Aller au contenu principal

La Turquie prête à mener une offensive en Syrie contre les Kurdes

Les préparatifs de la Turquie pour une offensive dans le nord de la Syrie sont « achevés », a déclaré mardi le ministère de la Défense, après avoir reçu des signaux confus de la part des États-Unis quant à son intention d’autoriser ou de bloquer l’opération militaire, rapporte l’AFP.

Par Nora Jaafar, Publié le 08/10/2019 à 12:12, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le président américain Donald Trump a ordonné le retrait des troupes américaines de la frontière turque avec la Syrie le dimanche 6 octobre, après un appel téléphonique avec son homologue Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier a menacé à plusieurs reprises d’attaquer les militants kurdes installés dans le nord de la Syrie à cause de leurs liens avec des séparatistes dans son propre pays. « Tous les préparatifs de cette opération sont terminés », a indiqué le ministre turc de la Défense sur Twitter, quelques heures après le retrait des forces américaines de la zone frontalière. Erdogan avait précédemment annoncé que l’opération pourrait avoir lieu à tout moment et « sans le moindre avertissement ».

 

De plus, la décision de Trump a été considérée par les démocrates ainsi que certains de ses collègues républicains au Congrès, comme un abandon des forces kurdes qui sont les principaux alliés des États-Unis dans la lutte contre le groupe de l’État Islamique, rapporte le quotidien Asharq Al-Awsat. Toutefois, plus tard dans la journée du lundi 7 octobre, et en réponse aux préoccupations quant à une incursion des forces armées turques (TSK) dans cette région, Trump a menacé la Turquie de représailles économiques si elle attaque les Kurdes.

 

« Comme je l’ai déjà dit avec véhémence, et je le répète, si la Turquie fait quelque chose que, dans ma grande et inégalée sagesse, je considère comme hors limites, je détruirai et oblitérerai totalement l’économie de la Turquie (je l’ai déjà fait !) », a lancé Trump sur Twitter.

 

Le vice-président turc Fuat Oktay a répondu à la menace de Trump ce mardi 8 octobre, affirmant que « la Turquie n’est pas un pays qui se soumet à la menace ». « Comme notre président l’a toujours souligné, la Turquie suivra toujours son propre chemin et prendra les choses en main », a-t-il indiqué dans un discours prononcé à Ankara.

 

Notons que la Turquie souhaite créer une « zone sûre » le long de ses frontières avec le nord de la Syrie qui servira de tampon contre les forces kurdes et permettra également le retour au pays de près de deux millions de réfugiés syriens, explique Al Jazeera. Le pays a déjà lancé deux offensives transfrontalières contre l’État Islamique en 2016 puis contre la branche armée du Parti de l’union démocratique (YPG) syrien en 2018, avec l’appui des rebelles syriens dans l’objectif de sécuriser cette zone de conflit.

#FreeBritney : la saga judiciaire de Britney Spears ravive la campagne

Sous tutelle depuis plus de douze ans à la suite de troubles psychologiques, la chanteuse Britney Spears s’exprimera ce mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles. Lors de cette audience, la c...

Espagne : grâce pour neuf indépendantistes catalans

Ce lundi 21 juin, Pedro Sánchez, président du gouvernement d’Espagne, a annoncé qu’il allait proposer au Conseil des ministres d’accorder une grâce à neuf dirigeants indépendantistes catalans incarcér...

Décryptage de la situation politique en Libye

Dans ce podcast, Medi1 revient sur la situation politique actuelle en Libye notamment avec la réouverture de la route côtière entre l'est et l'ouest du pays. Un événement qui se produit quelques jours...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères bientôt aux EAU

Pour sa première visite aux pays du Golfe, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra aux Émirats arabes unis (EAU) la semaine prochaine. Cette visite intervient aprè...

Régionales 2021 : abstention record en France

Ce dimanche 20 juin, la France a tenu le premier tour des élections régionales et départementales. Plus de deux Français sur trois ont choisi de ne pas se rendre aux urnes. En effet, à la fermeture de...

Iran : une centrale nucléaire à l'arrêt après une défaillance technique

Depuis ce lundi 21 juin, l’unique centrale nucléaire d’Iran, située à Bouchehr, dans le sud du pays, est à l’arrêt. Selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), elle le sera pour «quel...