Aller au contenu principal

La lutte des Marocaines pour leurs libertés individuelles

Des milliers de Marocaines se sont exposées au risque d’être arrêtées en admettant avoir eu des rapports sexuels hors mariage et avoir subi des avortements, en solidarité avec Hajar Raissouni, une journaliste de 28 ans qui a été emprisonnée.

Par Nora Jaafar, Publié le 27/09/2019 à 16:54, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Le Code pénal marocain interdit les relations sexuelles en dehors du mariage et les avortements qui ne présentent aucun risque pour la vie de la mère. Les chiffres officiels indiquant que plus de 14 500 personnes ont été jugées l’année dernière pour « débauche », 3 048 pour adultère, 170 pour homosexualité et 73 pour avoir subi un avortement. En 2016, le gouvernement a approuvé un certain nombre d’amendements du Code pénal, dont la légalisation de l’avortement dans les cas de viol, d’inceste, de situations où la mère a de graves problèmes de santé mentale, ou lorsque le fœtus souffre d’une maladie grave ou d’une malformation. Toutefois, ces changements n’ont pas encore été appliqués.

 

La colère des Marocaines

Les activistes marocains affirment que des milliers de femmes ont signé le manifeste lancé par deux Marocaines, Sonia Terrab et Leila Slimani, dans lequel elles déclarent avoir enfreint à la fois la loi sur les relations sexuelles hors mariage et celle sur l’avortement, afin de soutenir Hajar Raissouni, une journaliste emprisonnée pour les deux délits. Celles qui ont signé la déclaration, qui a fait la Une du journal français Le Monde, ont affirmé qu’elles continueraient à enfreindre « des lois injustes et obsolètes » jusqu’à ce qu’elles fassent l’objet d’une révision.

 

Le manifeste, rédigé par l’écrivaine franco-marocaine Leila Slimani et la cinéaste marocaine Sonia Terrab, compte aujourd’hui plus de 7 000 signatures, dont celle de plusieurs hommes. « Lorsqu’une femme se donne du pouvoir, elle en donne à tout le monde autour d’elle », a déclaré Terrab à The Independent. « Je suis étonnée de voir à quel point les femmes marocaines sont fortes et courageuses en ce moment — surtout les jeunes. Nous avons atteint 7 000 signatures et nous poursuivons notre lutte. Je suis si fière ».

 

La réaction de Human Rights Watch

Human Rights Watch a condamné l’arrestation de Raissouni, qui « viole de manière flagrante » ses droits — en exhortant les autorités à abandonner les charges retenues contre elle et à la libérer immédiatement, et en déplorant que son droit à la vie privée et à la liberté a été violé.

 

« En premier lieu, Hajar Raissouni est accusé de comportement privé présumé qui ne devrait pas être criminalisé », a déclaré Ahmed Benchemsi, directeur de la communication du groupe au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. « De plus, en rendant publiques des allégations détaillées sur sa vie sexuelle et reproductive, les autorités ont bafoué son droit à la vie privée et ont visiblement cherché à salir sa réputation ». Son arrestation illustre le « manque de respect des libertés individuelles » de la nation et l’utilisation sélective de la loi, a-t-il ajouté.

 

Ce qui s'est passé 

Hajar Raissouni, issue d’une célèbre famille dissidente, est mariée religieusement, mais pas encore légalement et devait se marier avec son partenaire Rifaat Al-Amin au début du mois. Selon ces dires, la police l’a agressé elle et son fiancé, les forçant à retourner chez le médecin et affirmant qu’elle avait subi un avortement. Raissouni, son fiancé et le personnel médical ont tous été arrêtés pour avortement illégal — un avortement qui, selon la victime, n’a jamais eu lieu.

 

L'arrestation de la journaliste a déclenché de vives protestations dans le pays. Le hashtag #FreeHajar a été lancé sur les réseaux sociaux en solidarité avec elle. Le fiancé de Raissouni, le médecin qui aurait effectué l’avortement et ses deux assistants sont accusés de complicité et risquent jusqu’à dix ans de prison.

Comment affronter le quotidien avec plus de confiance ?

De nature, l’être humain affronte son quotidien avec beaucoup d’hésitation et d’incertitude. Et si mon réveil ne sonne pas ? Et si j’arrive en retard à mon entretien d’embauche ? Et si je ne décroche ...

Covid-19 : le gouvernement impose de nouvelles restrictions

En raison de la recrudescence des cas de contamination et de décès liés à la Covid-19, le gouvernement marocain a décidé de durcir davantage les mesures restrictives en vigueur. Les nouvelles disposit...

Covid-19 : la vaccination contre la saturation imminente des hôpitaux

Le taux d’occupation des lits de réanimation consacrés aux patients souffrant de la Covid-19 est pa...

Fermeture de plusieurs établissements pour violation de l’état d’urgence sanitaire

Sur ordre de la wilaya de la région de Marrakech-Safi, et après avoir organisé une pool-party, un hôtel a été fermé dans la ville ocre pour violation du protocole sanitaire contre la Covid-19. Les élé...

Driouch : intense activité sismique

La terre n'arrête pas de trembler dans la province de Driouch (région de l'Oriental) depuis vendredi. Ce lundi, une nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,3 degrés sur l'échelle de Richter a eu l...

L’icône Fatima Regragui tire sa révérence

Ce lundi 2 août, l’actrice marocaine Fatima Regragui est décédée à l’âge de 80 ans suite à une longue maladie. Elle devrait être inhumée ce lundi à Rabat après la prière d’Al-Asr. Le réalisateur Amine...