Aller au contenu principal

La BMCI lancera l’offre « Smart flous » avant fin 2019

La BMCI a présenté ce vendredi à Casablanca ses résultats financiers de l’année 2019, mais aussi les avancées et les innovations de l’entreprise dans la digitalisation de ses services.

Par Mohamed Laabi, Publié le 27/09/2019, mis à jour le 06/01/2021          Temps de lecture 2 min.
Teaser Media

Digifi, c’est le nom de la nouvelle filiale de paiement créé par la BMCI. Cette dernière détient 51 % de cette entité contre 49 % pour la BNP Paribas. Celle-ci va lancer très prochainement son établissement de paiement « Smart Flouss », qui promet une solution de paiement innovante, sur laquelle la banque mise beaucoup et semble très confiante. 

 

Laurent Dupuch, président du directoire nous a informé que l’établissement sera lancé avant la fin de l’année. L’agrément a été obtenu, la société a été créée, le capital est disponible et le projet est en train de finalises ses réseaux de distribution. « Nous avons bien avancé dans un laps de temps réduit », nous confie-t-il fièrement. 

 

La BMCI a reçu le feu vert de Bank Al Maghrib en juin 2019 : « Nous nous inscrivons dans une mesure de régulateurs très importants. Proposer des solutions autour d’une application sur smartphone est plus simple que d’ouvrir un compte bancaire. Ça commence à peine à voir le jour au Maroc, mais cela fonctionnera si l’on cible les bons réseaux de distribution », souligne Laurent Dupuch.

 

Des résultats en demi-teinte, mais solides 

 

Concernant les six premiers mois de l’année 2019, la BMCI a enregistré une faible croissance de 0,3 % en produit net bancaire consolidé par rapport à la même période de l’année 2018, soit 1 536 milliards de dirhams. Cette stagnation du PNB, constitué à plus de 74 % par les marges d’intérêts, souffre de la baisse des taux enregistrés à la fin de l’année dernière et devrait se rattraper dans les mois à venir. Le résultat net part du groupe (RNPG) a connu une augmentation de 2,2 % à 352 MDH grâce notamment, à une bonne maîtrise des frais de gestion et d’un coût du risque en baisse de 12,5 %.

 

Laurent Dupuch a qualifié de « surprises » les deux décisions de Bank Al Maghrib de ne pas baisser les taux et de réduire la réserve monétaire de 4 à 2 %. Cependant, cela est une opportunité pour le secteur bancaire qui bénéficie d’une injection immédiate de plus de 11 milliards de dirhams de liquidités, jusqu’alors mis en réserve.

 

Enfin, la banque conserve une activité solide dans sa mission première d’octroi de crédits d’habitats et de consommation. Ces derniers ont connu respectivement des hausses de 3,7 % et 6,6 % au 31 Juin 2019.

La Banque mondiale révise la croissance du Maroc à la hausse

La croissance du PIB du Maroc devrait atteindre 4,6% en 2021, selon les dernières projections de la Banque mondiale. «Au Maroc, la production devrait rebondir à 4,6% en 2021 sous l'effet de plusieu...

Innovation et entrepreneuriat : le CAM et l'UM6P partenaires

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) ont signé, mercredi, deux conventions de partenariat pour développer l'innovation et l'entrepreneuriat au Maro...

Antoum : la radio interne de la Société Générale

Société Générale Maroc vient de lancer "Antoum Radio", une radio interne à destination des collaborateurs de la banque. Par ce nouveau canal de communication interne, Société Générale Maroc vise à...

LafargeHolcim : la cimenterie de Settat très performante

LafargeHolcim peut être fière de la performance de ses unités marocaines et surtout de cette de Settat. La cimenterie de la capitale de la Chaouia, dont la capacité annuelle de production est de 1,7 m...

AMMC : un nouveau plan stratégique 2021-2023

La présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a présenté, jeudi à Rabat, le nouveau plan stratégique de l'Autorité couvrant la période 2021-2023. Fruit d'un travail collaborat...

Comment certaines entreprises échappent-elles aux impôts ?

Il existe des sociétés qui ne paient pas d’impôts sur le bénéfice. Les entreprises des GAFA, notamment Apple Facebook, Amazon et Google, échappent également aux taxations dans les pays dans lesquels e...