Aller au contenu principal

Démission d’El Omari : les raisons de son départ

Responsable de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima depuis 2015, Ilyas El Omari a présenté, le samedi 28 septembre, sa lettre de démission au conseil de la région. Si le désormais ex-président de la région reste injoignable et qu’aucune version officielle justifiant cette décision n’a été communiquée, certains médias se sont penchés sur le sujet et nous donnent plus d’explications.

Par Mohamed Laabi, Publié le 30/09/2019 à 14:46, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghiriya souligne dans son édition du lundi 30 septembre que la démission a été déposée samedi matin, mais qu’elle ne prendra effet qu’après l’approbation du ministère de l’Intérieur. Selon la même source, El Omari aurait été victime d’un blocage initié depuis plusieurs mois par le RNI, l’USFP et l’UC. Ces derniers auraient boycotté toutes ses réunions du conseil régional et refusent de coopérer.

 

Un bon nombre d’alliés lui auraient tourné le dos, à l’image de la directrice de l’Agence régionale d’exécution des projets qui a refusé d’annuler la réunion de la commission de suivi. Les membres de son parti lui ont également reproché de faire la cour au PJD, souligne Al Ahdath.

 

De son côté, Al Akhbar indique que la majorité s’est désolidarisée avec lui et que le Wali de la région a rejeté l’ordre du jour de la session ordinaire du 7 octobre, sous prétexte qu’il a été présenté hors délai. El Omari aurait également été interdit de se rendre en Chine dans le cadre du programme de coopération liant les deux pays.

 

Le vendredi 27 septembre, El Omari aurait demandé à rencontrer le Wali pour connaître les raisons de ces blocages. Cette réunion n’a finalement pas eu lieu. Le lendemain, El Omari dépose sa démission. « Il a préféré déposer sa démission que de se voir démis de ses fonctions », commente Al Massae. La réaction de l’ancien responsable a été anticipée, et ce à cause de l’escalade des tensions qui existaient entre lui et ses alliés.

Maroc-Espagne : des migrants clandestins marocains encore à Sebta

3.000 migrants clandestins marocains, dont 830 mineurs, sont encore sur le "territoire espagnol", et ce un mois après la crise migratoire de Sebta. C’est ce qu’a affirmé Juan Vivas, chef du gouverneme...

Un dîner en l'honneur de la délégation du Hamas

Dans son journal télévisé arabophone de 21h, la première chaine de télévision marocaine a révélé que le roi Mohammed VI a offert un dîner en l’honneur d’Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, a...

Élections 2021 : une commission de suivi créée

Sur instructions royales, la commission centrale chargée du suivi des élections a été créée ce mard...

Résolution du conflit israélo-palestinien : le rôle significatif du Maroc

Convié par le Parti de la justice et du développement (PJD), Ismail Haniyeh, chef du mouvement pale...

Le Conseil de coopération du Golfe exprime son soutien au Maroc

Ce mercredi 16 juin à Riyad, le conseil ministériel du Conseil de coopération du Golfe (CCG) a tenu sa 148e session. À l’issue de cette réunion, le CCG a publié un communiqué dans lequel il souligne l...

Arrivée du chef du mouvement Hamas au Maroc

Une première. Ce mercredi 16 juin à Rabat, Saad Dine El Otmani, chef du gouvernement, ainsi que d’autres politiciens marocains ont reçu Ismail Haniyeh, le chef du Hamas. Ce dernier, accompagné par une...