Aller au contenu principal

Turquie: des tirs contre des manifestations à la frontière syrienne

Par Nora Jaafar, Publié le 30/08/2019 à 17:20, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

Les gardes-frontières turcs ont tiré ce vendredi des coups de feu et des gaz lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants syriens demandant à Ankara d’arrêter une offensive meurtrière du régime de Damas dans le nord-ouest du pays.

 

La manifestation, du côté de la frontière syrienne, a eu lieu peu de temps avant que la Russie, alliée de Damas, n’annonce un cessez-le-feu dans la région d’Idlib qui entrera en vigueur samedi matin.

 

Les forces du régime soutenues par la Russie ont lancé une offensive contre Idlib en dépit de l’accord conclu en septembre 2018 avec la Turquie pour protéger cette région.

 

Un journaliste de l’AFP a déclaré que les gardes-frontières turcs ont tiré en l’air et ont tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants après qu’ils aient essayé de prendre d’assaut le poste frontière.

 

Mohammed Al-Amouri, 53 ans, a déclaré qu’il a assisté à la manifestation qui s’est déclenchée sur le point de passage de Bab Al-Hawa pour obliger la Turquie à tenir ses promesses sur la prévention de toute attaque à grande échelle dans la région d’Idlib.

 

Le régime syrien et les bombardements russes sur le bastion dirigé par les jihadistes ont tué plus de 950 personnes depuis la fin du mois d’avril et ont poussé des centaines de milliers d’entre elles à fuir leurs maisons pour chercher refuge le long de la frontière turque.

 

La Turquie accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens au monde, près de 3,6 millions de personnes, et les analystes redoutent qu’une attaque contre Idlib ne propulse encore des dizaines de milliers de personnes vers la frontière turque, a déclaré Ankara.

 

Ces dernières semaines, des groupes de défense des droits de l’homme ont dénoncé les informations selon lesquelles des centaines de réfugiés auraient été déportés en Syrie dans le cadre d’une répression contre les personnes ne possédant pas les bons titres de séjour.

 

Le gouvernement turc a catégoriquement démenti ces allégations, affirmant que toute personne retournant en Syrie — près de 350 000 depuis le début de la guerre — l’a fait de son plein gré.

 

L’accord russo-turc de l’année dernière visait à établir une zone tampon autour d’Idlib, mais n’a jamais été pleinement concrétisé.

 

Les troupes turques ont cependant été déployées dans 12 postes de surveillance dans la région, dont l’un a été encerclé la semaine dernière lors d’une manœuvre du régime syrien.

 

La guerre en Syrie a tué plus de 370 000 personnes et déplacé des millions d’autres depuis qu’elle a commencé en 2011 en raison de la répression brutale des manifestations anti-gouvernementales.

#FreeBritney : la saga judiciaire de Britney Spears ravive la campagne

Sous tutelle depuis plus de douze ans à la suite de troubles psychologiques, la chanteuse Britney Spears s’exprimera ce mercredi 23 juin devant le tribunal de Los Angeles. Lors de cette audience, la c...

Espagne : grâce pour neuf indépendantistes catalans

Ce lundi 21 juin, Pedro Sánchez, président du gouvernement d’Espagne, a annoncé qu’il allait proposer au Conseil des ministres d’accorder une grâce à neuf dirigeants indépendantistes catalans incarcér...

Décryptage de la situation politique en Libye

Dans ce podcast, Medi1 revient sur la situation politique actuelle en Libye notamment avec la réouverture de la route côtière entre l'est et l'ouest du pays. Un événement qui se produit quelques jours...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères bientôt aux EAU

Pour sa première visite aux pays du Golfe, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, se rendra aux Émirats arabes unis (EAU) la semaine prochaine. Cette visite intervient aprè...

Régionales 2021 : abstention record en France

Ce dimanche 20 juin, la France a tenu le premier tour des élections régionales et départementales. Plus de deux Français sur trois ont choisi de ne pas se rendre aux urnes. En effet, à la fermeture de...

Iran : une centrale nucléaire à l'arrêt après une défaillance technique

Depuis ce lundi 21 juin, l’unique centrale nucléaire d’Iran, située à Bouchehr, dans le sud du pays, est à l’arrêt. Selon l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), elle le sera pour «quel...