Aller au contenu principal

Tuerie à Paris : L’auteur du drame lié à l’islam « radical »

Les procureurs français ont remis au Parquet National Anti-Terroriste le dossier de l’homme qui a tué quatre personnes dans la préfecture de police de Paris. Ce renvoi est intervenu après que les premières enquêtes ont révélé que l’assassin était un salafiste.

Par Nora Jaafar, Publié le 07/10/2019 à 12:10, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le jeudi 3 octobre, un homme qui travaillait à la préfecture de police de Paris a violemment attaqué cinq de ses collègues avec des couteaux et en a tué quatre avant qu’un autre policier ne le tue par balle. Au départ, la police a considéré l’attaque comme une infraction criminelle. Mais le procureur Jean-François Ricard a annoncé le samedi 5 octobre lors d’une conférence de presse que l’agresseur, Mickael Harpon, adoptait « une vision radicale de l’Islam ».

 

L’agresseur s’était converti à l’Islam il y a 10 ans. Évoquant un comportement altéré et radicalisé, Ricard a expliqué qu’il y avait des preuves que l’attaque au couteau de Paris était un acte terroriste. Dans les heures qui ont précédé l’attentat, le tueur présumé avait envoyé plusieurs SMS religieux à sa femme, que la police a arrêtée après le drame.

 

Le type de blessures mortelles infligées aux victimes, le lien de l’homme avec le Salafisme radical, sa récente décision d’arrêter de porter des vêtements occidentaux et sa décision d’arrêter tout contact avec les femmes soulignent, selon Ricard, les motifs religieux à cette attaque. De plus, indique France 24 révèle que l’attaquant a également défendu les attaques de Charlie Hebdo de 2015.

 

Qu’est-ce qui s’est passé ?

Cet homme travaillait pour la police française depuis 2003, selon la Deutsche Welle. Bien qu’il a mené l’attaque avec deux couteaux en métal qui auraient dû sonner l’alarme lorsqu’il a traversé les détecteurs de métaux, Le Parisien a rapporté que les employé permanent du commissariat sont « moins contrôlés ». Toutefois, l’homme aurait fait l’objet d’un « haut niveau de filtrage de sécurité », comme tous les autres membres de la division du renseignement, a déclaré vendredi le chef de police Didier Lallement.

 

L’agresseur était un expert en informatique au quartier général de la police. Le siège social est situé sur la célèbre île de la Cité à Paris, à deux pas de Notre Dame. Le jeudi 3 octobre, à l’heure du déjeuner, l’homme est sorti de son bureau, a acheté deux couteaux et est revenu pour mettre à exécution son plan sinistre. En sept minutes, il a tué trois hommes qui déjeunaient dans leurs bureaux, puis a attaqué deux femmes dans l’escalier et près des ascenseurs, selon Le Parisien. Une des femmes a survécu à l’attaque.

 

Lorsque l’homme est arrivé dans la cour de la préfecture, un policier lui a demandé de lâcher son arme. Quand l’agresseur a refusé de coopérer et a avancé, le policier l’a tué par balle.

USA-Russie : première rencontre de Joe Biden avec Vladimir Poutine

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine ont conclu ce mercredi après-midi leur sommet de Genève, en Suisse, mettant ainsi fin à leur première rencontre depuis l’entrée...

Gaza : échanges de tirs entre Israël et le Hamas

Dans la matinée de ce mercredi, l’aviation israélienne a mené des frappes dans la bande de Gaza. Selon des sources sécuritaires palestiniennes et une station de radio du Hamas, elle a visé au moins un...

Sommet US-UE : la Covid-19, le climat et le commerce à l’ordre du jour

Les États-Unis et l’Union européenne ont convenu d’une trêve de cinq ans dans leur différend de longue date sur les subventions accordées aux constructeurs aéronautiques. Cette annonce a été faite ce ...

L’Otan réaffirme sa force et interpelle la Russie et la Chine

Les 30 États membres de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) ont clôturé leur somme...

Covid-19 : 2.000 euros pour discréditer le vaccin de Pfizer

Alors que la pénurie de vaccins contre la Covid-10 handicape les campagnes de vaccination de plusieurs pays, certains influenceurs ont été sollicités pour discréditer le vaccin de Pfizer. Dans ce podc...

G7 : un front uni pour vacciner plus contre la Covid-19 et protéger le climat

Ce dimanche 13 juin, après trois jours d’intenses discussions, le sommet de Carbis Bay, en Cornouailles, des sept pays les plus industrialisés (G7), s’est achevé. À l’issue de cet évènement, les dirig...