateurs ont l’intention d’entendre plus tard cette semaine une ancienne ambassadrice des États-Unis en Ukraine, Marie Yovanovitch, que Trump a limogée en mai dernier avant la fin de son mandat, rapporte le NYT. Selon les sources du quotidien libéral, les avocats du lanceur d’alerte se concentrent sur la protection de l’identité de leur client au cours des futures dépositions.

 

Trump a d’ailleurs critiqué à maintes reprises l’enquête et les démocrates qui la dirigent, et a demandé que le dénonciateur soit démasqué. Plusieurs de ses alliés républicains de la Chambre ont également soutenu sa requête. « Le dénonciateur et d’autres ont parlé AVANT de voir la transcription. Maintenant, ils doivent s’excuser auprès de moi et mettre fin à cette ridicule enquête de destitution », a-t-il tweeté mercredi.

 

L’affrontement entre Trump et Pelosi s’est intensifié au moment même où un sondage d’opinion de Reuters/Ipsos, récemment publié, montre que les démocrates approuvent l’enquête de destitution. De plus, 45 %, des Américains adultes soutiennent la destitution, contre seulement 39 %, indique le sondage.

Climat : 216 millions de personnes risquent d’être déplacées d’ici 2050

La Banque mondiale (BM) tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme au sujet de la crise climatique mondiale. Dans un rapport publié le lundi 13 septembre, l’institution financière internationale a ex...

Protocoles des sages de Sion : la plus grosse fake news antisémite du XXe siècle

Les Protocoles des Sages de Sion, un texte inventé de toutes pièces par la police secrète du tsar et publié pour la première fois en Russie en 1903, présentait un plan fictif de conquête du monde étab...

Les États-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni scellent un pacte historique

Une nouvelle alliance voit le jour. Ce mercredi 15 septembre, les États-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni ont lancé un partenariat historique de sécurité et de défense dans la zone indo-pacifique. B...

5G et Edge Computing : quels effets sur les systèmes de transport intelligents

La 5G et l'Edge Computing ont vocation à améliorer de manière significative les performances des applications et des objets connectés en facilitant la gestion croissante des données en temps réel. Dan...

Peut-on se remettre d'un attentat ?

Cela n'aura échappé à personne : dans le mot terrorisme, il y a terreur. Derrière chaque attentat se cache l'un des objectifs d'une poignée de tueurs : terroriser une population et mener contre elle u...

À la recherche de solutions au conflit israélo-palestinien

Un premier ministre israélien reçu en Égypte, une première depuis plus de dix ans. L'objectif de ce...